Aller au contenu principal

La pollution de l'eau, « menace invisible » des objectifs mondiaux

La pollution de l’eau menace presque tous les objectifs de développement convenus au niveau mondial pour mettre fin à la destruction de l’environnement, à la pauvreté et à la souffrance d’ici 2030, ont averti les économistes dans un rapport publié mardi, citant la plus grande base de données jamais constituée sur la qualité de l’eau dans le monde.

Par Nora Jaafar, Publié le 22/08/2019 à 12:15, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le rapport de la Banque mondiale prévient des répercussions de la pollution de l’eau sur la santé, l’économie, l’éducation et l’agriculture tant dans les pays industrialisés que pauvres.

 

« Cette étude nous a donné un grand coup de semonce sur la qualité de l’eau dans le monde », a déclaré Richard Damania, économiste de la Banque mondiale et l’un des auteurs de l’étude.

 

« Le monde a tendance à se concentrer sur la quantité d’eau, comme les inondations et les sécheresses, mais ce rapport se concentre sur les menaces les plus invisibles - les effets des polluants qui affectent la qualité de l’eau dans le monde », a expliqué Damania.

 

Le 25 septembre 2015, les 193 États membres des Nations Unies se sont mis d’accord sur un programme ambitieux de 17 objectifs de développement durable (ODD) sur 15 ans, dont 169 visent à aider chacun à vivre une vie plus saine et plus prospère sur une planète plus propre.

 

Le 6e objectif de l’ODD (Objectif de développement durable) fait référence à l’eau potable et à l’assainissement pour tous, mais le Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau des Nations Unies a révélé qu’environ trois personnes sur dix — 2,1 milliards — n’avaient pas accès à une eau potable convenable dans leur pays en 2015.

 

En Afrique subsaharienne, la couverture n’était que de 25 %.

 

« La contamination chimique telle que l’arsenic au Bangladesh, le mercure à Maputo et le fluorure dans certaines parties du Kenya sont des préoccupations majeures », a déclaré Neil Jeffery, PDG du groupe de défense des droits de l’eau Water Sanitation for the Urban Poor (WSUP).

 

« L’eau propre apporte la dignité. Des communautés entières sont prises au piège par la pauvreté, le manque d’eau et d’assainissement de base a un impact néfaste sur la santé, la fréquentation scolaire et les moyens de subsistance », a déploré Jeffery à la Thomson Reuters Foundation.

 

Le rapport de la Banque mondiale a utilisé les données satellitaires, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour analyser les niveaux d’azote, de sel et d’oxygène — marqueurs de la salubrité des eaux — dans le monde.

 

« La pollution affecte aussi bien les pays riches que les pays pauvres. Ce ne sont que les cocktails de produits chimiques qui changent », souligne Damania. « Les plastiques et les contaminants pharmaceutiques sont des problèmes omniprésents. »

 

Les répercussions de la consommation de polluants se traduisent notamment par un retard de croissance chez les enfants, la mortalité infantile, une baisse de l’activité économique et de la production alimentaire.

 

« L’information est la première étape », a déclaré Damania, en collaboration avec des groupes de défense des droits de l’eau.

 

À titre d’exemple, Jeffery a rappelé que « des consommateurs informés peuvent prendre des décisions pour empêcher les déchets d’entrer dans les cours d’eau ».

 

Ils peuvent en outre faire pression sur les entreprises et les gouvernements pour qu’ils « prennent ce défi plus au sérieux », a déclaré Javier Mateo-Sagasta, chercheur principal au Water Management Institute (WMI).

 

Le rapport indique que l’ampleur du problème exclut toute solution miracle, mais Damania reste optimiste sur le fait que « les mouvements sociaux, la volonté politique et corporative et les nouvelles technologies » pourraient encore sauver la ressource menacée.

Meknès : une personne vaccinée meurt de la Covid-19

Ce dimanche 13 juin à Meknès, une personne complètement vaccinée (qui a bénéficié de deux doses du vaccin) est décédée en raison de complications de son infection par la Covid-19. Cette information a ...

Zoom sur la vie de Fatna Bent L'houcine et Omar Hayat

Dans ce podcast, Radio Maarif rend hommage à l'une des plus célèbres chanteuses de chaâbi de l'histoire du Maroc, Fatna Bent Lhoucine. Cette dernière a eu une riche carrière en chant, qui a duré un de...

Les changements prévus pour le pass vaccinal marocain

Selon plusieurs sources médiatiques, le pass vaccinal marocain connaîtrait des changements. Ce document devrait intégrer de nouvelles informations afin de s’aligner sur le certificat Covid-19 numériqu...

Le projet de loi sur l’usage légal du cannabis adopté

Le projet de loi sur l’usage légal du cannabis a été adopté en deuxième lecture par la Chambre des ...

Être une femme, ça coûte cher

C’est une triste réalité qu’on ne peut pas contester : les femmes sont moins bien payées que les hommes. «Ce qui coûte le plus cher, c’est l’argent qui n’est pas gagné, c’est-à-dire tout le travail no...

Comment se rendre au Portugal depuis le Maroc ?

Contrairement aux autres pays européens, le Portugal veut accueillir un nombre limité de vacanciers. En effet, seuls les voyageurs en provenance des pays de l’Union européenne (UE), de pays de l’espac...