Aller au contenu principal

CESE : comment assurer de manière optimale l’inclusion et l’émancipation de la femme ?

À l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a publié une nouvelle alerte. Il lance dans cette dernière que le Maroc ne peut prétendre à un quelconque développement et progrès si la moitié de sa force vive, à savoir les femmes, en est exclue. Le CESE estime qu’il est temps de briser les barrières sociétales et psychologiques qui entravent l’émancipation de la femme marocaine et la réduisent à une position d’infériorité et de subordination.

Par Nora Jaafar, Publié le 05/03/2021, mis à jour le 05/03/2021          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
CESE: comment assurer l’émancipation des Marocaines ?

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) profite de l’approche de la Journée internationale de la femme pour réitérer ses recommandations quant à l’inclusion et l’émancipation des Marocaines. Dans une alerte publiée ce jeudi 4 mars, le CESE a avancé qu’il est temps de briser les «barrières sociétales et psychologiques» qui favorisent «l’immobilisme» des femmes et les réduisent à «une position d’infériorité et de subordination». Pour le Conseil, tant que la moitié des forces vives du Royaume, à savoir "les femmes", sont marginalisées, le pays ne peut prétendre à aucun développement ni progrès majeurs. Et de relever qu’il est inadmissible de chercher à adopter un nouveau modèle de développement plus inclusif, alors que la gent féminine marocaine continue de subir des agressions, des violences et une discrimination au niveau des «sphères de la vie socio-économique et civique».

La même source reconnait que d’importants progrès ont été réalisés ces dernières années en termes de lutte pour les droits de la femme au Maroc, toutefois elle déplore que de graves problématiques persistent. Le CESE regrette la faible implication et inclusion des Marocaines dans les programmes de développement du pays, ainsi que les violations de droits et les discriminations qu’elles subissent encore.

 

Lire aussi : Les violences faites aux femmes aggravées par la crise sanitaire

 

Les trois grands changements préconisés par le CESE

Afin d’assurer une émancipation optimale de la femme marocaine, et en se basant sur les données de ses précédents rapports, le CESE préconise trois changements majeurs, notamment au niveau institutionnel et juridique, opérationnel et socio-culturel. Ainsi, afin de promouvoir l’égalité des sexes et la lutte contre toutes les formes de discrimination, le Conseil souligne qu’il faut réviser, voire supprimer, certains textes de loi qui portent préjudice aux mères célibataires et à leurs enfants ainsi qu’aux victimes de viol et d’agressions sexuelles. L’instance évoque dans ce sens l’abrogation du très controversé article 490 du Code pénal, mais aussi celle des articles 21, 20 et 22 du Code de la famille, pour mettre fin aux mariages des mineurs.

 

Lire aussi : Nouzha Skalli : l’article 490 est discriminatoire à l’égard des femmes

 

De plus, l’alerte exige «d’ériger la promotion de l’égalité et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles (tolérance zéro), en cause nationale prioritaire traduite dans une politique publique globale et transversale». Ladite politique devrait bénéficier d’un budget «identifié et sanctuarisé», tout en garantissant le respect de la dignité et de l’intimité de la femme, même au niveau des procédures judiciaires et médico-légales. Aussi, pour assurer l’inclusion des femmes dans les instances politiques dirigeantes, le CESE recommande que l’octroi d’une partie de la subvention publique devienne conditionné par «l’atteinte d’un niveau minimum de représentativité de 30% des femmes» au sein des partis politiques, des syndicats et des associations.

Par ailleurs, le Conseil estime que la sécurité des femmes dans les transports et les lieux publics doit être au cœur des préoccupations des politiques de la ville et de la sécurité publique, des plans d’aménagement urbains ainsi que des programmes de logements. Il souligne aussi qu’il faut promouvoir l’accès de la femme rurale au travail rémunéré afin d’améliorer son autonomie financière.

 

Lire aussi : Violences à l’égard des femmes : les chiffres choquants du HCP

 

Enfin, s’agissant du volet socio-culturel, le CESE juge qu’il faut raviver le débat portant sur l’évolution des mentalités archaïques favorisant le mariage des enfants, l’interruption volontaire de grossesse et les problèmes des procédures successorales. Pour les auteurs de l’alerte, il est temps d’introduire l’éducation sexuelle dans les écoles afin d’apprendre aux générations futures les principes de l’égalité entre les femmes et les hommes, et leur démonter la gravité des stéréotypes discriminatoires et ceux tolérant la violence à l’égard des femmes. L’objet est de sensibiliser les enfants quant aux notions d’intégrité physique et de santé sexuelle, et ce par le biais d’outils pédagogiques adéquats.

Nouvelle polémique autour des effets secondaires d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson

Le Danemark a fait une croix définitive sur le vaccin d’AstraZeneca dans sa lutte contre la Covid-1...

Marhaba 2021 : le sort incertain de cette opération

À l’approche des vacances d’été, la question de l’organisation de l’opération de transit Marhaba 20...

Tout ce qu'il faut savoir sur la Marche verte

Dans cet épisode, le podcast Moroccan History X revient sur la Marche verte. En se posant des questions comme : pourquoi Hassan II a-t-il décidé d’organiser cette marche ? Et qu’est-ce qui a déclenché...

Météo : des averses orageuses et de fortes rafales attendues

Dans un bulletin météorologique publié ce mercredi 14 avril, la Direction générale de la météorologie (DGM) a annoncé que plusieurs provinces du Maroc connaîtront des averses orageuses localement fort...

Une pétition appelle à la libération de Raïssouni et Radi

120 journalistes ont signé une pétition exhortant le gouvernement de Saad Dine El Otmani à libérer Soulaiman Raïssouni et Omar Radi, en détention préventive depuis respectivement huit et dix mois...

Protection sociale : coup d'envoi d'un projet très ambitieux

Le roi Mohammed VI a présidé ce mercredi 14 avril la cérémonie de lancement de la mise en œuvre du ...