Aller au contenu principal

Lancement du rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger

Depuis le 13 mars 2020, près de 38.000 Marocains se sont retrouvés bloqués un peu partout dans le monde suite à la fermeture des frontières et à la suspension des voyages maritimes et aériens édictée par le royaume pour endiguer la pandémie du coronavirus. 200 nationaux qui ont été rapatriés le 22 mai de Ceuta sont désormais sortis de quarantaine, tandis que 300 autres sont rentrés ce week-end au Maroc depuis Alger. Cette opération a été approuvée par le ministère de la Santé, autorisant, pour le moment, le rapatriement de 300 Marocains par semaine.

Par H.L.B, Publié le 01/06/2020, mis à jour le 01/06/2020
Teaser Media
Rapatriement des Marocains bloqué à l'étranger

Après la détection des premiers cas de contaminations au Covid-19, le Maroc avait procédé, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, à la fermeture de toutes ses frontières terrestres et à la suspension de tous ses voyages aériens et maritimes. Ainsi depuis le 13 mars 2020, près de 38.000 Marocains se sont retrouvés bloqués dans plusieurs pays étrangers. Ces derniers ont longtemps réclamé l’intervention du gouvernement pour les rapatrier vers le royaume, mais cette requête a été difficile à mettre en place. En effet, cette opération requiert une coordination à grande échelle entre différents acteurs, notamment les ministères des Affaires étrangères, du Tourisme, du Transport et de la Santé, mais aussi les équipes de la Royale Air Maroc (RAM), des Forces armées royales (FAR) et de Direction générale de la sureté nationale (DGSN). Avant d’entamer le rapatriement de ces nationaux, l’Exécutif devait d’abord assurer les moyens de leurs transports, les structures et le personnel médical qui veillera à leur mise en quarantaine, ainsi que les tests de dépistage et les équipements sanitaires nécessaires à leur traitement. Depuis le 22 mai, le royaume a commencé à accueillir les Marocains bloqués à l’étranger, en premier ceux provenant de Ceuta et d’Algérie.

 

Marocains rapatriés de Ceuta

Selon Yabiladi, 200 Marocains sont arrivés, entre le 22 et le 24 mai 2020, dans l’une des stations touristiques de la baie de Tamouda au nord du pays. Les autorités locales de la préfecture de M’diq-Fnideq ont affirmé qu’ils ont tous subi deux tests de dépistage de coronavirus et qu’ils ont été déclarés non porteurs du virus ce dimanche 31 mai. Les ressortissants en question ont ainsi été autorisés à retrouver leur famille, après avoir passé plus de soixante-dix jours bloqués dans l’enclave espagnole. La même source ajoute qu’un autre groupe de Marocains est toujours bloqué à Ceuta.

 

2e vague de rapatriement

Le samedi 30 mai, trois avions de la RAM ont ramené au Maroc 300 Marocains, qui étaient bloqués en Algérie. D’après L’Économiste, chaque vole comportait 100 compatriotes et a atterri à l’aéroport d’Oujda. Conformément aux mesures de sécurité et de prévention en vigueur, les passagers ont été conduits vers des complexes touristiques dans la cité balnéaire de Saïdia. Ils resteront en quarantaine pendant une dizaine de jours afin de confirmer qu’ils ne sont pas contaminés au Covid-19. Concernant les autres nationaux qui sont encore bloqués en Algérie, le journal soutient que d’autres vols sont prévus dans les semaines à venir pour les ramener au Maroc, mais qu’ils seront orientés, cette fois-ci vers d’autres provinces. La même source a tenu à rappeler que «les vols de ce samedi, reliant Oujda à une ville algérienne, sont une première en soi, car jamais un vol régulier n’a opéré sur cette ligne».

 

La décision du ministère de la Santé controversée

La décision du ministère de la Santé de rapatrier 300 Marocains bloqués à l’étranger par semaine a été vivement critiquée par les concernés. Hespress Fr a contacté certains de ces ressortissants qui ont dénoncé que ce chiffre est très faible, et que l’opération risque de s’étaler sur plusieurs mois, alors que certains d’entre eux, notamment des étudiants, sont dans une situation très précaire. En réponse, Khalid Aït Taleb, ministre de la tutelle, a expliqué qu’il s’agit «d’une mesure technique temporaire qu’un comité technique a décidée, jusqu’à ce que les conditions adéquates soient réunies pour rapatrier tous les Marocains bloqués à l’étranger». Il a rassuré que, pour le moment, seules 300 personnes seront ramenées au royaume par semaine, mais que ce nombre pourrait très vite augmenter dépendamment des dispositions de prévention et de la capacité d’accueil du pays.


  • Partagez

Les défaillances d’entreprises s’accélèrent

Les défaillances d’entreprises risquent de se multiplier dans le monde à cause de la pandémie du Co...

Bourses de mérite : la Fondation OCP et l’Ambassade de France ouvrent les candidatures

Ce jeudi 2 juillet, le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé le lancement des candidatures aux bou...

Déconfinement : les conditions de reprise ne sont pas du goût de tout le monde

Le Maroc fait face à une nouvelle hausse des cas de contaminations et dépasse la barre des 13000 in...

Modèle de développement : l’IRES appelle à une nouvelle gouvernance

L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a publié cette semaine son rapport 2019/2020. Ce de...

Baccalauréat 2020 : une organisation sans précédent

Ce vendredi 3 juillet marquera le début des épreuves du baccalauréat 2020. Cette année, les examens...

Accor Live Limitless : une campagne inédite pour raviver l’amour du voyage au Maroc

Accor Live Limitless, le compagnon lifestyle du quotidien qui réunit les avantages, services et expériences de l’univers des marques Accor, lance une campagne inédite au Maroc, #ALLFBLADNA, conçue pou...