Aller au contenu principal

Nouveau gouvernement : Au boulot !

L'annonce du nouveau gouvernement aura lieu finalement mercredi. Une audience royale est prévue à Rabat. Les nouveaux membres de l'Exécutif prêteront serment devant le roi Mohammed VI avant la cérémonie de passation de pouvoirs cet après-midi.

Par Mohamed Laabi, Publié le 09/10/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le nouveau gouvernement comportera au moins une dizaine de nouvelles figures, croit savoir Medias24. Après l’étape de la passation de pouvoirs, la nouvelle formation gouvernementale devra approuver, ce jeudi 10 octobre, le projet de loi de Finances 2020 en conseil des ministres.


Vendredi, le roi Mohammed VI doit prononcer un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire. Ce discours est très attendu compte tenu de la conjoncture politique, économique et sociale que traverse le Maroc. Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche. Il devra présenter le projet de loi de finances 2020 devant le parlement avant le 20 octobre, date limite de dépôt du projet. Pour rappel, le projet de loi 2020 a été adopté lors du dernier conseil de gouvernement tenu mardi. 

 

Un porte-parole du gouvernement « pas informé » 

Le remaniement gouvernemental continue de susciter des réactions auprès des principaux concernés, à savoir les partis de la majorité. Interrogé, mardi, sur le destin de son poste dans le cadre de la nouvelle architecture gouvernementale, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, a déclaré « ne pas être informé d’une éventuelle suppression », rapporte Assabah dans son édition du 9 octobre 2019. De nombreuses sources médiatiques évoquent pourtant la suppression de ce portefeuille ministériel alors que le gouvernement sera réduit de 38 à 25 portefeuilles ministériels.

 
De son côté, Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, semble déterminé à occuper le portefeuille de la Justice. Pour cela, l’USFPiste est prêt à pousser le bouchon très loin. Selon Medias24, Lachgar aurait posé une condition pour la participation de l’USFP au prochain gouvernement, s’adjuger le ministère de la justice. La même source estime que cette demande a peu de chances d'aboutir.
 

« Hormis le fait qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle compétence, le RNI tient à ce que Mohamed Aujjar conserve son poste, surtout dans la perspective de la réforme du Code pénal ». Quant à Anas Doukkali, même en démissionnant du bureau politique du PPS, il espère vivement garder son poste de ministre de la Santé, selon Assabah dans son numéro du 9 octobre 2019.


Parmi les nombreuses spéculations qui circulent dans les différents médias, il existe quelques certitudes. Le prochain gouvernement ne dépassera pas 25 ministres et sera composé de profils jeunes et technocrates.

Mesures sanitaires : une actualisation chaque 2 semaines

La situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée, a affirmé ce jeudi le chef de l'exécutif, Saad Dine El Otmani, lors de l'ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. El Otm...

Le Maroc réagit à la résolution du Parlement européen

Le Maroc a réagi à la résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg. Dans un communiqué, la diplomatie m...

Parlement européen : la résolution contre le Maroc votée

Le Parlement européen a rendu ce jeudi son verdict concernant le projet de résolution contre le Mar...

Le Parlement européen adopte la résolution hostile au Maroc

Le Parlement européen vient d'adopter le projet de résolution RC9-0349/2021 sur la "violation de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et utilisation de mineurs par les autor...

Maroc-Hongrie : signature de 10 accords de coopération

Ce mercredi 9 juin au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a été reçu par son homologue marocain Nasser Bourita. Lors de c...

Nouvelle interview de Abdelmadjid Tebboune et nouvelle attaque contre le Maroc

Dans une interview accordée à Al Jazeera, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que son pays n’a aucun problème avec le Maroc, mais «c’est le Maroc qui a un problème avec [nous]». Inter...