Temps de lecture : 2 minutes


Budget : de légers ajustements

Temps de lecture : 2 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 2 minutes

L’idée d’une suspension de certaines dépenses publiques a semé la panique dans le milieu des affaires ce week-end, au point de pousser le ministre des Finances à se rétracter. La commande publique représente 25% du PIB et en surseoir une partie aurait accentué l’effet de la crise. En revanche, le déplafonnement des emprunts extérieurs sera acté lors du conseil de gouvernement de ce lundi pour plus de marge de manœuvre dans la mobilisation de ressources pour faire face aux dépenses exceptionnelles liées à la crise.

Temps de lecture : 2 minutes

Durant le week-end, l’ordre du jour du conseil de gouvernement de ce lundi a été largement modifié, rapportent plusieurs médias. L’idée d’une suspension de certaines dépenses publiques a semé la panique dans le milieu des affaires au point de pousser le ministre des Finances à se rétracter. N’étaient pas concernées par ces coupes budgétaires, les dépenses de santé, celles liées à la gestion de la pandémie Covid-19, les dépenses de sécurité, les dépenses d’investissement et de fonctionnement à caractère urgent…



 



Préserver le PIB



La commande publique représente plus de 25% du PIB estime Ecoactu. Ajourner les dépenses publiques aurait accentué l’effet de la crise. La croissance ne devant pas dépasser 2% selon les prévisions les plus optimistes. Des milliers d’entreprises dépendent exclusivement des marchés publics. C’est une grande fragilité et l’arrêt, même temporaire d’une partie de la commande publique, aurait contribué à accentuer leurs difficultés. Par ailleurs, en raison de l’urgence sanitaire, l’on assiste à la dématérialisation accélérée de certaines procédures pour ne pas pénaliser les adjudicataires des marchés publics notamment en termes de délais de paiement.



Le deuxième sujet phare du conseil n’a, lui, pas changé. Il s’agit du déplafonnement des emprunts extérieurs. Le Trésor était autorisé à mobiliser jusqu’à 31 milliards de DH à l’étranger. Le déplafonnement va permettre d’augmenter les capacités de levées de fonds à l’extérieur. En regardant le coût du dernier emprunt à l’international (1,5%), cela peut s’avérer une bonne chose. Sachant que les agences de notation ont toutes confirmé la notation du Maroc là où elles ont dégradé celles d’autres pays.


Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Emploi au Maroc : quelle évolution en 2022 ?

Le Maroc a réalisé des progrès significatifs pour stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emplois. Le gouvernement de Aziz Akhannouch a adopté une stratégie a…
Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Finance climatique : le Maroc en tête des pays du Maghreb en matière de réglementation

Le Maroc a réussi encore une fois à se placer à la tête des pays maghrébins en matière de préparation des systèmes financiers pour soutenir l'action climatique. Tel est le constat …
Entrepreneuriat : comment être "IPO ready" ?

Entrepreneuriat : comment être « IPO ready » ?

Une "Initial public offering" (IPO), ou introduction en bourse, définie la cotation des actions d’une société sur un marché boursier. C’est un moyen important pour les entreprises …
Maroc-Espagne : un nouveau souffle à la coopération économique

Maroc-Espagne : un nouveau souffle pour la coopération économique

C’était la première étape de la Rencontre de haut niveau (RHN) entre le Maroc et l’Espagne, qui s’étale sur deux jours, à l’initiative de la Confédération générale des entreprises …
FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

FMI : quelle croissance économique en Afrique et dans le monde en 2023 ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique mondiale pour cette année. Elles sont estimées à 2,9% pour 2023 et à 3,…
CRI

Charte de l’investissement : le soutien étatique fixé

Encourager l'acte d'investir. C'est le but ultime de la nouvelle Charte de l'investissement dont l'exécutif a amorcé la mise en œuvre à travers un premier décret d'application adop…
Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Viandes rouges : des mesures pour contrer la flambée des prix

Ces deux dernières semaines, les prix de la viande rouge sont montés en flèche au Maroc. Dans les abattoirs, le prix de la viande ovine varie entre 90 et 100 DH le kilogramme (kg) …
Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

Crise économique : le FMI évalue la performance du Maroc

La sécheresse et les conséquences économiques de l'invasion russe en Ukraine ont affecté l'économie marocaine en 2022. Malgré les efforts déployés par le gouvernement pour remédier…