Aller au contenu principal

Remaniement ministériel : Le roi a rencontré El Othmani

Par Mohamed Laabi, Publié le 23/09/2019 à 12:16, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le roi Mohammed VI a reçu samedi le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani au palais royal de Rabat. Cette rencontre avait pour objectif d’accélérer le processus de remaniement et les tractations avec les chefs des partis politiques. 

 

« Au cours de cette audience, le souverain s’est informé auprès du chef du gouvernement de l’état d’avancement dans la mise en œuvre des orientations royales telles que contenues dans le discours du trône de 2019. Ces instructions royales au chef du gouvernement portaient sur la soumission au roi de propositions de renouvellement et d’enrichissement des postes de responsabilité, tant au sein du Gouvernement que de l’Administration », rapporte un communiqué du cabinet royal relayé par la MAP.

 

Au début du mois de septembre, El Othmani a remis au roi un rapport sur la première étape des négociations autour du prochain remaniement. Dans ledit document, le chef de gouvernement a présenté la méthodologie adoptée pour la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale.

 

El Othmani a annoncé qu’il dévoilera la nouvelle structure du gouvernement dés son retour de New York, où se déroule l’assemblée générale du secrétariat des Nations Unies. Les chefs des partis ont donc quelques jours supplémentaires pour réfléchir aux propositions de profils qu’ils jugent capables de mener à bien leurs prochaines missions ministérielles.

 

Le chef de gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de proposer des profils compétents qui « privilégient le travail de terrain et qui peuvent diriger sérieusement les dossiers prioritaires et à leur tête la question sociale ».

 

Driss Lachguar : « notre proposition est claire, réduire le nombre de ministres à 22 »

 

Dans un entretien accordé à Hespress, le chef du parti de l’USFP Driss Lachguar a fait part de la position de son parti quant au remaniement ministériel.

 

« Toute tentative de tenir pour responsable les partis de la majorité du retard pris dans le remaniement du gouvernement n’a aucun sens », a affirmé Lachgar. « Nous avons proposé que le nombre de ministres du prochain gouvernement ne dépasse pas les 22, et non pas 40. D’un autre côté, le gouvernement est numériquement et politiquement lourd avec 6 partis », estime le chef de l’USFP.

USA-Maroc : le partenariat des deux pays de plus en plus fort

Joey Hood, secrétaire américain d’État adjoint par intérim aux affaires du Proche-Orient, a loué le partenariat entre le Maroc et les États-Unis lors de sa visite à Rabat. Ce mercredi 28 juillet, Hood...

Le Malawi prévoit d’ouvrir un consulat à Laâyoune

Ce mardi 27 juillet, Eisenhower Nduwa Saxon Mkaka, ministre Malawi des Affaires étrangères, a annoncé, lors d’un point de presse avec son homologue marocain Nasser Bourita, la décision de son pays d’o...

L’UE cherche à maintenir de bonnes relations avec le Maroc

L’Union européenne (UE) considère le Maroc comme un partenaire régional essentiel, notamment au niv...

L’assistant d’Anthony Blinken attendu au Maroc

Joey Hood, secrétaire d’État adjoint américain par intérim aux Affaires du Proche-Orient, devrait arriver au Maroc dans les prochains jours. Selon un communiqué publié sur le site du Pentagone, l’assi...

Heurts en Tunisie et confinement en Algérie

Dans ce podcast, Medi1 fait un tour d’horizon sur l’actualité de ce début de semaine, notamment en Tunisie et en Algérie. La décision du Président Kais Said de renvoyer son Premier ministre et geler l...

L’affaire Pegasus vise à déstabiliser le Maroc, selon Chakib Benmoussa

L’affaire Pegasus continue de faire couler beaucoup d’encre au Maroc comme à l’étranger. Chakib Ben...