Aller au contenu principal

Villes sans bidonvilles : la Cour des comptes présente son rapport

Ce mardi 23 juin, la Cour des comptes a présenté devant la Commission du contrôle des finances publiques son bilan sur le programme "Villes sans bidonvilles". Président de cette instance, Driss Jettou a relevé un ensemble de lacunes concernant la mise en œuvre de ce programme, appelant les députés à accélérer leur travail. Il a exigé la mise au point d’un certain nombre d’actions, notamment le développement d’une approche globale, la mise en place d’une base de données des bénéficiaires, le renforcement du suivi et le respect des délais de mise en œuvre des travaux.

Par Khansaa Bahra, Publié le 24/06/2020 à 10:54, mis à jour le 24/06/2020 à 21:24
Teaser Media
Villes sans bidonvilles

Ce mardi 23 juin, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, et ses équipes ont présenté devant la Commission du contrôle des finances publiques les détails du rapport d’évaluation du programme national des "Villes sans bidonvilles".

Dans son rapport, la Cour des comptes a mis en évidence un ensemble de lacunes concernant la mise en œuvre du programme, soulignant que les mesures prises pour améliorer les conditions de vie des familles pauvres manquaient une approche globale. Ces mesures ne reposent que sur la fourniture d’un logement convenable, sans tenir compte des dimensions économiques et sociales dans les sites des nouveaux logements. Ainsi, il est primordial de prévoir des activités génératrices de revenus et d’intégrer les services publics de base, à savoir l’éducation, la santé, le transport et la sécurité, a expliqué l’instance.

Le rapport a révélé que les premiers bénéficiaires du programme, qui devait prendre fin en 2010, étaient au nombre de 270000 familles en 2004 avant de passer à plus de 472000 familles en 2018. Cela prouve qu’il y a eu une croissance importante de la densité de la population des bidonvilles. Compte tenu de l’augmentation annuelle des familles vivant dans des bidonvilles, estimée à 10600 familles chaque année, le programme n’a atteint que 60% de son objectif. De plus, le comité a expliqué que de nombreuses personnes ne vivent dans des bidonvilles que pour bénéficier du soutien que l’État fournit dans le cadre du programme, indiquant qu’un quart des places accordées dans le programme sont vendues.

Le rapport fait également état d’une mauvaise préparation du projet, d’un faible achèvement des travaux pour les installations et les infrastructures et d’un échec de restructuration appropriée lorsque cela est nécessaire. Il n’y a pas suffisamment de mesures en place pour contrôler le phénomène, en raison de l’absence à la fois d’un cadre juridique de lutte contre les bidonvilles et de conditions explicites d’allocation de logement. L’inexistence d’une base de données sur les bénéficiaires indique la probabilité que les gens bénéficient du programme plus d’une fois et dans plus d’une ville.

CESE : les lacunes de la stratégie de mobilité durable du Maroc

Dans une note publiée le 21 septembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a abordé les différents problèmes que connait le Maroc en termes de mobilité durable. En raison d’un manq...

Covid-19 : le Maroc s'approche de son objectif d’immunité collective

Autorisée au début de ce mois par le Comité scientifique et technique de vaccination, l’administrat...

La méritocratie scolaire existe-t-elle dans la société moderne ?

La méritocratie renvoie au principe qu’une société juste est une société qui octroie à chacun la place qu’il mérite. Cette place est octroyée en fonction des efforts et des talents, plutôt qu’une plac...

Affaire Khadija : le verdict est tombé

Plus de trois ans après les faits, la chambre criminelle près la Cour d’appel de Béni Mellal a rendu son verdict contre les accusés dans "l’affaire Khadija". La sentence prononcée mardi 21 septembr...

Mort de Abdelouahab Belfqih : une enquête a été ouverte par le tribunal de Guelmim

Le procureur du Roi près la Cour d’appel de Guelmim a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort d’Abdelouahab Belfqih, ex-membre du Parti authenticité et modernité (PAM). L’homme politique a été r...

Cellule terroriste à Errachidia : quatre nouvelles arrestations

En coordination étroite avec les éléments de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveil...