Aller au contenu principal

Dialogue social : Un accord tripartite acté et signé

Ce jeudi soir à Rabat, le gouvernement, trois centrales syndicales et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ont signé le nouvel accord social qui vise essentiellement à améliorer le pouvoir d'achat des fonctionnaires et des employés du secteur privé.

Par H.L.B, Publié le 26/04/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Cet accord tripartite, qui s’étale sur trois ans (2019-2021), a été signé par le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, le SG de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Naâm Miyara et le SG de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), Abdelilah El Halouti.


 


Les représentants de la Confédération démocratique du travail (CDT), conduit par son secrétaire général, Abdelkader Zair, se sont retirés de la cérémonie de signature de cet accord tripartite.


 


Cet accord vient couronner plusieurs rounds du dialogue social que le gouvernement et ses partenaires économiques et sociaux ont veillé à mener à bien pour œuvrer à l’amélioration des conditions sociales au Maroc et à la consolidation de l’économie nationale à travers un environnement économique et social sain.


 


Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a profité de cette occasion pour évoquer le discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lors du 19e anniversaire de la fête du Trône, dans lequel le Souverain avait appelé "à tenir compte de l’intérêt supérieur du pays et à faire preuve de sens des responsabilités et d’esprit de consensus pour procéder à l’élaboration d’un pacte social équilibré et durable, à même de rehausser la compétitivité de l’entreprise et de renforcer le pouvoir d’achat des travailleurs dans les secteurs public et privé".


 

Les détails de l'accord


 


L’accord prévoit une série de mesures importantes visant essentiellement à renforcer la protection sociale, à améliorer les libertés syndicales, à institutionnaliser le dialogue social, à œuvrer à la mise en place d’un dialogue social permettant de réaliser la cohésion et la paix sociale, en plus d’améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires et salariés à travers une augmentation générale des salaires des fonctionnaires des administrations publiques, des collectivités territoriales et des employés des institutions publiques à caractère administratif.


 


Il s’agit d’une augmentation mensuelle de 500 dirhams net pour les échelles 6, 7, 8, 9 et pour les échelons de 1 à 5 de l’échelle 10. Cette hausse consiste à verser 200 dirhams à partir du 1er mai 2019, 200 dirhams en janvier 2020, et 100 dirhams en janvier 2021.


 


L’accord prévoit également une hausse nette de 400 dirhams pour les fonctionnaires avec l’échelon 6 et plus de l’échelle 10. Cette hausse sera versée sur la base de 200 dirhams à partir du 1er mai 2019, de 100 dirhams en janvier 2020 et de 100 dirhams en janvier 2021. Outre une augmentation des allocations familiales de 100 DH pour chaque enfant (dans la limite de trois enfants) qui sera versée à partir du 1er juillet 2019.


 


Le nouvel accord social prévoit la création d’un nouveau grade de promotion pour les fonctionnaires dont le parcours de promotion s’achève au niveau des échelles 8 et 9.


 


Il s’agit également d’améliorer les conditions de promotion pour les enseignants du primaire et le personnel détaché des ministères de l’Économie et de l’administration ainsi que les attachés pédagogiques classés actuellement au 2e grade et qui ont été intégrés à la fonction publique dans les échelles 7 et 8 et d’améliorer les conditions de promotion de plusieurs catégories de l’Éducation nationale.


 


Pour le secteur privé, l’accord prévoit une hausse du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 10% sur deux ans dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des services dans le secteur privé ainsi que dans le secteur agricole.


 


Selon l’accord tripartite, il s’agit d’une hausse de 10% du SMIG sur deux ans, avec 5% à partir de juillet 2019 et 5% en juillet 2020. Outre une augmentation des allocations familiales de 100 DH pour chaque enfant (dans la limite de trois enfants) qui sera versée à partir du 1er juillet 2019.


 


L’accord tripartite prévoit par ailleurs de poursuivre le dialogue sur différents autres sujets et dossiers.


  • Partagez

Coronavirus : Casablanca durcit les restrictions

Ce vendredi 23 octobre, la préfecture de Casablanca a diffusé un communiqué annonçant de nouvelles restrictions instaurées afin de faire face à la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus dan...

Covid-19 : la pandémie ravage le Maroc et son système de santé

Le Maroc dépasse la barre des 4.000 nouvelles contaminations au coronavirus ce jeudi 22 octobre. Ca...

Tariq Ramadan accusé de viol par une cinquième femme

Tariq Ramadan fait face à une nouvelle accusation de viol. Ce jeudi 22 octobre, l’éminent érudit islamique, déjà poursuivi pour viols sur quatre femmes, a été mis en examen pour le même crime sur une ...

Un timbre-poste spécial pour le Complexe Noor Ouarzazate

Le Groupe Barid Al-Maghrib et l'Agence marocaine pour l'énergie durable (Masen) ont émis, jeudi à Rabat, un timbre-poste spécial illustrant le complexe solaire Noor Ouarzazate, à l'occasion de la Jour...

Brésil : le vaccin testé au Maroc sera utilisé dès janvier 2021

Alors que la course effrénée au vaccin contre le coronavirus se poursuit, le Brésil prévoit de commencer la campagne nationale de vaccination de sa population contre la Covid-19 en janvier 2021. C’est...

Électricité : l’ANRE prend ses fonctions

Le Conseil de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE) a tenu sa première réunion...