Aller au contenu principal

Hong Kong : militants Vs police, les violences se poursuivent

Les manifestations de ce week-end ont vu une nouvelle escalade des tensions à Hong Kong, avec le déploiement pour la première fois de canons à eau contre les manifestants. Les militants affirment que leurs tactiques de plus en plus conflictuelles sont une réponse aux « attaques » de la police.

Par Nora Jaafar, Publié le 02/09/2019 à 10:52, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Treize semaines après le début d’un mouvement pro-démocratie qui a vu des centaines de milliers de résidents de Hong Kong descendre dans la rue, les relations entre les manifestants et le gouvernement du territoire soutenu par Pékin se retrouvent dans une impasse. Le gouvernement n’a fait aucune nouvelle concession depuis la mi-juin, lorsqu’il a suspendu le projet de loi sur l’extradition qui avait déclenché ces protestations. Les manifestants exigent le retrait complet et officiel du projet de loi, ainsi que quatre autres mesures.

 

Plus la frustration face à l’absence de réponse politique s’est accrue, plus les tactiques de protestation — et le recours à la force par la police — se sont multipliées.


L’usage de la force par la police est au centre de la colère et des revendications des manifestants.

 

« La police est une mafia agréée, elle a le droit d’attaquer et d’agresser », a déclaré Kwok Ka-ki, un législateur pro-démocratie.

 

Les canons à eau, déployés pour la première fois, ont été fabriqués en France.

 

La manifestation du 31 août a vu la police utiliser pour la première fois des canons à eau. Dévoilés par la police de Hong Kong l’année dernière, les canons ont aspergé un colorant bleu vif que les médias locaux ont décrit comme un moyen utilisé par la police pour identifier les manifestants.

 

Le South China Morning Post a rapporté l’année dernière que la police avait initialement proposé de commander les canons à eau en 2015, à la suite du mouvement pro-démocratie Umbrella.

 

Les autorités de Hong Kong ont finalement décidé d’acheter les véhicules à une société française.
 

Attaque du métro

Avant les manifestations de samedi, les autorités de Hong Kong avaient menacé pendant des semaines de déployer leurs canons à eau. Néanmoins, leur utilisation a déconcerté de nombreux habitants de Hong Kong. En réponse, des vêtements de rechange ont été laissés dans les stations de métro pour les manifestants.

 

Cela a servi de prétexte à l’un des épisodes de violence les plus dramatiques du samedi : une scène chaotique où la police poursuivait les manifestants dans les stations de métro, frappait les gens avec des matraques et effectuait des arrestations.

 

Un porte-parole de la police de Hong Kong a déclaré tôt dimanche matin que le recours à la force contre les manifestants qui fuient en changeant leurs vêtements et en résistant à l’arrestation était justifié.

 

Atmosphère de « terreur blanche »

Au-delà des affrontements violents, les autorités ont cherché à imposer un « dragnet » plus large, explique à FRANCE 24 Elaine Yu, correspondante de l’AFP à Hong Kong.

 

« La répression se fait à deux niveaux », dit-elle. « Le premier est psychologique. Les gens décrivent souvent une atmosphère de “terreur blanche” ».

 

Des arrestations comme celles de militants de haut niveau, dont Joshua Wong, sont « faites pour intimider les gens », explique Yu, ajoutant que ces activistes ne sont pas les principaux responsables des manifestations en cours. Ces interpellations s’ajoutent à celles de plus de 900 autres personnes depuis le début du mouvement.

 

Le deuxième niveau de répression est technologique. Certains manifestants se tournent vers l’application de messagerie cryptée Telegram pour communiquer. C’est l’un des principaux forums anonymes utilisés par les militants qui a été frappé ce week-end par une cyberattaque qui a interrompu le service pendant plusieurs heures.

 

Malgré l’escalade de la violence entre la police et les manifestants, le mouvement pro-démocratie est toujours soutenu par la population de Hong Kong. Une marche massive et non violente le 18 août a attiré des centaines de milliers de personnes — jusqu’à 1,7 million, selon les organisateurs. Elle a démontré que le « camp pacifique » du mouvement conserve toujours son poids.

La France établit un pont maritime pour aider la Tunisie à faire face à la Covid-19

La France a établi un "pont maritime" pour fournir des vaccins anti-Covid-19 et de l’oxygène médical à la Tunisie, qui fait face à une grave recrudescence des contaminations et des décès. En effet, au...

L’Afghanistan aux mains des talibans

Ce jeudi 22 juillet, les talibans ont affirmé qu’ils contrôlaient 90% des frontières de l’Afghanistan. «Les frontières de l’Afghanistan avec le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, l’Iran» son...

France : grande polémique autour des nouvelles mesures anti-Covid

En France, le projet de loi sur l’extension du pass sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants ont été adoptés en première lecture par les députés. Les échanges ont duré toute la nuit avant le ...

Pfizer et AstraZeneca efficace contre Delta, Epsilon résistant aux vaccins à ARN messager

Selon une étude récemment publiée dans le New England Journal of Medicine, les vaccins anti-Covid-19 de Pfizer et AstraZeneca sont efficaces contre le variant Delta. En effet, deux doses du vaccin Pfi...

Pourquoi y a t-il une place de la Grand'Goule à Poitiers ?

Dans cet épisode du podcast consacré aux histoires extraordinaires, récits et légendes, 20 minutes évoque la Grand’Goule, le monstre sanguinaire devenu emblème de Poitiers. La Grand'Goule est une bête...

Pedro Castillo élu président du Pérou

Ce lundi soir, Pedro Castillo a été proclamé officiellement vainqueur de l’élection présidentielle. «Je proclame président de la République José Pedro Castillo Terrones», a déclaré le président du Jur...