Temps de lecture : 7 minutes


Covid-19 : tour d’horizon de l’actualité du mercredi 22 juillet

Temps de lecture : 7 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 7 minutes

La situation épidémique dans le nord du Maroc devient de plus en plus préoccupante, le tribunal de Souk El Arbaa poursuit en justice les personnes responsables de l’apparition des clusters à Lalla Mimouna, l’ONEE affirme que 10 stations d’épuration ont été déclarées négatives au Covid-19, les facteurs de base pour la réussite des tests PCR et sérologiques et la saisi de 61.000 masques respiratoires par Interpol au Maroc. Tour d’horizon de l’actualité liée à la crise sanitaire actuelle.

Temps de lecture : 7 minutes

Le Maroc compte désormais 17.962 contaminations au Covid-19, 285 décès, 15.636 guérisons, 1.047.871 cas exclus après des tests négatifs au virus et 2041 cas actifs. Ces dernières 24 heures, le ministère de la Santé a recensé 220 nouvelles infections, 5 morts, 247 rétablissements et 18.807 personnes confirmées non porteuses du coronavirus. La tutelle précise aussi que le taux de létalité est aujourd’hui de 1,59% et que celui des rémissions est de 87,05%, tandis que la moyenne d’occupation des lits hospitaliers est de 11,36%.



 



La situation dans le nord du pays est préoccupante



La région Tanger-Tétouan-Al Hoceima est celle la plus touchée par la pandémie. D’après L’Économiste, Tanger et Tétouan sont les villes qui comptent le plus de contaminations dans cette région, où le virus poursuit son expansion. À elle seule, Tanger compte plus de 400 infections, dont une écrasante majorité de cas asymptomatiques. La capacité de la ville en termes de lits de réanimation, au nombre de 12, a été largement dépassée vu que cette dernière compte 20 patients dans un état critique. Cependant, les autorités sanitaires assurent que la situation est toujours sous contrôle, et appelle les résidents à appliquer «à la lettre les mesures de sécurité avec port du masque obligatoire au moment de quitter le domicile, le respect de la distanciation physique et le téléchargement et l’activation de l’application Wiqaytna sur les smartphones pour un meilleur suivi des cas».



 



Des poursuites judiciaires contre des responsables à Lalla Mimouna



Le procureur du roi près le tribunal de première instance de Souk El Arbaa a décidé ce mercredi 22 juillet de poursuivre en justice certains des responsables de la gestion des unités de production de fruits rouges à Lalla Mimouna, suite à l’apparition de foyers de coronavirus en juin dernier. Hespress Fr rapporte que cette décision a été prise sur la base des résultats d’une enquête judiciaire ordonnée par le ministère public pour examiner les circonstances et les causes de l’apparition desdits clusters. L’investigation a révélé «une suspicion de non-respect des mesures préventives décidées par les autorités publiques pour limiter la propagation du virus et assurer la sécurité des personnes», soutient le procureur dans un communiqué. Et d’ajouter que certains fonctionnaires responsables du transport des travailleurs seront également trainés devant la justice. Avec les chefs de service, ils sont accusés d’avoir «violé les dispositions de l’article 4 du décret-loi relatif à l’état d’urgence sanitaire». Ils seront donc «convoqués au tribunal pour être jugés conformément à la loi», conclut le communiqué.



 



10 stations d’épuration déclarées négatives au Covid-19



Depuis un mois l’Office national de l’électricité et l’eau potable (ONEE) a entamé une opération de traçage du coronavirus au niveau des eaux usées du royaume. Médias24 indique ce mercredi que 10 stations d’épuration ont été inspectées à ce jour, notamment celles de Aïn Harrouda, Tamesna, Sidi Yahya, Berrechid, Chellalat (dans les environs de Casablanca), Laâyoune, Es-Smara, Foum El Oued, Al Hoceïma et Melloussa (dans la région de Tanger). «Tous les résultats se sont avérés négatifs et ce, au niveau des entrées et sorties de chacune de ces stations», indique le média. Cette semaine, il est prévu d’analyser les eaux usées des stations de Bouznika et de Dar Gueddari (dans la région de Sidi Kacem).



Toutefois, Abdelilah Belhaj, directeur du contrôle de la qualité des eaux au sein de l’ONEE, a expliqué à nos confrères que «les résultats négatifs ne signifient pas absence du virus» dans les zones concernées. Il avance que les données signifient simplement que le nombre de porteurs du coronavirus est très faible. Tout en précisant que cette «technique permet de détecter 1 cas sur 10.000 habitants», le responsable ajoute qu’il est «possible que les ministères de la Santé et de l’Intérieur commencent à effectuer ces analyses dans leurs laboratoires». Notons que cette initiative a été lancée par l’ONEE, en coordination avec le département de la Santé, qui transmet les résultats des tests aux autorités concernées.



 



Analyse de l’efficacité des tests de dépistage 



Citée par Le Matin ce mercredi 22 juillet, l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) explique que les tests PCR permettent de repérer les porteurs du coronavirus, «potentiellement contaminateurs et futurs malades», tandis que les tests sérologiques identifient les personnes qui ont contracté l’infection et qui ont développé des anticorps contre le virus. Selon Dr Khadija Moussayer, présidente de l’AMMAIS, la fiabilité du test virologique RT-PCR dépend de nombreux autres facteurs. «Le prélèvement exige en effet d’aller recueillir des cellules au fond des muqueuses de l’arbre respiratoire en enfonçant un écouvillon dans le nez jusqu’à l’arrière de la tête. Faute de quoi, le test risque d’être inopérant. Pour compliquer la situation, le virus est parfois indétectable dans les voies respiratoires supérieures, mais présent dans les poumons. À cause de ces deux “écueils” principalement, on estime que la fiabilité du test se situe entre 60 et 80%, des résultats d’ailleurs assez proches de ceux constatés dans d’autres infections comme la grippe».



Concernant les tests sérologiques, la spécialiste note qu’ils ne sont recommandés que pour compléter un test PCR négatif afin de confirmer une infectiosité, détecter les anticorps ou servir d’outil de surveillance épidémiologique. «Ce test permet de savoir si une personne a développé des anticorps (immunité) contre le virus SARS-CoV-2», précise-t-elle. En d’autres termes, il révèle si l’individu a été malade ou s’il a juste été exposé au virus sans développer de symptômes.



 



61.000 masques respiratoires saisis au Maroc



Interpol a mené récemment une opération, dénommée « Qanoon », au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour lutter contre la criminalité pharmaceutique en ces temps de crise sanitaire. Selon L’Économiste, cette opération a été lancée le 1er février et a pris fin le 1er avril 2020. Pendant cette période ont été saisis 61.000 masques respiratoires et un respirateur artificiel au Maroc, 63.418 masques faciaux et 360 produits désinfectants en Jordanie, 85.000 produits médicaux (masques, gants, thermomètres, lunettes médicales…) au Qatar, et près de 20 millions d’articles pharmaceutiques illicites en France. Le journal précise que la valeur totale des produits confisqués s’est élevée à plus de 14 millions de dollars.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…