Aller au contenu principal

Maroc-USA : l’avenir des relations bilatérales sous l’administration Biden

Alors que les États-Unis se préparent pour l’investiture de leur nouveau président, il est nécessaire de s'arrêter sur la qualité des relations maroco-américaines et leur avenir sous la nouvelle administration Joe Biden. Les liens diplomatiques entre les deux pays sont très étroits et leur amitié remonte à près de deux siècles. Au niveau économique, les échanges commerciaux entre les deux parties se consolident de jour en jour, et le marché marocain attire de plus en plus d’investisseurs américains. De plus, Rabat et Washington travaillent de concert pour éradiquer l’extrémisme et le terrorisme dans le monde, en particulier dans l’espace sahélo-saharien. S’agissant du dossier du Sahara, l’ambassadeur américain au Maroc David Fischer a assuré que Biden ne reculera pas sur la reconnaissance de la marocanité de ce territoire même si le futur secrétaire d'Etat de Joe Biden a promis mardi de rompre avec la diplomatie unilatéraliste et souverainiste de Donald Trump.

Par H.L.B, Publié le 19/01/2021, mis à jour le 19/01/2021          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Maroc-USA : l’avenir des relations bilatérales sous l’administration Biden

À partir de ce mercredi 20 janvier, le démocrate Joe Biden prendra officiellement ses fonctions de président des États-Unis d’Amérique. Bien que l’on ne puisse prédire comment vont évoluer les relations maroco-américaines sous cette nouvelle administration, tout porte à croire que le capital sympathie traditionnel partagé entre les deux pays va être maintenu. En effet, les relations d’amitié entre Rabat et Washington remontent à l’indépendance des États-Unis, le Maroc étant le premier pays à avoir reconnu l’indépendance des USA, et se sont renforcées avec les administrations américaines qui se sont succédées. Aujourd’hui, les fortes relations bilatérales entre les deux nations couvrent plusieurs domaines et secteurs, notamment l’économie, la lutte contre le terrorisme, et le volet politique.

 

Des relations économiques irréprochables

Depuis la signature en 2006 d’un accord de libre-échange avec le pays de l’oncle Sam, les échanges commerciaux maroco-américains n’ont cessé de croitre pour atteindre les 51 milliards de DH (MMDH) entre 2016-2019. De plus, aujourd’hui, les États-Unis sont à la 7e place des partenaires commerciaux du Maroc, et comptent quelque 150 entreprises américaines implantées dans le Royaume. L’agence Millennium Challenge Corporation (MCC) et l’agence des États-Unis pour le développement international (USAID) se sont également engagées à jouer des rôles déterminants dans le développement du pays. Ainsi, selon l’ambassadeur américain au Maroc David Fischer, l’USAID «prévoit d’investir 100 millions de dollars (environ 1 MMDH) au cours des cinq prochaines années en étroite collaboration avec le gouvernement du Maroc pour soutenir la gouvernance locale participative, une croissance économique accrue, de meilleurs résultats en matière d’éducation et la résilience des communautés». La MCC quant à elle compte mobiliser 450 millions de dollars pour aider le Royaume à faire face à deux contraintes majeures à sa croissance économique : l’employabilité et la productivité des terres.

 

Lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale

Sur le plan sécuritaire, le Maroc et les États-Unis œuvrent de concert pour assurer la stabilité de l’espace sahélo-saharien et de l’Afrique du Nord. Dans le cadre d’une commission mixte de dialogue politique approfondi, les deux pays multiplient les efforts pour lutter contre le terrorisme dans lesdites régions. Les USA, comme plusieurs autres pays européens, ont d’ailleurs maintes fois loué l’expertise et le savoir-faire marocains en termes de lutte contre l’extrémisme et le radicalisme. À la fin de l'année 2020, Abdellatif Hammouchi, directeur général de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), et David Fischer avaient convenu de consolider la coopération entre leurs deux pays en termes de lutte contre la criminalité transnationale organisée, tout en procédant à un échange d’expertises et d’expériences. Les deux responsables avaient également convenu de renforcer les efforts communs des services de la DGSN/DGST et des agences américaines pour contrer la menace terroriste, l’extrémisme violent, le crime organisé et leurs liens croissants dans la région de l’Afrique du Nord et du Sahel.

 

La reconnaissance de la marocanité du Sahara

Le président américain élu Joe Biden a choisi des diplomates chevronnés passés par l'ex-administration de Barack Obama comme gage d'un retour à une politique étrangère plus classique. De ce fait, on peut au Maroc s'interroger sur ce qui adviendra de la reconnaissance par les États-Unis d’Amérique de la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara. David Fisher a assuré que «Joe Biden ne reculera pas» sur cette décision. Il a expliqué, ce lundi à Rabat, que cette reconnaissance n’est qu’un «développement naturel» des positions constantes des administrations US depuis le début des années 2000. Lors du point de presse qui marquait la fin de son mandat au Maroc, Fischer a souligné que la réflexion sur une solution à ce conflit régional avait d’abord été enclenchée par l’administration Clinton. Puis le gouvernement de Barack Obama a pris le relais en intégrant le Sahara dans le programme d’assistance au Maroc. S’agissant de la position de l’administration du président élu, Joe Biden, vis-à-vis du Sahara, Fischer a dit être «convaincu que nous en serons tous satisfaits». Et d’ajouter : «Nous soutenons fortement le plan d’autonomie, et nous travaillerons avec les Nations Unies (ONU) et toutes les parties prenantes afin d’obtenir le résultat escompté». Tout en précisant l’importance du respect du processus politique de résolution de ce dossier en vigueur, il a conclu que «plusieurs pays en Europe croient fermement que les États-Unis et l’ONU finiront par trouver une solution à la question du Sahara marocain».

Légalisation du cannabis : report de l'adoption du projet de loi

Ce jeudi 25 février, le Conseil de gouvernement a tenu sa réunion hebdomadaire, sous la présidence de Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement. Les travaux de cette séance ont été consacrés à l’étude...

Maroc-UE : nouvelles orientations pour le partenariat

Le Maroc et l’Union européenne (UE) sont liés par de nombreux accords et partenariats, et ce à plus...

Nouzha Bouchareb : «nous tablons sur le segment de la classe moyenne»

État des lieux du secteur de l’immobilier, plan de relance, nouvelle proposition pour le logement s...

Bourita s’entretient avec son homologue espagnole

Ce mardi 23 février, Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, s’est entretenu par visioconférence avec son homologue espagn...

Du cannabis au Conseil du gouvernement

Le cannabis sera-t-il dépénalisé au Maroc ? Tout porte à croire que l'exécutif abonde dans le sens d'une légalisation de l'utilisation thérapeutique de cette plante. Un Conseil de gouvernement se r...

Sahara : les États-Unis réitèrent leur soutien aux efforts du Maroc

La nouvelle administration américaine a enfin fait une déclaration claire sur sa position concernant le Sahara, confirmant qu’elle n’a pas l’intention de revenir sur la décision de l’ancien président ...