Aller au contenu principal

Casablanca : Portrait d’une ville au double visage

La mise en service du pont à haubans de Sidi Maarouf est un soulagement pour beaucoup d'automobilistes. Attendue depuis fin 2018, l'ouverture de l'ouvrage va permettre de fluidifier la circulation dans l'un des points noirs de la capitale et aussi rapprocher l'aéroport du centre-ville. Petit à petit, Casablanca est en train de se métamorphoser. La mise en services de plusieurs autres projets dont la promenade maritime de la Mosquée Hassan II, le parc de la Ligue arabe, le Grand Théâtre vont façonner le visage de la ville. Mais, il y a aussi l'envers du décor. La saleté de la ville interpelle. Malgré le tramway, les transports en commun restent globalement défaillants.

Par J.R.Y, Publié le 10/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Occupant la 22e place financière mondiale (Global Financial Centre Index), Casablanca a attiré ces dernières années des pointures mondiales. LLoyd's, AIG, Bank of China, Allianz, Huawei, Wendel Africa, Engie ou encore Ford...y ont installé leur siège régional pour l’Afrique et le Moyen-Orient.


 

Un environnement en devenir

Si le cadre fiscal, la position géographique, la stabilité politique ont joué en faveur de Casablanca, elle doit faire mieux en matière d'infrastructures et de qualité de vie. Selon les classements des villes mondiales où il fait bon vivre, Casablanca se situe aux alentours de la 120e place. Rabat fait mieux. Pourtant, la métropole a engagé une série de chantiers qui lui permettront de se repositionner. C’est nécessaire pour maintenir son attractivité.

Aujourd'hui, la ville est un chantier à ciel ouvert. Voiries, espaces verts, centres culturels et sportifs, centres commerciaux…les journées des casablancais battent au son des grues et des klaxons.

 

Le développement des chantiers multiplie aussi les embouteillages. La mise en service du pont à haubans de Sidi Maarouf est donc un soulagement pour beaucoup d’automobilistes. C’est l’un des points noirs de la circulation dans la ville avec un trafic évalué à 100.000 véhicules jours. Aux heures de pointe, les bouchons sont devenus infernaux depuis le début de Ramadan.

Les autorités ont finalement cédé à la pression des usagers. La mise en service du pont était attendue depuis fin 2018. La fluidification de la circulation à cet endroit a aussi pour but de raccourcir la durée du trajet entre le centre-ville et l’aéroport.

En dehors du pont à haubans, d'autres projets notamment la promenade maritime de la Mosquée Hassan II, le parc de la ligue arabe, le grand théâtre seront achevés dans les prochains jours selon le calendrier annoncé. Les casablancais seront attentifs aux délais de livraison de tous ces projets. Leur mise en service va façonner le visage du centre-ville de Casablanca.

 

L'envers du décor

En dehors de certains problèmes de logistique, le tramway rend bien des services à de nombreux usagers. Cependant, les transports en commun en général restent défaillants, en témoigne les longues files d'attente pour les grands taxis dans certaines artères de la capitale. La vétusté du parc de bus et des petits taxis fait de Casablanca l'une des villes les plus polluées de la région sans compter les manquements au niveau de l'entretien de la ville. À ce niveau, l'incivisme des populations contribue fortement à la dégradation de la ville.

 

Si la situation n'est pas encore idéale, elle semble s'améliorer, cela sans oublier que Casablanca se positionne mieux comparée à des villes comme Istanbul ou encore le Caire. 


  • Partagez

Le Fonds Mohammed VI de l'Investissement au menu du Conseil de gouvernement

Le projet de loi portant création du Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera ce jeudi au menu ...

Commerce de détail : le virage technologique devient crucial

Les ménages ne sont pas encore prêts à consommer comme avant. La baisse ou la perte de salaire jume...

Procès RAM-AMPL : le tribunal ordonne la dissolution de l’association

Ce mercredi 25 novembre, le tribunal de première instance de Casablanca a rendu son verdict dans le cadre de l’affaire opposant Royal Air Maroc (RAM) à l’Association marocaine des pilotes de ligne (AM...

Jouahri annonce la création d’un fonds de garantie pour les associations de microcrédit

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib, s’est présenté ce mardi devant le Commission des finan...

Entrée en bourse de la foncière Aradei Capital

Ce lundi 23 novembre, Aradei Capital a obtenu le visa de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) permettant une introduction à la bourse de Casablanca. Il s’agit d’une opération d’un m...

Voyages de fin d'année : les conditions à remplir

Alors que les visas touristes sont suspendus depuis mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre, le Maroc ava...