Aller au contenu principal

Libertés individuelles : El Otmani persiste et signe

Au moment où tout le monde s’attendait à ce que le chef du gouvernement se prononce sur les avancées du projet du remaniement ministériel, Saâdeddine El Otmani a préféré s’exprimer sur les libertés individuelles, lors d’un rassemblement de son parti (PJD, chef de file de l’Exécutif), le week-end dernier dans la région du Souss.

Par Mohamed Laabi, Publié le 01/10/2019 à 15:29, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Lors de son intervention, El Otmani a envoyé un message fort à son parti, au gouvernement et à l’opinion publique : « Le roi a tranché sur l’affaire de l’avortement. Nous sommes des musulmans et nous tenons à nos valeurs religieuses », peut-on lire sur les colonnes du quotidien arabophone Assabah du mardi 1er octobre. Pour asseoir sa position, El Otmani, qui s’est exprimé en sa qualité de Secrétaire Général (SG) du PJD, a présenté l’avis de la commission consultative concernant l’avortement (malformation du fœtus, danger pour la vie de la mère et cas de viol). Par le biais de ce discours, il a ainsi rejeté les appels de dépénalisation de l’avortement.

 

Devant les PJDistes, El Otmani a été clair : « Il y a des parties qui veulent saisir toute occasion pour s’attaquer aux fondements religieux ». L’édition du 1er octobre du journal Al Ahdath Al Maghribia reprend la déclaration d’El Othmani, soulignant qu’une délégation instaurée par le roi Mohammed VI et constituée par le ministère des Habous et des Affaires islamiques, le Conseil suprême des Oulémas et le Conseil consultatif des droits de l’homme (CNDH) est chargée de se pencher sur le sujet. Toute réforme proposée respectera les constantes religieuses, a précisé le Chef du Gouvernement. Les déclarations du SG du PJD ont été prononcées la veille de l’annonce du verdict de l’affaire de Hajar Raissouni, qui tient en haleine l’opinion publique. La journaliste a écopé avec son fiancé un an de prison ferme pour avortement et « relations sexuelles hors mariage ».

 

Tout porte à croire que la question des libertés individuelles sera parmi les sujets phares de la prochaine campagne électorale des législatives 2021. Le parti de la lampe est confiant quant à ce rendez-vous crucial, indique le quotidien Akhbar Al Yaoum dans son tirage de ce mardi 1er octobre. Le journal, proche du PJD, reprend une déclaration de Sliman El Amrani, Secrétaire Général adjoint du parti, à l’agence de presse turque Anadol, selon laquelle le PJD sera aux commandes à l’issue des prochaines législatives.

Enseignants contractuels : prochaine affiliation à la CMR

Bonne nouvelle pour les enseignants contractuels. Le gouvernement a répondu favorablement à l'une de leurs revendications, à savoir l'affiliation à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Le Conse...

Diplomatie : le Maroc toujours en froid avec l’Espagne et l’Allemagne

Bien qu’invité par Joe Biden, président américain, au deuxième sommet de Berlin sur la Libye, le Ma...

Élections 2021 : comment expliquer le nomadisme des députés ?

À l’approche de l’échéance électorale, certains députés choisissent de changer de formation politiq...

Démarrage du 2e sommet de Berlin sur la Libye

Invité par le président américain, Joe Biden, le Maroc pourrait participer ce mercredi 23 juin au d...

Opération Marhaba : une subvention de 4,5 milliards de DH de l'État

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est rendu ce mardi après-midi au Parlement pour prend...

Sahara : quelles perspectives 6 mois après la reconnaissance américaine ?

Ce mois de juin marque le sixième mois après la signature de la proclamation américaine reconnaissant la marocanité du Sahara et qui a été élaborée par l’administration Donald Trump. Depuis, le Maroc ...