Aller au contenu principal

Centres d'appel fictifs : 100 employés et gérants arrêtés dans plusieurs villes du Maroc

Par Nora Jaafar, Publié le 24/04/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les services de la police judiciaire de Casablanca, Marrakech, Meknès, Oujda et Khénifra ont ouvert des enquêtes judiciaires sous la supervision du parquet compétent contre cent gérants et employés de centres d’appels fictifs. Ces derniers sont accusés d'"implication présumée dans l’exploitation de ces centres sans obtenir les autorisations légales, ainsi que dans le vol, le transfert et le piratage d’appels téléphoniques", explique la DGSN dans un communiqué.

 

Selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les ravisseurs sont suspectés d’avoir appliqué un type d’escroquerie surnommée l’arnaque du "call back". Un procédé criminel qui consiste à appeler les victimes à partir d’un numéro enregistré à l’étranger en se contentant d’une seule sonnerie pour pousser la victime à rappeler. Une fois rappelée, la ligne était transférée vers à un centre d’appel fictif qui rallongeait la durée de la communication pour épuiser le solde des clients et faire payer à la société de télécommunication nationale, ayant reçu les sonneries suspectes, les frais d’appels en devise étrangère. Les sociétés télécom auraient subi des pertes de plus de deux millions de dirhams suite à cette escroquerie.

 

Les enquêtes et investigations techniques menées par les services de la police judiciaire, en coordination avec le service de lutte contre les crimes liés aux nouvelles technologies, ont permis de détecter ces actes criminels, localiser cinq centres d’appels fictifs dans plusieurs villes marocaines, et d’interpeler 94 employés de ces centres ainsi que six gérants suspectés de pirater, de transférer des communications internationales et d’escroquer des victimes, précise la même source dans un communiqué.

 

Plusieurs cas similaires d’escroqueries, survenus au Maroc, ont été signalés dans l’État de l’Utah aux États-Unis.

La maternité célibataire au Maroc, entre exclusion et injustice

Pècheresses, hors-la-loi. Ainsi sont qualifiées les femmes qui ont un enfant hors mariage au Maroc....

Réforme du système de santé : le choix judicieux du Royaume

Le roi Mohammed VI a donné la semaine dernière le coup d’envoi d’un grand chantier pour la générali...

600 infractions en matière des prix et de qualité durant châabane

Selon le département des affaires générales et de la gouvernance, relevant du ministère de l’Économie, les contrôles, durant le mois de châabane, des prix et de la qualité des produits alimentaires de...

Vente en ligne de médicaments : une grande menace pour les Marocains

En raison de la pandémie de la Covid-19 et des restrictions mises en place pour l’endiguer, le e-co...

Les origines du féminisme au Maroc

Dans cet épisode de Radio Maarif, la professeur Latifa El Bouhsini explique les origines du féminisme au Maroc. Entre la bataille pour l'enseignement et la lutte pour l'égalité des droits, ces sources...

Les dates du baccalauréat 2020-2021 dévoilées

Ce lundi 19 avril, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a annoncé que les épreuves de l’examen national ...