Aller au contenu principal

Scandale "Masters contre argent" : prison ferme pour les accusés

Un membre de Transparency Maroc a écopé, mardi, d’un an de prison ferme et d’une amende de 5000 dirhams pour son implication directe dans l’affaire connue sous le nom de "Master contre l’Argent". Le scandale a éclaté en août 2018 à l’université Sidi Mohammed Benabdellah de Fès, suite à un enregistrement audio où l’accusé promet l’obtention du master contre la somme de 40.000 dirhams.

Par Mohamed L., Publié le 05/03/2020, mis à jour le 05/03/2020
Teaser Media
Corruption

Le verdict est tombé dans l’affaire "Master contre l’argent", qui fait la Une de la presse arabophone ce jeudi. Ironie du sort, l’accusé principal, un membre de l’association Transparency Maroc (organisation qui a pour objectif de lutter contre la corruption...), a été condamné à un an de prison ferme pour "corruption et abus de pouvoir".

Les faits remontent à l’année 2018, plus précisément au mois d’août. Un enregistrement audio, dans lequel un haut responsable promet aux étudiants l’obtention du master contre une somme de 40 000 dirhams, arrive entre les mains du doyen de l’université Sidi Mohammed Benabdellah de Fès, rapporte le quotidien Akhbar Alyaoum. L’affaire fait objet d’une plainte déposée contre X à la Cour d’appel de Fès. Dès lors, une enquête est ouverte par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès.

Trois autres accusés condamnés à de la prison ferme

En plus du principal accusé, trois autres personnes ont été arrêtées et condamnées à des peines allant de deux mois à une année d’emprisonnement, indique le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du jeudi 5 mars 2020. Il s’agit d’un étudiant, intermédiaire dans les transactions entre le membre de Transparency et les autres étudiants. Ce dernier a écopé d’un an de prison ferme et une amende de 5000 dirhams. Son cousin, également impliqué dans ce dossier, a été condamné à 6 mois de prison ferme et une amende de 5000 dirhams, tandis qu’un autre étudiant a été condamné à 2 mois de prison ferme et à 2000 dirhams d’amende. La même source souligne que trois autres mis en cause, un professeur au secondaire, un fonctionnaire de l’Université et une enseignante universitaire ont, quant à eux, été acquittés.

Pour rappel, le juge d’instruction près de la Cour d’appel de Fès avait ordonné la poursuite des sept mis en cause en état de détention préventive. Après le dépôt d’une caution, la liberté provisoire a pu leur être accordée. Ce procès, qui a sonné comme un coup de tonnerre dans la capitale spirituelle du royaume en 2018, avait été reporté à maintes reprises.


  • Partagez

Lutte contre le Coronavirus : le Maroc "très proche du succès"

Après plus de deux mois et demi de confinement, le Maroc se dirige vers la levée de cette mesure le...

Une médiation nécessaire entre les écoles privées et les parents d'élèves

L’ambiance est tendue entre les parents d’élèves et les directeurs d’écoles privées. La raison ? Le...

Rapatriement des Marocains : Ait Taleb temporise mais rassure

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé a déclaré jeudi devant la commission des secteurs sociaux qu...

Les cafés et restaurants autorisés à rouvrir

Fermés depuis le 16 mars dernier, les cafés et les restaurants sont autorisés à rouvrir à partir de ce vendredi 29 mai. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie ...

Khalid Aït Taleb défend l’utilisation de la chloroquine pour traiter le Covid-19

Alors que l’hydroxychloroquine, traitement supposé efficace contre le Covid-19, fait débat, le Maro...

Tadamoncovid : 2 millions de réclamations enregistrées en une semaine

Ce mercredi 27 mai, le Comité de veille économique (CVE) a publié un communiqué indiquant que depuis le 21 mai, près de deux-millions de réclamations des ménages du secteur informel ont été enreg...