Aller au contenu principal

Crise en Syrie : Merkel et Macron veulent s’entretenir avec Poutine et Erdogan

Face à l’exacerbation de la situation humanitaire dans la région syrienne d’Idlib, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, ont appelé jeudi (20 février) le président russe Vladimir Poutine pour lui faire part de leurs préoccupations. Ils ont ainsi appelé à la décélération du conflit et ont proposé de tenir une nouvelle réunion avec le président russe et son homologue turc, Recep Tayip Erdogan.

Par H.L.B, Publié le 21/02/2020, mis à jour le 21/02/2020
Teaser Media
Paris et Berlin veulent intervenir en Syrie

L’Allemagne et la France cherchent à mettre fin aux violences en Syrie. La chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, se sont entretenus, le jeudi 20 février, par téléphone avec leur homologue russe, Vladimir Poutine, en marge du sommet européen de Bruxelles. D’après LesEchos, cet échange intervient après que des agents humanitaires syriens aient appelé à un cessez-le-feu et à une aide internationale pour sauver près d’un million de personnes déplacées en Syrie, suite aux assauts du régime à Idlib. Selon un communiqué du site web du président français, Macron et Merkel ont tenu à alerter Poutine sur la situation humanitaire qui affecte la population civile dans la province d’Idlib. Ils ont exhorté à un arrêt immédiat des hostilités et à faciliter l’accès à l’aide humanitaire au profit des réfugiés. Les dirigeants des deux plus grands pays de l’Union européenne (UE) ont également exprimé leur volonté de «rencontrer rapidement le président russe et le président Erdogan [turc] afin de trouver une solution politique à cette crise».


De son côté, le Kremlin a indiqué qu’une attention particulière a été accordée à la résolution de la crise syrienne «dans le contexte des [...] actions agressives menées par des groupes extrémistes contre les forces gouvernementales et les civils syriens», indique Reuters. Poutine a affirmé vouloir mettre en place des mesures efficaces pour neutraliser «la menace terroriste», tandis que Macron et Merkel ont exprimé «leur volonté d’aider à réduire la tension dans le nord-ouest de la Syrie», souligne le Kremlin dans un communiqué.

Politico nous apprend pour sa part que, ce vendredi matin, les 27 dirigeants de l’UE ont condamné les attaques du gouvernement syrien contre la ville d’Idlib, la dernière enclave rebelle du pays, mettant en garde contre une catastrophe humanitaire dans cette ville. «La nouvelle offensive militaire du régime syrien et de ses partisans à Idlib, qui provoque d’énormes souffrances humaines, est inacceptable», a déploré le Conseil européen dans un communiqué. «L’UE exhorte toutes les parties impliquées dans le conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et du droit international des droits de l’homme et à permettre un accès humanitaire direct et sans entrave à tous ceux qui sont dans le besoin», ajoute la déclaration.

Par ailleurs, à son arrivée à Bruxelles pour le sommet de l’UE, Macron a précisé que les événements dans le nord-ouest de la Syrie ne pouvaient plus être ignorés, rapporte Le Monde. «Depuis plusieurs semaines, c’est l’un des pires drames humanitaires qui est en train de se passer», avance le président français. Et de marteler : «Nous ne pouvons aujourd’hui nous réunir comme s’il ne se passait rien à quelques milliers de kilomètres de nous».

Selon Le Point, le président français a également «condamné avec la plus grande fermeté les attaques militaires qui sont menées depuis plusieurs semaines par le régime de Bachar el-Assad contre les populations civiles d’Idleb». En s’adressant au Conseil de sécurité des Nations Unies, où la France siège en tant que membre permanent, il a insisté sur le fait que l’instance devrait «prendre ses responsabilités» après que la Russie ait bloqué une résolution appelant à un cessez-le-feu dans la région.

En citant le dernier rapport des Nations Unies portant sur la Syrie, France24 rapporte que, depuis le 1er décembre 2019, 900 000 personnes ont été déplacées dans la région d’Idlib dans des «conditions épouvantables», dont plus de 500 000 enfants.


  • Partagez

Le sommet G20 aboutit à plusieurs consensus généraux

Dimanche 22 novembre, les dirigeants des nations les plus puissantes du monde ont conclu le sommet du G20, un sommet virtuel de deux jours, pandémie oblige, organisé par l’Arabie saoudite. À...

Ouverture du procès de Nicolas Sarkozy pour corruption

Faux départ ce lundi 23 novembre au procès inédit de Nicolas Sarkozy pour corruption dans l'affaire dite des "écoutes". Le tribunal a suspendu l'audience jusqu'à jeudi, le temps de réaliser une e...

Présidentielle américaine : la Géorgie confirme la victoire de Joe Biden

Ce jeudi 19 novembre, la Géorgie a confirmé que la victoire du démocrate Joe Biden dans cet État à l’élection présidentielle américaine du 3 novembre. En effet, les autorités locales de cet État ont i...

Visite controversée de Mike Pompeo au Golan, territoire syrien occupé par Israël

Ce jeudi 19 novembre, Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, s’est rendu dans une colonie israélienne et sur le plateau du Golan, territoire syrien occupé par Israël. Une première pour un secrét...

France : Macron appelle à la création d’un conseil des imams

Ce mercredi 18 novembre, le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec les dirigeants du Conseil français du culte musulman (CFCM). À la demande du président, les dirigeants de ce Conseil...

Vaccin contre la Covid-19 : Pfizer annonce une efficacité de 95%

Ce mercredi 18 novembre, Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont publié un communiqué annonçant que le vaccin qu'ils développent est efficace à 95% pour prévenir la Covid-19. Et ce, selon ...