Aller au contenu principal

Cinq choses à retenir de l'édition 2019 de la Mostra de Venise

Du triomphe de Warner Bros. avec sa nouvelle adaptation du « Joker » et de la victoire choquante de Roman Polanski aux progrès (limités) sur la parité entre les sexes, le Festival International du Film de Venise 2019 a réservé quelques surprises.

Par Nora Jaafar, Publié le 09/09/2019 à 11:34, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le Joker de Warner Bros. a cartonné

Amener un film de super-héros soutenu par un studio au plus vieux festival de cinéma du monde était une décision risquée. Les mauvaises critiques de Venise pour le Joker de Todd Phillip auraient pu tuer le buzz grandissant de l’ambitieux conte d’origine supervillain de Warner Bros. avant sa sortie le 4 octobre. Mais la vision sombre de Phillip sur le clown de la bande dessinée et la performance effrayante de Joaquin Phoenix en tant que loser marginalisé ont épaté les foules du Lido. Peu de gens s’attendaient cependant à ce que le jury de Venise choisisse le Joker pour le plus grand honneur du festival, le Lion d’or, une victoire qui prépare le film à la gloire potentielle d’un Oscar.

 


Le Lion d’argent de Polanski montre une division entre les États-Unis et l’Europe

Si le Joker a été le plus grand choc de Venise, l’honneur du Lion d’argent décerné à Polanski s’est classé au second rang. Malgré le scandale du réalisateur, fugitif aux États-Unis depuis qu’il a plaidé coupable pour le viol d’un enfant de 13 ans en 1978, cela n’a pas empêché Venise d’embrasser son dernier film, le drame français An Officer and a Spy. Le film, qui traite de la célèbre affaire antisémite Dreyfus, a divisé les critiques américains et européens, mais a séduit le jury de Venise. Reste à voir, cependant, si le public l’appréciera aussi. Le groupe de ventes mondiales Playtime a signé des contrats pour le film avec plusieurs territoires, dont l’Espagne, le Japon et la Scandinavie, mais An Officer and a Spy demeure invendable dans plusieurs marchés clés, dont les États-Unis.

 

Netflix gagne sa guerre avec les exposants

Venise a été la ligne de front de la bataille entre Netflix et les exploitants de salles de cinéma bouleversés par la perturbation des modèles de distribution traditionnels par le géant du streaming. Lorsque le Roma d’Alfonso Cuarón, vainqueur de Netflix, a remporté le Lion d’or de Venise l’an dernier, les exposants du monde entier ont réagi avec indignation. Mais alors que le Festival de Cannes a cédé à la pression et interdit les films Netflix de sa programmation en compétition, Venise a ignoré ces doléances et a choisi cette année trois films parmi ceux qui ont été présentés : The Laundromat de Steven Soderbergh, Marriage Story de Noah Baumbach (tous deux en compétition) et The King de David Michod (hors compétition). Tous ont été bien accueillis à Venise et, contrairement aux années précédentes, le logo Netflix a été salué par des applaudissements, et non des sifflements, lors des projections du festival. Les exploitants sont toujours furieux — le groupe européen UNIC a protesté contre l’inclusion des films à Venise, tout comme les groupes industriels italiens ANEC et ANEM — mais Netflix n’a fait aucune concession à leurs demandes pour des sorties en salles appropriées pour ses films. Même l’épopée à gros budget de Martin Scorsese, The Irishman, n’aura droit qu’à un nombre limité de représentations théâtrales qualificatives avant sa sortie en ligne. La guerre de Netflix n’est pas encore terminée, mais à en juger par l’expérience de Venise, le streamer semble être en train de gagner.

 

Venise contribue à la lutte contre la parité entre les sexes

Après des années d’ignorance ou de rejet, le festival de Venise, pour la première fois cette année, a reconnu le problème en organisant un séminaire de deux heures sur la parité entre les sexes et l’inclusion, qui a pour but de promouvoir un meilleur équilibre entre les genres à Venise. Pour beaucoup, cependant, le geste était loin d’être un progrès réel. Paolo Baratta, président de l’organisation qui chapeaute le festival, La Biennale, a ouvert le séminaire en rejetant toute affirmation selon laquelle Venise était biaisée, bien qu’il n’ait choisi que deux films réalisés par des femmes — Babyteeth de Shannon Murphy et Le candidat parfait de Haifaa Al-Mansour — parmi les 21 films en compétition. Le directeur du festival, Alberto Barbera, a également réitéré son affirmation selon laquelle « la qualité, pas le genre » reste le principal critère de sélection.

 

La vague de chaleur des Oscars de Venise se poursuit, mais elle pourrait se refroidir

L’année dernière, Venise a accueilli Roma, The Favourite, First Man et A Star Is Born, donnant le coup d’envoi d’une campagne d’Oscars qui a valu à tous les quatre des prix. Cette année, Joker a dominé la conversation des récompenses, mais le drame sur le divorce Marriage Story de Baumbach a également été salué et a fait parler de lui très tôt pour ses rôles principaux, Adam Driver et Scarlett Johansson, tout comme The Laundromat par Soderbergh, une comédie criminelle avec Meryl Streep et Gary Oldman. Ailleurs, les récompenses étaient minces. Le drame spatial Ad Astra de James Grey, mettant en vedette Brad Pitt, a divisé les critiques américains et européens, de même que les concurrents internationaux potentiels Ema, de Jackie et Pablo Larrain, et The Painted Bird de Vaclav Marhoul, avec Stellan Skarsgard, Harvey Keitel et Barry Pepper ainsi que le nouveau venu Petr Kotlar. Toutefois, ne vous attendez pas à beaucoup de récompenses pour Love for An Officer and a Spy en dehors de l’Europe. Polanski reste persona non grata à Hollywood et a été expulsé de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences l’année dernière.

Fête du trône : grâce royale et discours ce samedi

À l’occasion de la célébration du 22e anniversaire de l’accession au trône, le roi Mohammed VI adressera un discours à son peuple ce samedi 31 juillet 2021. Le discours sera retransmis sur les ondes d...

Covid-19 : vers une vaccination obligatoire ?

Le professeur Azeddine Ibrahimi, directeur du centre de recherche Bio-Inova, a souligné la hausse du taux de vaccination contre la Covid-19 au Maroc, déclarant que les autorités sanitaires ont réussi ...

Une femme à la tête du parquet d’un tribunal de première instance, une première au Maroc

Vendredi dernier, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a annoncé que le roi Mohammed VI, président de cette instance, a approuvé la nomination de nouveaux responsables judiciaires, au sein de di...

Burn-out, et après ?

De plus en plus de personnes dans le monde professionnel souffrent d’épuisement. Le burn-out, en lien avec un stress chronique et parfois aigu, se traduit par une grande fatigue émotionnelle, un cynis...

Covid-19 : hausse constante du nombre de contaminations

Le Maroc a enregistré 9.428 cas de contamination à la Covid-19 ce mercredi 28 juillet. Une nette au...

Orangina lance sa nouvelle campagne, "Malin Sayf"

Alors que le monde fait face à la crise sanitaire, le besoin impérieux d’aller voir ailleurs après une année compliquée s’accentue. Dans ce sens, Orangina a lancé une nouvelle campagne. À l’heure où i...