Aller au contenu principal

Le Polisario publie des photos indécentes de l’épouse d’un détenu

Le Front Polisario continue de commettre des actes inhumains d’humiliation et de violations de vie privée contre les militants de l’opposition. C’est dans ce sens que le groupe séparatiste a fait fuiter des photos indécentes de la femme de l’un de ses détenus.

Par Nora Jaafar, Publié le 04/11/2019 à 15:53, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Sawt al Watan, la « voix de la nation », la chaîne d’information pro-Polisario, a partagé des photos montrant l’épouse de Fadel Braika dans sa chambre à coucher. Les « services de sécurité » ont récupéré les images du téléphone portable de Braika, après le lui avoir confisqué lors de son arrestation. Ce dernier est l’un des trois militants emprisonnés depuis en juin 2019 par le Front séparatiste, qui les a arrêtés parce qu’ils ont participé à des manifestations pacifiques contre les violations du Polisario à Tindouf. Les « autorités » du front n’ont pas porté d’accusations formelles contre eux et aucune procédure judiciaire n’a été officiellement menée à leur encontre.

 

Sawt al Watan a supprimé l’article et les photos de l’épouse de Braika. L’article humiliant qualifiait le militant d’« espion » pour le Maroc et l’accuse de trahison. Le journal a également publié un autre papier, annonçant qu’il avait supprimé les images suite aux appels des lecteurs qui condamnaient ce « geste inapproprié ». Le deuxième article comprenait en outre des excuses à l’égard de l’épouse de Braika : « Nous nous excusons auprès de la dame et de sa famille pour avoir partagé ses photos intimes. Nous avons partagé ces images afin de provoquer les traîtres ».

 

Les accusations de trahison sont les plus graves auxquelles un membre du Polisario peut être confronté. Les peines contre les « Sahraouis traitres » vont de l’emprisonnement à perpétuité à la peine capitale. Braika, ainsi que deux autres détenus, ont contesté les allégations portées contre eux.

 

Par ailleurs, Mustafa Salma Ould Sidi Mouloud, ancien dirigeant du Polisario, a condamné la publication de ces images privées, qualifiant cette démarche d’« acte odieux ». Les Sahraouis ont de plus appelé le Front du Polisario à tenir responsables les personnes impliquées dans cette affaire afin de préserver « l’honneur et la vie privée de la famille et de la tribu entière [de Braika] ».

 

Pour rappel, le Polisario a arrêté Braika, Moulay Aba Bouzid et Mahmoud Zidane en juin dernier. Leurs familles continuent de protester contre leurs arrestations. Le Front séparatiste n’a toujours pas répondu aux appels à la libération des trois militants.

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...