Aller au contenu principal

Rapport du CESE : l’impact de la campagne de boycott de 2018

Dans le cadre d'une rencontre, organisée le mercredi 30 octobre, sous le thème « Les nouvelles formes de protestation au Maroc », le CESE s'est penché sur son rapport annuel de l'année 2018. Ce document a également évoqué la campagne de boycott qui a bouleversé l'économie marocaine l'année dernière en ciblant trois marques de biens de consommation courante, par le biais des réseaux sociaux en ligne.

Par Nora Jaafar, Publié le 31/10/2019 à 16:39, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le rapport annuel du Conseil économique, social et environnemental (CESE), approuvé par son président, Ahmed Réda Chami, a livré les premières conclusions de son étude sur « Les nouvelles formes de protestation au Maroc ». Ce rapport, fruit de plusieurs mois de concertations et d'échanges entre associations de protection des consommateurs, dirigeants d’entreprises, institutionnels et le CESE, a analysé la campagne de boycott qui avait été lancée le 20 avril 2018 dernier contre Centrale Danone, Afriquia et Sidi Ali (produit des Eaux Minérales d’Oulmès). Selon le quotidien l'Economiste dans son édition du 30 octobre, qui a analysé cette étude, le Conseil a souligné que «le mouvement constitue un événement majeur et inédit, qui a marqué l’environnement socio-économique et politique au Maroc en 2018 ». Et d'ajouter que la prompte expansion de cette campagne s’explique par «une certaine prédisposition  parmi de larges franges de la population dans un contexte marqué par un malaise social général ».

 

En effet, la même source indique que le boycott affecte encore les marques ciblées, un an après son lancement. Cet engagement démontre que certains consommateurs, faute de leader qui pourrait négocier une trêve, refusent encore d'acheter les produits de ces marques. Le rapport du CESE souligne que ce mouvement « semble avoir trouvé un terreau fertile nourri par les différentes failles observées au niveau de la régulation des marchés, de la capacité de communication et de réaction en temps de crise, ainsi qu’au niveau de la capacité du cadre juridique à traiter ces nouvelles formes de protestation. Il révèle également le manque de confiance du citoyen dans la capacité du cadre institutionnel actuel à protéger ses droits contre tout abus éventuel en matière de fixation des prix et des marges », rapportent nos confrères de H24.

 

Par ailleurs, l’étude du Conseil a révélé l’aspect spontané et mal organisé de cette campagne « issu d’une forte mobilisation au niveau des plateformes virtuelles et réseaux sociaux numériques et qui a connu une diffusion accélérée auprès de larges franges de la population », explique l’Économiste. Le journal ajoute que cette nouvelle forme de protestation « que connaît le monde entier », « dépasse de plus en plus les divers corps intermédiaires : partis politiques, syndicats, associations de consommateurs, société civile ». Ainsi, pour reprendre le contrôle de la situation, indique H24, « le CESE a émis un certain nombre de recommandations détaillées qui ont été regroupées en six blocs :

 

. Renforcer le cadre institutionnel et réglementaire de protection des droits du consommateur et lui garantir les voies de recours ;

 

. Renforcer le cadre de régulation des marchés pour une concurrence plus saine et pour résorber les abus et pratiques illicites sur les marchés ;

 

. Améliorer l’accès à l’information sur les marchés et mettre en place un observatoire des prix et des marges comme outils d’aide à la décision ;

 

. Accorder un poids plus important à l’anticipation et la gestion de crises et à la communication en situation de crise vis-à-vis du citoyen et ce, aussi bien au niveau des pouvoirs publics que du secteur privé ;

 

. Réformer le cadre juridique et institutionnel pour corriger les situations de conflit d’intérêts pouvant éroder la confiance des citoyens ;

 

. Promouvoir la place de la responsabilité sociétale de l’entreprise ».

 

Selon les résultats de l’enquête du CESE, relayés par l'Économiste, différentes catégories sociales ont été engagées dans ce mouvement de boycott, mais les classes moyennes, les jeunes, les urbains et les femmes ont été relativement les plus impliqués. De plus, ce mouvement a également constitué une occasion d’appeler à la réactivation du Conseil de la concurrence et au renforcement de la protection du consommateur, conclut le quotidien.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...