Aller au contenu principal

Inde : 2 millions de musulmans déchus de leur nationalité

Par Mohamed Laabi, Publié le 03/09/2019 à 14:28, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L’État d’Assam, au nord-est de l’Inde, a exclu près de deux millions de personnes de son registre de citoyenneté. Une première étape franchie par le gouvernement nationaliste pour se débarrasser des « étrangers exfiltrés », rapporte l’AFP.

 

Des habitants de l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde, risquent la déportation. Près de deux millions d’entre eux se sont en effet vu exclure des registres de l’état civil indien, ont annoncé, samedi 31 août, les autorités de l’État.

 

Au total 31,1 millions d’habitants de l’Assam ont été inscrits au Registre national des citoyens (NRC), créé à l’initiative du gouvernement nationaliste hindou, et 1,9 million d’autres n’y ont pas été inclus, selon un communiqué officiel. La sécurité avait été fortement renforcée à l’Assam par crainte de débordements lors de la publication de cette liste.

 

Depuis des décennies, les habitants de cette région demandent des mesures plus strictes face à l’immigration importante de population venant du Bangladesh. Les tensions provoquent des éruptions de violence sporadiques, comme celles de 1983 où 2 000 personnes ont été exécutées en une seule journée.

 

Pour être considéré comme Indien, chaque citoyen doit pouvoir démontrer que lui ou ses ancêtres habitaient l’Inde avant 1971. Un exercice particulièrement difficile dans cette région pauvre où beaucoup sont illettrés et n’ont pas de documents. En janvier, les députés ont voté une loi accordant la citoyenneté indienne aux personnes arrivées du Bangladesh, du Pakistan ou d’Afghanistan depuis au moins six ans — à condition qu’ils ne soient pas musulmans.

 

Les personnes exclues du registre ont désormais 120 jours pour prouver leur citoyenneté devant des centaines de juridictions connues sous le nom de tribunaux pour étrangers. Si ces tribunaux les considèrent comme des immigrés clandestins, elles auront encore la possibilité de faire appel devant des juridictions supérieures.

 

Les autorités de l’État d’Assam ont reconnu qu’elles ne savaient pas ce qu’il adviendrait des personnes définitivement privées de citoyenneté, qui risquent de venir apatrides et donc expulsées du territoire national. Le Bangladesh a déjà averti qu’il ne les accepterait pas sur son territoire.

Tout savoir sur la forme longue de Covid-19

Fatigue persistante, difficultés à respirer, pertes de mémoire, défauts de coordination... Le Covid long entraîne une fatigue immense chez celles et ceux qui en souffrent. Mais d’où vient-il ? Comment...

Les vaccins chinois de nouveau critiqués

Ce mercredi 23 juin, le New York Times a publié une longue enquête sur les vaccins chinois. Selon le quotidien, qui rappelle que plus de 90 pays utilisent des doses en provenance de Chine, ces nations...

Espagne : le créateur de l'antivirus McAfee retrouvé mort dans sa cellule de prison

Ce mercredi soir, l’entrepreneur technologique John McAfee a été retrouvé mort dans une prison de Barcelone. Cette information annoncée par la presse locale a été confirmée par le département catalan ...

Les éoliennes sont-elles efficaces ?

Le monde dispose d’un mix énergétique qui repose pour beaucoup sur les combustibles fossiles et le nucléaire, une énergie certes décarbonée, mais dont les déchets restent un fardeau pour les génératio...

Un chercheur marocain contribue à la découverte des «plus récentes empreintes de dinosaures»

Une équipe internationale de chercheurs, dont le scientifique marocain Abdelouahed Lagnaoui, a découvert les «plus récentes empreintes de dinosaures d’Angleterre». Cette dernière a découvert les empre...

Le Maroc participera à Sea Breeze 2021

Après l’African Lion, le Maroc participera à Sea Breeze 2021, du 28 juin au 10 juillet prochain. En effet, la Marine royale a été invitée par les États-Unis à participer à ce grand exercice militaire ...