Aller au contenu principal

Binebine et Taia nommés pour le Prix littéraire Renaudot

Par Nora Jaafar, Publié le 16/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les romans "Rue du Pardon" de Mahi Binebine et "La Vie Lente" de Abdellah Taia ont été nominés pour le Prix littéraire Renaudot.

 

Les livres sont écrits en français et n'ont pas encore été traduits vers d'autres langues.

 

Le Prix Renaudot est un prix annuel prestigieux décerné à la nouvelle littérature française. Le prix pour la troisième place sera annoncé le 4 septembre, la deuxième place le 8 octobre et le gagnant sera dévoilé le 4 novembre.

 

Rue du pardon

 

Mahi Binebine est né à Marrakech en 1959. Il s'installe à Paris en 1980 pour étudier les mathématiques puis se consacre à la peinture, la sculpture et l'écriture. Il est retourné à Marrakech pour y vivre en 2002.

 

Son roman publié en 2010, "Chevaux de Dieu", consacré aux attentats de Casablanca, a été nominé pour le prix du meilleur livre traduit en 2014. Il a été adapté dans un long métrage du même nom en 2012, sous la direction de Nabil Ayouch. Il a été la candidature officielle du Maroc à l'édition 2014 des Oscars, dans la catégorie "meilleur film en langue étrangère".

 

Le roman de Binebine "le Fou du roi" a été nominé pour le Prix Renaudot en 2017, mais il a manqué la palme de peu.

 

Dans le nouveau roman de Binebine, "Rue du pardon", Hayat, le personnage principal, grandit dans un quartier pauvre de Marrakech. "Née blonde, elle attire les moqueries de ceux qui l'entourent, et fait honte à sa mère. (...) Hayat s'échappe de son quartier grâce à Mamyta, la plus grande danseuse orientale du pays. Mamyta est une sorte de geisha, chanteuse, danseuse, leader et amante. C'est une femme libre dans un pays où tout est interdit. (...) Hayat apprend à rendre les hommes fous (...) et à bâtir une destinée", explique la maison d'édition de l'ouvrage.

 

La vie lente

 

Abdellah Taia est né à Rabat en 1973 et est basé à Paris depuis 1998. Il a publié plusieurs romans autobiographiques. En 2006, Taïa devient le premier écrivain arabe ouvertement gay. Il est un ardent défenseur des droits des homosexuels et a été largement condamné au Maroc, où l'homosexualité est illégale selon l'article 489 du Code pénal marocain.

 

La Vie Lente se déroule en France, après les attentats terroristes de 2015, peut-on lire dans le résumé du livre. Il suit Mounir, un parisien gay d'origine marocaine, qui loue un appartement en sous-sol de Madame Marty, âgée de 80 ans. L'amitié entre les deux se détériore rapidement et Madame Marty appelle la police pour arrêter Mounir. Le policier, Antoine soupçonne alors que Mounir est lié aux djihadistes.

 

Dix romans et sept essais supplémentaires ont été nominés pour le prix.

La maternité célibataire au Maroc, entre exclusion et injustice

Pècheresses, hors-la-loi. Ainsi sont qualifiées les femmes qui ont un enfant hors mariage au Maroc....

Réforme du système de santé : le choix judicieux du Royaume

Le roi Mohammed VI a donné la semaine dernière le coup d’envoi d’un grand chantier pour la générali...

600 infractions en matière des prix et de qualité durant châabane

Selon le département des affaires générales et de la gouvernance, relevant du ministère de l’Économie, les contrôles, durant le mois de châabane, des prix et de la qualité des produits alimentaires de...

Vente en ligne de médicaments : une grande menace pour les Marocains

En raison de la pandémie de la Covid-19 et des restrictions mises en place pour l’endiguer, le e-co...

Les origines du féminisme au Maroc

Dans cet épisode de Radio Maarif, la professeur Latifa El Bouhsini explique les origines du féminisme au Maroc. Entre la bataille pour l'enseignement et la lutte pour l'égalité des droits, ces sources...

Les dates du baccalauréat 2020-2021 dévoilées

Ce lundi 19 avril, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a annoncé que les épreuves de l’examen national ...