Aller au contenu principal

Le projet de loi controversé de l'assurance-maladie des parents

Par Nora Jaafar, Publié le 27/05/2019 à 15:58, mis à jour le 06/01/2021 à 10:22
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha El Khalfi, a déclaré que le gouvernement va soutenir le projet de loi controversé 63.16, qui prévoit une couverture maladie obligatoire pour les parents des employés assurés du secteur public.

 

El Khalfi a déclaré que le projet de loi, qui est en suspens depuis qu'il a été renvoyé à la Chambre des conseillers en 2016, va booster le pouvoir d'achat des employés.

 

Il a ajouté que grâce à la mise en œuvre de ce projet de loi, les dépenses du Maroc en matière de couverture santé vont connaître une forte croissance. Il a présenté le nouveau projet dans le cadre des efforts déployés par le pays pour universaliser l'accès aux soins de santé de base à un plus large échantillon de la société.

 

El Khalfi a trouvé "irrationnel" que le projet ait été mis de côté pendant trois ans. Il a ajouté que cette mesure servira le projet social ambitieux du Maroc au profit des citoyens. El Khalfi a noté que le chef du gouvernement, Saadeddine Othmani, a réaffirmé sa volonté de mettre le projet de loi à profit pour environ un million d'employés assurés dans le secteur public.

 

La raison pour laquelle les parlementaires ne sont pas d'accord pour appliquer le projet de loi, est que son caractère obligatoire, selon les députés, devrait être facultatif.

 

Basé sur le principe de solidarité et de contribution entre tous les acteurs sociaux conformément à l'article 1 du code de couverture maladie, ce projet serait, selon les détracteurs, avantageux pour certains Marocains, au détriment d'autres. Ils déplorent que la loi impose des réductions de salaire et de pension aux employés du secteur public, même à ceux dont les parents sont décédés.

 

Auparavant, El Othmani avait accusé le Président de la Chambre des Conseillers, Hakim Benchemach, d'avoir entravé le processus de mise en œuvre après que la loi a été renvoyée à la Chambre basse du Parlement.

Adultère : l’ex-ministre Mohamed Ziane poursuivi en justice

Mohamed Ziane, ex-avocat et ministre des Droits de l’Homme, sera jugé à partir du 9 décembre pour outrage à la justice et adultère, rapporte H24Info. Ces déboires avec la justice font suite à une plai...

AMO pour les indépendants : la CNSS se mobilise

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) est étendue depuis ce 1er décembre aux travailleurs non-salar...

Benmoussa explique les nouvelles conditions d’accès à l’enseignement

Lors d’une séance de questions orales des membres de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nat...

Sound Energy fournira du gaz au gazoduc Maghreb-Europe à partir du projet Tendrara

La société britannique Sound Energy a annoncé le 30 novembre qu’elle a «conclu un accord de vente et d’achat de gaz» avec l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) pour relancer l’activité...

Nouvelle phase dans la lutte contre la corruption

Lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 30 novembre à Rabat, l’Instance nationale de la prob...

Mauritanie : mise en place d’un dispositif militaire pour surveiller le Polisario

Le ministère mauritanien de la Défense a annoncé, le vendredi 26 novembre, le lancement d’un dispositif de surveillance des frontières de son pays avec la zone tampon sud du Sahara. En effet, dans le ...