Aller au contenu principal

Covid-19 : les dernières mesures prises en prévision du stade 3

Le Maroc a enregistré depuis hier soir, 21 nouvelles infections, 3 décès et 7 guérisons liés au Coronavirus. Le confinement et le dépistage ont permis de limiter la transmission communautaire mais ont exacerbé la contagion au sein des familles. Le pic de cette pandémie serait prévu pour fin avril ou début mai. Afin de contenir la propagation du virus, la tutelle exige désormais le port des masques de protection à l’extérieur et recommande la fermeture des cabinets dentaires. Se préparant au stade 3 de l’épidémie, la région Casablanca-Settat renforce sa capacité litière pour accueillir davantage de malades.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/04/2020, mis à jour le 07/04/2020
Teaser Media
Nouveau bilan, dépistage, masques de protection ... on vous dit tout

Ce mardi 7 avril, le ministère de la Santé a annoncé que le royaume a enregistré 21 nouvelles infections, 3 décès et 7 guérisons liés au Coronavirus. Ces derniers chiffres portent le bilan du pays à 1141 contaminations, 83 décès et 88 guérisons. Les cas exclus après des résultats négatifs au Covid-19 sont désormais au nombre de 4131. Voici la répartition des cas contaminés par régions :

régions Maroc covid

 

Port du masque de protection obligatoire

Face à l’alourdissement du bilan de contaminations et de décès dus au Coronavirus, les ministères de la Santé, de l’Intérieur, des Finances et du Commerce et de l’Industrie ont annoncé que le port des masques de protection à l’extérieur est devenu obligatoire à partir de ce mardi 7 avril. Lesdits départements ont souligné dans un communiqué de presse conjoint, daté du lundi 6 avril, avoir pris «toutes les mesures» pour la commercialisation et la distribution des masques, produits localement et vendus à 0,8 dirham l’unité. Le communiqué précise que le prix des masques est subventionné par le Fonds spécial créé pour gérer la crise du coronavirus. Les ministères rappellent que toute violation de ces dispositions peut entraîner des peines de prison allant d’un à trois mois et d’une amende de 300 à 1300 dirhams, conformément à l’article 4 du décret-loi 2.20.292.

 

Vers un pic de la pandémie ?

Contacté par Médias24, Mohamed Amine Berraho, médecin et professeur d’épidémiologie clinique à la faculté de médecine et de pharmacie de Fès, a expliqué que l’augmentation du nombre d’infections dans le pays pourrait être le résultat du confinement obligatoire. Il soutient que grâce aux mesures mises en place par les autorités publiques, notamment la distanciation sociale et l’état d’urgence sanitaire, le risque de la transmission communautaire a largement diminué. Toutefois, les cas de contaminations sont devenus de plus en plus fréquents au sein de la même famille, et ce en raison du confinement. Concernant le dépistage, docteur Berraho a indiqué que la hausse des tests s’explique par la multiplication de personnes atteintes du coronavirus. Il ajoute qu’après la détection d’un cas de contamination, les équipes médicales procèdent au dépistage de tout son entourage ainsi que des personnes qui ont été en contact direct avec lui.

Puis, interrogé sur l’éventuel pic de la pandémie au Maroc, le professeur a souligné qu’il est très difficile de fixer en amont les dates précises de ce pic, mais soutient : «selon les données épidémiologiques dont on dispose et selon les modélisations mathématiques de l’évolution de l’épidémie on peut prédire, avec un degré de probabilité raisonnable, qu’on pourrait observer le pic entre la dernière semaine d’avril et la première semaine de mai».

 

Les dentistes doivent fermer boutique

En plus du port du masque de protection, le ministère de la Santé a exhorté les dentistes à fermer leurs cabinets. Cette démarche a pour objectif de protéger le praticien et ses patients ainsi que d’éviter tout risque de contamination au Covid-19. Selon L’Économiste, la tutelle appelle les dentistes à établir des conseils médicaux à distance et des prescriptions électroniques à la place de la prise en charge physique. Par ailleurs, un seul cabinet dentaire est autorisé à ouvrir par province pour le traitement des cas d’urgence extrêmes (pulpite aigüe irréversible, traumatisme, hémorragie...). De plus, il est formellement interdit aux médecins de prendre en charge des patients présentant des signes grippaux (toux, éternuements…). 

 

Casablanca se prépare au stade 3 de la pandémie

Casablanca, qui a érigé un hôpital de campagne au sein de l’Office des foires et expositions, poursuit sa préparation pour accueillir toujours plus de contaminés. Après Benslimane, c’est au tour de Nouaceur de se doter d’un hôpital militaire de campagne (HMC). Cette nouvelle structure a également été bâtie en 6 jours et dispose de 3 unités d’hospitalisation d’une capacité de 200 lits. 180 seront réservés aux cas moins graves nécessitant une surveillance médicale appropriée, tandis que les 20 autres seront dédiés au service de réanimation pour accueillir les cas graves et critiques. Le personnel soignant de ce site compte 2 anesthésistes-réanimateurs 2 urgentistes, 6 généralistes, un biologiste et un pharmacien, ainsi qu’un staff paramédical composé de 73 professionnels, entre infirmiers et aide-soignant. Dirigée par un officier gestionnaire et un officier de mobilisation, une équipe de 30 éléments vient soutenir le personnel médical de cet hôpital.

Outre l’HMC de Nouaceur, le Centre hospitalier régional (CHR) Moulay Youssef de Casablanca a augmenté sa capacité litière avec 60 nouveaux lits, qui seront consacrés aux patients infectés par le Coronavirus. C’est grâce au soutien du ministère de la Santé et de l’Office chérifien du phosphate (OCP) que le CHR a pu réaménager sa structure. D’après Telquel, le service de réanimation de l’établissement compte désormais six salles entièrement équipées de tout le matériel pour surveiller et soigner les cas graves. Selon la même source, ces salles ont été équipées par le ministère de Santé de respirateurs, de sources d’oxygène et d’écrans permettant de suivre en permanence les paramètres vitaux des patients (rythme cardiaque, pouls, taux d’oxygène dans le sang, tension artérielle et température). Enfin, le journal digital rapporte que d’autres travaux sont encore en cours d’achèvement au niveau du service pédiatrie de l’hôpital, qui sera doté de 20 autres lits et d’une salle de soins intensifs pour les cas graves.

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...

Nos téléphones écoutent-t-ils nos conversations ?

Tout le monde a déjà été surpris de voir apparaître une publicité sur internet pour un produit dont il venait de parler. Ce constat laisse aussi place aux théories de complot, poussant ainsi la majori...

Enseignement préscolaire : les recommandations des députés

La Commission chargée de l’évaluation des politiques publiques à la Chambre des représentants a liv...

Sous quelles conditions peut-on voyager en Espagne ?

Depuis le dernier déconfinement en Europe, plusieurs pays retrouvent une vie normale, mais également le monde du tourisme. Après l’annonce de la réouverture du ciel du Maroc, c’est à l’Espagne de rouv...

Marhaba 2021 : les MRE pris en tenaille

La flambée des prix des billets d'avion et de ferry pour rentrer au Maroc fait réagir les Marocains du monde. Sur les réseaux sociaux, des associations de Marocains résidant à l'étranger (MRE) dénonce...