Aller au contenu principal

Face aux critiques, les banques brandissent les chiffres

Pour faire taire les critiques et certains commentaires non fondés, les banques brandissent régulièrement les chiffres, tout en rappelant que ce sont les dépôts des clients qu’ils transforment en crédits. Les dépôts représentent près de 70% des ressources des banques. Pratiquement la totalité est convertie en prêts. La part des ménages dans l’encours des crédits s’élève à 31% contre 33% pour les très petites et moyennes entreprises (TPME) et 36% pour les grandes entreprises. L’exposition des banques marocaines sur les TPME est la plus élevée de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena).

Par J.R.Y, Publié le 04/03/2020 à 15:23, mis à jour le 04/03/2020 à 15:31
Teaser Media
Face aux critiques, les banques brandissent les chiffres

Les banques sont souvent critiquées pour leur manque d’audace, surtout dans l’accompagnement de certaines catégories de clientèle, dont les petites et moyennes entreprises. Pour faire taire les critiques et certains commentaires non fondés, elles brandissent régulièrement les chiffres d’octroi de crédit, tout en rappelant que ce sont les dépôts des clients qu’ils transforment en prêts. Elles ont donc l’obligation de placer ces dépôts auprès de personnes (morale ou physique) solvables. Au Maroc, pratiquement la totalité des dépôts est convertie en crédits. Le taux de transformation s’élève à 93% contre 46% en Égypte et 107% en Tunisie.

La gestion du risque

Les mauvais crédits représentent un peu plus de 7% de l’encours global. Le taux d’impayé est relativement maîtrisé même s’il mérite d’être surveillé de près. Il ne faut pas oublier que le ralentissement de la croissance et le climat des affaires ont des effets négatifs sur les créances en souffrance. Une amélioration de la conjoncture favoriserait un reflux des impayés. Il y a six ans, le secteur affichait un taux de créances en souffrance inférieur à 6%.

L’accompagnement des entreprises

Le portefeuille de crédit du secteur bancaire est relativement équilibré entre les ménages, les TPME et les grandes entreprises. La part des ménages dans l’encours des crédits s’élève à 31% contre 33% pour les TPME et 36% pour les grandes entreprises. L’exposition des banques marocaines sur les TPME est la plus élevée de la région Mena. Loin derrière le Maroc, on retrouve le Liban avec 16% et la Palestine avec 14%. Plus proche de nous, les crédits accordés par les banques tunisiennes et égyptiennes aux toutes petites et moyennes entreprises représentent seulement 7% des encours.

En 2019, l’encours des crédits aux entreprises a augmenté de 5% pour s’établir à 598 milliards de DH alors que le total des prêts aux particuliers s’est fixé à 271 milliards de DH, en progression de 3%. La totalité des concours au secteur privé équivaut à 85% du PIB. Ce niveau rapproche plus le Maroc des économies développées (France 105%, Royaume-Uni 135%) que des émergentes (Turquie 68%, Égypte 26%).

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...