Aller au contenu principal

Mettre l’administration au régime, le défi difficile d’El Otmani

Le chef du gouvernement a adressé sa note d’orientation pour la préparation du projet de loi de finances 2021. Le document est censé décliner les trois orientations royales annoncées dans le dernier discours du Trône : relance économique, généralisation de la protection sociale et réforme du portefeuille public. Dans ce dernier volet, la réduction du train de vie de l’administration est un élément incontournable.

Par Iliasse E., Publié le 25/08/2020 à 16:05, mis à jour le 25/08/2020 à 16:21
Teaser Media
Budget

Se serrer la ceinture vise à «donner l’exemple et dégager les marges nécessaires pour l’investissement», explique l’Économiste. La note d’orientation d’El Otmani recommande ainsi aux ministres d’éviter de programmer des dépenses pour l’achat et la location de véhicules, l’aménagement et l’équipement des locaux administratifs. Le régime sera appliqué aux études qui doivent baisser de 50%, avec un recours aux cadres et à l’expertise de l’administration. Idem pour la réduction des dépenses de transport, des déplacements au Maroc et à l’étranger, les frais d’accueil, d’hôtellerie, de restauration, des congrès et des conférences.

Les dépenses des fonctionnaires ne sont pas en reste. Les ministres sont aussi invités à réduire «au strict minimum» la création des postes budgétaires et à procéder au redéploiement des ressources humaines pour couvrir les besoins effectifs au niveau spatial et sectoriel, indique Les Inspirations Éco, en précisant que la gestion optimale des dépenses de fonctionnement passe aussi par l’utilisation des énergies renouvelables et des technologies d’efficacité énergétique.

Mais ne serait-ce là qu’un «vœu pieux» de la part d’El Otmani ? Face aux répercussions de la crise sur la croissance et le déficit budgétaire, «la réduction des dépenses superflues apparaît comme une impérieuse nécessité pour l’État, mais en est-il seulement capable ?», s’interroge Le360. La marge de manœuvre de l’État est très réduite, la structure des dépenses publiques marocaines faisant ressortir l’importance des dépenses de fonctionnement (55% des dépenses ordinaires de l’État dans la loi de finances rectificative 2020). De plus, toutes les lettres de cadrage de ces dernières années, «sans exception», ont insisté sur la nécessité de réduire les dépenses de l’administration, sans obtenir de résultats probants pour le moment.

Affaire Pegasus : le Maroc contre-attaque

Deux semaines après sa révélation au grand jour, l’affaire Pegasus continue de faire du bruit. Forb...

Diplomatie espagnole : «le calme» et «la discrétion» sont de mise pour résoudre la crise avec le Maroc

Le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a appelé au calme et à la discrétion pour consolider et rétablir les liens entre son pays et le Maroc. Ce dernier, qui a remp...

Pegasus : Forbidden Stories et d’Amnesty échouent à produire des preuves

Ce mercredi 4 août, Olivier Baratelli, l'avocat du Maroc dans l’affaire Pegasus, a affirmé qu'après le délai fixé de 10 jours, Forbidden Stories et Amnesty International n’ont pas réussi à apporter de...

Observateurs d’élections : 38 associations et réseaux nationaux désormais accrédités

Ce mercredi 4 août à Rabat, la Commission spéciale d’accréditation des observateurs des élections a tenu sa quatrième réunion. Lors de cette rencontre, l'instance a donné son aval à 15 associations et...

Bilan du gouvernement, pandémie, élections… El Otmani dit tout

À un mois des élections législatives 2021, le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a été invité...

Législatives : Benkirane ne se portera pas candidat

Dans une interview accordée à Le360, Abdelilah Benkirane, l'ex-Chef du gouvernement et ancien secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), a annoncé qu'il ne se présentera pas ...