Aller au contenu principal

Pesticides : une série de mesures pour limiter les risques cancérigènes

Le conseil du gouvernement examinera, ce jeudi au début de ses travaux, un projet de loi portant sur la protection des végétaux déposé par le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch. Ce projet a été ajouté à l’ordre du jour après l’intervention, la semaine dernière, de Driss Jettou devant la commission du contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants. Ce dernier a rappelé le rapport alarmant de la Cour des comptes sur le danger que représente l’utilisation de ces pesticides pour les cultures marocaines.

Par Mohamed L., Publié le 14/01/2020, mis à jour le 14/01/2020
Teaser Media

L’étau se resserre sur les vendeurs de pesticides au Maroc. Un projet de loi relatif à la protection des végétaux sera examiné ce jeudi dès l’ouverture du conseil du gouvernement. Ce dernier puni de deux mois à deux ans de prison, et d’une amende allant de 100 000 dirhams à 1 million de dirhams, tout vendeur exposant des produits pesticides sur le marché, sans avoir l’autorisation de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), rapporte Al Akhbar ce mardi.

La même source indique que ce projet de loi prévoit une série de mesures ayant pour objectif l’organisation de la commercialisation des produits et la limitation des risques pouvant y découler. Cette législation a également pour objectif de s’assurer que ces activités sont exercées par des personnes qualifiées et agréées par les autorités compétentes.

Le texte prévoit une série de conditions pour l’obtention du visa pour les matières actives qui composent ces produits. Idem pour les critères de leur vente et de leur distribution. À cela s’ajoutent les modalités d’accréditation et de contrôle des personnes exerçant ces activités. La semaine dernière, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a mis l’accent sur le grand danger que représentent ces intrants chimiques sur la santé des Marocains. Il a exprimé ses préoccupations quant à ce sujet lors d’une session de la commission de contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants.

Jettou a ainsi dénoncé l’absence de contrôle sur les commerces de détail de ces pesticides à usage agricole, qui sont susceptibles de créer des troubles au niveau de l’organisme humain, rapporte H24info. Le président de la Cour des Comptes a également souligné l’absence de contrôle sur les produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM). Il a déploré qu’il n’existe actuellement au Maroc aucun encadrement juridique pour les OGM, malgré le débat mondial sur leurs risques potentiels sur la santé.

Outre ces remarques, Jettou a recommandé une meilleure maitrise des canaux de distribution de ces produits et le contrôle de leur utilisation. Il faut rappeler qu’en 2018, le centre international de recherche sur le cancer, qui relève de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), avait mentionné une liste de 5 pesticides cancérigènes. Selon Al Massae, trois de ces cinq pesticides étaient importés régulièrement au Maroc. L’ONSSA avait d’ailleurs lancé un appel aux agriculteurs pour qu’ils évitent d’utiliser ces produits hautement nocifs.


  • Partagez

Des œuvres d’art acquises par feu Hassan II ont disparu du Parlement

La presse marocaine nous apprend ce vendredi que trois tableaux de l’artiste peintre Fouad Bellamin...

Météo : temps froid et neiges à partir de ce dimanche

Le temps s’annonce très froid ce week-end dans plusieurs provinces du royaume. Des chutes de neige et de fortes rafales de niveau orange sont attendues à partir du dimanche 19 janvier dans plusieurs p...

Affaire « Hamza mon bb » : un policier condamné à dix mois de prison

Ce jeudi 16 janvier, le tribunal de première instance de Marrakech a condamné un inspecteur de police à dix mois de prison ferme et à une amende de 2000 dirhams pour son implication dans l’affaire «Ha...

Remise en liberté provisoire du lycéen arrêté pour atteinte à la sacralité

Ce jeudi 16 janvier, Ayoub Mahfoud, un lycéen de 18 ans, a été remis en liberté provisoire. L’adolescent a été condamné à trois ans de prison et à une amende de 5 000 dirhams pour avoir repr...

Affaire Gnawi : le verdict confirmé en appel

Ce mercredi 15 janvier, l’affaire du rappeur marocain Mohamed Mounir, alias Gnawi, a été portée en appel. La Chambre d’appel près du Tribunal de première instance de Salé a confirmé la peine pron...

La rentrée 2020 du roi Mohammed VI

En ce début de 2020, Sa Majesté le roi Mohammed VI a effectué plusieurs visites dans le royaume afi...