Aller au contenu principal

Hong Kong : militants Vs police, les violences se poursuivent

Les manifestations de ce week-end ont vu une nouvelle escalade des tensions à Hong Kong, avec le déploiement pour la première fois de canons à eau contre les manifestants. Les militants affirment que leurs tactiques de plus en plus conflictuelles sont une réponse aux « attaques » de la police.

Par Nora Jaafar, Publié le 02/09/2019 à 10:52, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Treize semaines après le début d’un mouvement pro-démocratie qui a vu des centaines de milliers de résidents de Hong Kong descendre dans la rue, les relations entre les manifestants et le gouvernement du territoire soutenu par Pékin se retrouvent dans une impasse. Le gouvernement n’a fait aucune nouvelle concession depuis la mi-juin, lorsqu’il a suspendu le projet de loi sur l’extradition qui avait déclenché ces protestations. Les manifestants exigent le retrait complet et officiel du projet de loi, ainsi que quatre autres mesures.

 

Plus la frustration face à l’absence de réponse politique s’est accrue, plus les tactiques de protestation — et le recours à la force par la police — se sont multipliées.


L’usage de la force par la police est au centre de la colère et des revendications des manifestants.

 

« La police est une mafia agréée, elle a le droit d’attaquer et d’agresser », a déclaré Kwok Ka-ki, un législateur pro-démocratie.

 

Les canons à eau, déployés pour la première fois, ont été fabriqués en France.

 

La manifestation du 31 août a vu la police utiliser pour la première fois des canons à eau. Dévoilés par la police de Hong Kong l’année dernière, les canons ont aspergé un colorant bleu vif que les médias locaux ont décrit comme un moyen utilisé par la police pour identifier les manifestants.

 

Le South China Morning Post a rapporté l’année dernière que la police avait initialement proposé de commander les canons à eau en 2015, à la suite du mouvement pro-démocratie Umbrella.

 

Les autorités de Hong Kong ont finalement décidé d’acheter les véhicules à une société française.
 

Attaque du métro

Avant les manifestations de samedi, les autorités de Hong Kong avaient menacé pendant des semaines de déployer leurs canons à eau. Néanmoins, leur utilisation a déconcerté de nombreux habitants de Hong Kong. En réponse, des vêtements de rechange ont été laissés dans les stations de métro pour les manifestants.

 

Cela a servi de prétexte à l’un des épisodes de violence les plus dramatiques du samedi : une scène chaotique où la police poursuivait les manifestants dans les stations de métro, frappait les gens avec des matraques et effectuait des arrestations.

 

Un porte-parole de la police de Hong Kong a déclaré tôt dimanche matin que le recours à la force contre les manifestants qui fuient en changeant leurs vêtements et en résistant à l’arrestation était justifié.

 

Atmosphère de « terreur blanche »

Au-delà des affrontements violents, les autorités ont cherché à imposer un « dragnet » plus large, explique à FRANCE 24 Elaine Yu, correspondante de l’AFP à Hong Kong.

 

« La répression se fait à deux niveaux », dit-elle. « Le premier est psychologique. Les gens décrivent souvent une atmosphère de “terreur blanche” ».

 

Des arrestations comme celles de militants de haut niveau, dont Joshua Wong, sont « faites pour intimider les gens », explique Yu, ajoutant que ces activistes ne sont pas les principaux responsables des manifestations en cours. Ces interpellations s’ajoutent à celles de plus de 900 autres personnes depuis le début du mouvement.

 

Le deuxième niveau de répression est technologique. Certains manifestants se tournent vers l’application de messagerie cryptée Telegram pour communiquer. C’est l’un des principaux forums anonymes utilisés par les militants qui a été frappé ce week-end par une cyberattaque qui a interrompu le service pendant plusieurs heures.

 

Malgré l’escalade de la violence entre la police et les manifestants, le mouvement pro-démocratie est toujours soutenu par la population de Hong Kong. Une marche massive et non violente le 18 août a attiré des centaines de milliers de personnes — jusqu’à 1,7 million, selon les organisateurs. Elle a démontré que le « camp pacifique » du mouvement conserve toujours son poids.

Cinq ans de plus pour Antonio Guterres à la tête de l’ONU

Ce vendredi 18 juin, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU) depuis le 1ᵉʳ janvier 2017 a été nommé pour un second mandat à la tête de l’institution. Cette nomination a été confir...

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...

Vaccins : un député franco-marocain interpelle l’exécutif français

En France, seuls les personnes ayant reçu les vaccins contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johson&Johson) ont le droit d’accéder au pays. Cependant, plusieurs re...

Nouvelles frappes aériennes israéliennes à Gaza

Ce jeudi soir, peu avant minuit, l’armée de défense d’Israël (Tsahal) a mené des frappes aériennes contre des positions du Hamas à Gaza, en représailles à des tirs de ballons incendiaires vers l’État ...

Le calvaire des Algériens bloqués en France

Bien qu’Air Algérie ait annoncé fin mai 2021 la reprise des vols et les conditions pour rentrer dans le pays nord-africain, les deux agences de la compagnie en France gardent encore leurs portes close...

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...