Aller au contenu principal

Université Mundiapolis : le ministre de la Justice explique la gouvernance de l’administration judiciaire

Par H.L.B, Publié le 20/01/2021, mis à jour le 20/01/2021          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Mundiapolis : Ben Abdelkader explique la gouvernance de l’administration judiciaire

Ce lundi 18 janvier, Mohamed Ben Abdelkader, ministre de la Justice, a pris part à une table ronde organisée par l’Institut des Sciences politiques, juridiques et sociales de l’université Mundiapolis (ISPJS) sous le thème "La gouvernance de l'administration judiciaire". Lors de cette conférence, animée par Dr Ali Lahrichi, doyen de l’ISPJS et Dr Mohamed Barkaoui, président de l’université, le ministre a expliqué l'importance d’une bonne gouvernance de l’administration judiciaire pour la transformation de cette dernière en véritable service public. Il a rappelé dans ce sens que l’autorité judiciaire était capable de jouer un rôle constitutionnel fondamental pour la consolidation de l’État de droit et de l’édification de la démocratie. En adoptant le principe de séparation des pouvoirs, «les rapports que la Justice entretient avec les pouvoirs législatif et exécutif sont consubstantiels de sa gouvernance, qui repose également sur l’aptitude des lois à répondre aux besoins sociaux et sur la qualité des autres institutions publiques».

En outre, le responsable a précisé que les politiques publiques jouent un rôle prépondérant dans l’élaboration d’une administration judiciaire à la fois forte et saine, à même de protéger efficacement les justiciables. Et de souligner à cet effet : «Rendre convenablement justice engage plus que jamais nos politiques. Sans un soutien de l’exécutif, il ne peut y avoir de services judiciaires qui soient véritablement aptes à jouer pleinement leur rôle».

Afin de garantir la paix sociale et de préserver l’environnement des affaires, il est nécessaire que le service public de la Justice s'occupe de la résolution des litiges, de la réparation des préjudices et du maintien de l’ordre public. Il est d’autant très important puisqu’une administration judiciaire forte et transparente permet de s’opposer à la simple force et de la substituer par la force du droit. «La justice est-elle rendue par la force ou par le droit ? C’est indéniablement l’une des grandes avancées des sociétés civilisées que de parvenir à remplacer la force par le droit», affirme le ministre.

Sécurité routière : NARSA sur tous les fronts

Le ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara a présidé le mercredi 24 février 2021 à Rabat, les travaux de la troisième session du Conseil d’Administration...

Covid-19 et vaccination : état des lieux

Plus de 88.000 personnes ont reçu la première dose du vaccin contre la Covid-19 au mardi 2 mars à 1...

Lois électorales : deux textes adoptés par les députés

Mardi, la Chambre des représentants a approuvé trois projets de loi à l’ouverture de sa session ext...

Inondations à Tétouan : l’ONDH pointe du doigt les responsables locaux

En raison des récentes précipitations, Tétouan a connu d’importantes inondations, qui à leur tour ont provoqué plusieurs dégâts matériels. Alors que les autorités de cette province ont assuré que...

Turbulences dans la maison du PJD avant les élections

Quelques mois après la polémique autour de Saad Dine El Otmani et de sa signature de la déclaration...

Vaccination anti-Covid-19 : le chemin est encore long

Le Maroc a dépassé lundi la barre de 3,5 millions de citoyens vaccinés contre la Covid-19, ce qui r...