Aller au contenu principal

Assange face à 17 nouvelles accusations criminelles aux États-Unis

Par H.L.B, Publié le 24/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le département de la Justice a annoncé ce jeudi que Julian Assange fait face à 17 nouvelles accusations criminelles aux États-Unis pour le rôle qu'il aurait joué dans une conspiration avec Chelsea Manning, ancienne analyste du renseignement dans l'armée, afin de solliciter et publier des renseignements gouvernementaux secrets.

 

Un grand jury fédéral en Virginie a renvoyé un nouvel acte d'accusation qui ajoute 17 chefs d'accusation supplémentaires au compte unique dont Assange a été accusé en mars 2018. L'acte d'accusation initial a été scellé jusqu'à l' arrestation d'Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres le 11 avril dernier.

 

Les nouvelles accusations comprennent des allégations selon lesquelles il aurait violé la loi non seulement en sollicitant et en recevant des informations relatives à la sécurité nationale, mais aussi en publiant ce que John Demers, chef de la Division de la sécurité nationale du ministère de la Justice, a décrit ce jeudi aux journalistes comme un " sous-ensemble étroit " de documents identifiant les noms des personnes travaillant avec le gouvernement américain, notamment des sources en Afghanistan et en Irak.

 

Demers a rejeté les arguments avancés depuis l'arrestation d'Assange selon lesquels le fondateur de WikiLeaks était ciblé pour son travail de journaliste - Demers a déclaré que cette information mettait les sources en danger et qu'aucun journaliste "responsable "ne l' aurait publiée".

 

"Le Ministère prend très au sérieux le rôle des journalistes dans notre démocratie et nous les en remercions. Le ministère n'a jamais adopté une politique visant à les cibler pour leur travail. Mais Julian Assange n'est pas un journaliste", affirme Demers.

 

Barry Pollack, l'un des avocats d'Assange, a déclaré que les accusations "sans précédent" portées contre Assange menacent tous les journalistes.

 

"Aujourd'hui, le gouvernement a accusé Julian Assange aux termes de la loi sur l'espionnage d'avoir encouragé des sources à lui fournir des informations véridiques et de les avoir publiées. La page de renseignements selon laquelle il est question de piratage informatique présumé a été supprimée. Ces accusations sans précédent démontrent la gravité de la menace que les poursuites pénales contre Julian Assange font peser sur tous les journalistes qui s'efforcent d'informer le public des mesures prises par le gouvernement des États-Unis ", ajoute Pollack.

 

Assange est à ce jour exempté de toute accusation liée aux informations que WikiLeaks a publiées en 2016 et qui ont été dérobées au Comité national démocratique ainsi que lors de la campagne électorale d'Hillary Clinton. Le ministère de la Justice intente des poursuites pénales contre des ressortissants russes accusés d'avoir perpétré ces piratages et de les avoir transmis à WikiLeaks.

 

Dans le dernier acte d'accusation, les procureurs ont noté que WikiLeaks et Assange avaient l'habitude d'annoncer qu'ils accepteraient des informations classifiées ; une note en bas de page du procès-verbal précise que le groupe a retiré la référence aux informations classifiées de son site Web vers septembre 2010. En 2009, le groupe avait une section sur son site Web intitulée "Most Wanted Leaks" (les fuites d'informations les plus scandaleuses) dans laquelle il précisait les types d'informations qu'il souhaitait obtenir, dont des documents militaires et autres renseignements classifiés.


  • Partagez

Haut-Karabakh : les combats se poursuivent malgré les appels internationaux

Ce jeudi 1er octobre, le président russe Vladimir Poutine, son homologue français Emmanuel Macron ainsi que le locataire de la Maison-Blanche Donald Trump ont appelé à un cessez-le-feu immédiat dans l...

Santé de l'enfant : appel au retour à l’enseignement présentiel

Ce mercredi 30 septembre, plusieurs associations nationales et régionales de la santé de l’enfant ont adressé une lettre à Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale. Dans cette correspondance, el...

Présidentielle américaine : premier débat entre Donald Trump et Joe Biden

Ce mardi 29 septembre, à cinq semaines de la présidentielle américaine du 3 novembre, Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés pour la première fois dans le cadre de la course à la Maison-Blanche. ...

L’émir du Koweït est mort à l’âge de 91 ans

Ce mardi 29 septembre, l’émir du Koweït Sabah al-Ahmed al-Jabir est décédé à l’âge de 91 ans. Cette annonce a été faite par Cheikh Ali Jarrah al-Sabah, ministre chargé des Affaires royales dans un enr...

Liban : Moustapha Adib jette l’éponge

Samedi 26 septembre, vingt-cinq jours seulement après sa nomination, Moustapha Adib, Premier ministre libanais, a jeté l’éponge. L’ancien ambassadeur de Beyrouth en Allemagne a annoncé qu’il renonçait...

Paris : une attaque à l’arme blanche potentiellement liée à celle de Charlie Hebdo

Ce vendredi 25 septembre, une attaque à l’arme blanche a eu lieu dans le 11e arrondissement à Paris. Selon la police, un individu armé d’une machette a attaqué plusieurs personnes, blessant au moins q...