Aller au contenu principal

Automobile : le Maroc rehausse ses ambitions

L’automobile est depuis quatre ans la locomotive des exportations marocaines avec 71 milliards de DH de chiffre d’affaires (novembre 2019). Premier producteur de véhicules de tourisme en Afrique, le Maroc veut rivaliser avec des pays plus avancés. Après ses propos sur la délocalisation de la production française qui ont été mal pris dans le Royaume, Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, a rappelé sa pensée lors de sa dernière visite. Mais, il n’a pas totalement balayé les inquiétudes relevées par certains journaux.

Par J.R.Y, Publié le 03/02/2020 à 13:16, mis à jour le 04/02/2020 à 20:29
Teaser Media
Automobile : le Maroc rehausse ses ambitions

«Je redis à quel point le modèle sur lequel nous avons avancé depuis 20 ans est un modèle obsolète. Délocaliser, perdre des emplois, réimporter du CO2, c’est fini et je ne donnerai plus mon blanc-seing à ce type de construction industrielle qui est mauvaise pour notre industrie et mauvaise pour les Français. Je ne vois pas pourquoi les contribuables français paieraient pour des aides qui ensuite se traduisent par des délocalisations et des réimportations de CO2». Quelques semaines après avoir critiqué la fabrication des best-sellers français à l’étranger notamment la Peugeot 208 au Maroc et en Slovénie et la Renault Clio en Turquie, Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, a rappelé sa pensée lors de sa dernière visite au Maroc.

Sa déclaration avait été très mal prise ici au royaume. «Il est évident que je souhaite que nous gardions une coopération très forte dans le domaine de l’industrie automobile entre le Maroc et la France. Je ne veux pas que mes propos soient mal compris parce qu’ils ne sont pas bien retranscrits ou mal inscrits dans le contexte global qui était une réflexion sur le pacte productif en France», s’est expliqué Le Maire devant la presse. Pour l’Économiste, le voyage du ministre français n’a pas totalement balayé les inquiétudes liées aux propos qu’il a tenus début décembre.

L’automobile, moteur de l’industrie au Maroc

En 2019, le groupe Renault a produit 400000 véhicules au Maroc. Les livraisons de PSA en 2020 sont estimées à 100000 unités. Aujourd’hui, la capacité de production annuelle du secteur s’élève à 700000 unités. Depuis quatre ans, l’automobile est le premier secteur exportateur du Maroc. Il emploie près de 120000 personnes et pèse 71 milliards de DH de chiffre d’affaires à l’export (novembre 2019). Celui-ci devrait atteindre 100 milliards de DH à l’horizon 2021.

Premier acteur sur le continent africain, le Maroc a des ambitions beaucoup plus grandes. «Nous sommes aujourd’hui leader en Afrique. Et c’est derrière nous. Nous devons challenger des pays beaucoup plus avancés», ambitionne Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, cité par l’Économiste. Le Maroc devrait se positionner sur les segments de l’avenir, notamment la voiture électrique. «Le pays dispose actuellement des ressources financières, matérielles et humaines pour développer une motorisation électrique 100 % marocaine, voir même un véhicule électrique, qui pourrait bien trouver sa place sur le marché international», estime Hespress.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...