Temps de lecture : 2 minutes

Accueil / Économie / Compensation : la réforme inachevée

Compensation : la réforme inachevée

Temps de lecture : 2 minutes

Dossiers

Temps de lecture : 2 minutes

Au mois d’avril dernier, en pleine période de confinement, le gouvernement a imposé le port du masque dans l’espace public. En même temps, il annonçait en grande pompe la mise sur le marché de masques de protection non-tissés subventionnés et vendus au prix de 0,80 DH l’unité. Le coût de la subvention (0,50 DH) est supporté par le Fonds spécial Covid-19, mais c’est la Caisse de compensation qui est à la manœuvre. À quoi sert cette caisse ? Qu’est-ce que le système de compensation ? Sa réforme, entamée en 2013, est-elle reportée aux calendes grecques ?

Temps de lecture : 2 minutes

La pandémie de Covid-19 nous a rappelés à la dure réalité. Pas moins de 10 millions de nos concitoyens sont en situation précaire et le poids de l’économie souterraine est proche de 30% du PIB. De ce fait, le gouvernement a dû soutenir 4,3 millions de familles opérant dans le secteur informel à travers des aides directes du Fonds spécial Covid-19 créé sur instructions royales. Un dispositif inédit a été mis en place dans l’urgence et qui a montré, malgré quelques défaillances, que l’on pouvait cibler les franges défavorisées et en finir avec le système inefficace de soutien au pouvoir d’achat.

À l’origine de la compensation

Il faut revenir à la période du protectorat pour comprendre comment a été créé ce système de compensation. À l’époque, la résidence générale était confrontée à un problème de taille. Le Royaume vivait une période de grande famine, et un rationnement drastique des produits alimentaires a été imposé entre 1940 et 1947. Cette période difficile a été surnommée par les Marocains «Aâm El Boun» (l’année du bon). En pleine seconde guerre mondiale, les citoyens devaient se procurer ces précieux bons pour s’approvisionner en produits de première nécessité. En parallèle, un système de subvention a été instauré pour réguler l’approvisionnement du marché des produits de base et la protection du pouvoir d’achat des citoyens par la maîtrise des niveaux des prix et des flux d’importation et d’exportation. La compensation est née en 1941….

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 2 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Change : un été fructueux pour les cambistes

«C’est la haute saison pour nous et cet été 2023 est tout simplement exceptionnel», atteste d’emblée Souhail Brija, employé d’un bureau de c…

Chèques-vacances : le mécanisme tant attendu

L'attente persistante pour la concrétisation du chèque-vacances au sein du secteur touristique est interminable. Depuis son intégration dans…

Vacances d’été : cher avion !

Un billet Paris-Rabat à 6.800 DH ! Il y a de quoi s’alarmer. Les compagnies low-cost proposent certes des tarifs plus bas, mais loin des dea…

Voyages à l’étranger : «sans visa, c’est mieux»

Ali S. est un jeune délégué médical. Il a été autorisé à prendre deux semaines de vacances en août. «Je compte voyager à l'étranger. Je n'ai…

Aïd Al-Adha : l’activité au ralenti après la fête

Ce samedi, c’est le 3e jour de l’Aïd El Kébir au Maroc. Les rues et quartiers des grandes agglomérations, autrefois animés et agités, se son…

Agriculture : Akhannouch rattrapé par le PMV

En 2008, le Royaume a adopté un ambitieux Plan Maroc vert (PMV), qui visait à atteindre l'autosuffisance alimentaire, avec des niveaux de 50…

Ramadan : le florissant business du mois sacré

«Depuis trois jours, mon budget quotidien est passé à 400 DH. Je n'ai pas le choix, toute ma petite famille, enfants et petits-enfants, pren…

Bons du Trésor : revigorer la demande

«Si cette intervention est opérée, elle sera la première dans l’histoire de Bank Al-Maghrib», avait dit Abdellatif Jouahri, wali de la banqu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire