Aller au contenu principal

L'Italie annonce un faible déficit en 2019

Par H.L.B, Publié le 07/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les responsables de la coalition italienne affirment que les comptes publics du pays réservent plusieurs surprises positives cette année, consolidant ainsi la position de Rome qui tente d'écarter une éventuelle procédure disciplinaire de l'Union européenne.

 

Selon des chiffres récents, le déficit de cette année sera non seulement inférieur aux prévisions de la Commission européenne qui prévoient un ratio de 2,5% du produit intérieur brut (PIB), mais pourrait même être inférieur aux 2,04% convenus avec Bruxelles en décembre dernier, ont déclaré deux membres importants de la Coalition.

 

Toutefois, il reste à voir dans quelle mesure le gouvernement anti austérité réduira son objectif actuel de 2,4 %, car certains membres du Mouvement 5 étoiles, l'un des deux partis de la coalition au pouvoir, veulent que les économies qui émergent soient rapidement consacrées à de nouvelles mesures expansionnistes.

 

L'autre parti au pouvoir, la Ligue, réclame des réductions d'impôt importantes, mais seulement à partir de 2020.

 

Il n'est pas certain non plus que le déficit de 2019, d'une valeur inattendue, suffirait à convaincre Bruxelles que les finances de l'Italie sont sur une trajectoire viable. Mais les données les plus récentes donnent au moins à Rome de nouveaux arguments, ce qui semblait impossible il y a quelques mois.

 

La Commission a préparé mercredi la voie à des mesures disciplinaires à l'encontre de l'Italie, se plaignant que sa dette avait augmenté en 2018 au lieu de diminuer et qu'elle allait continuer à croître en ce sens. Elle a déclaré que Rome n'avait pas non plus réduit son déficit budgétaire annuel comme promis en 2018 et qu'elle enregistrerait encore des déficits excessifs cette année ainsi que l'année prochaine.

 

Une procédure disciplinaire, qui pourrait aboutir à des amendes, avait déjà été évitée au dernier moment en décembre dernier lorsque l'Italie a ramené à 2,04 %, avec l'accord de la Commission, son objectif initial de déficit pour cette année, à 2,4 %.

 

En avril, l'Italie a rétabli l'objectif initial de 2,4 % en raison d'un ralentissement de la croissance, tandis que la Commission prévoyait une croissance de 2,5 %.

 

Le Premier ministre Giuseppe Conte a surpris les observateurs lorsqu'il a déclaré ce mercredi, en réponse à la Commission, qu'un déficit de 2,1% était possible.

 

Mais maintenant, les hauts fonctionnaires du gouvernement de la Ligue de droite et du Mouvement 5 Étoiles affirment qu'il pourrait être encore plus bas. Claudio Borghi, le chef économique de la Ligue, a déclaré à Reuters que 1,8 % était possible si les tendances actuelles se poursuivent.

 

La principale raison de cette évolution inattendue est que deux mesures phares du gouvernement - une option de retraite anticipée et une nouvelle prestation sociale sous condition de ressources - s'avèrent moins populaires, et donc moins coûteuses, que prévu.

 

Dans l'ensemble, il semble maintenant que le coût combiné des deux politiques sera inférieur à 4 milliards d'euros par rapport à ce qui avait été prévu dans le budget 2019, a indiqué Borghi.


  • Partagez

La Covid-19 bouleverse la filière avicole

Fortement impactés par la pandémie du nouveau coronavirus, les consommateurs marocains doivent déso...

Tourisme : Marrakech s’active pour l’hiver

Alors que la ville ocre subit de plein fouet les effets de la pandémie du coronavirus, les opérateu...

Royal Air Maroc proposera de nouveaux vols vers l’Europe

Pour cette saison hivernale, Royal Air Maroc (RAM) prévoit de lancer cinq nouvelles liaisons avec l’Europe, dont quatre au départ de Marrakech. Dès le 25 septembre prochain, la compagnie aérienne prop...

Bank Al-Maghrib prévoit une récession plus rude

Le Conseil de la Banque centrale a décidé de maintenir le taux directeur inchangé à 1,5%. L’analyse...

Conseil BAM : une première évaluation du dispositif de soutien

Après la double baisse du taux directeur en mars et juin et une batterie de mesures pour accroître ...

Licenciement économique : parfois nécessaire, gare aux abus

Malgré le dispositif de soutien public, des milliers d’entreprises ne résisteront pas à la crise et...