Aller au contenu principal

Indemnisation des victimes civiles du Polisario par le CNDH

Par Nora Jaafar, Publié le 05/08/2019 à 16:10, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le Conseil national marocain des droits de l’homme (CNDH) a décidé d’accorder des compensations à des dizaines de personnes, dont des victimes civiles enlevées par le Polisario.

 

Selon un communiqué publié ce dimanche (4 août), le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) rendra mardi et mercredi prochains (6 et 7 août) des décisions arbitrales en faveur de plusieurs victimes ou de leurs proches, leur accordant réparation pour les graves violations des droits de l’homme dont ils ont été victimes entre 1956 et 1999.

 

Ces cas ont été traités conformément aux normes et critères établis dans le rapport final de l’Instance Équité et Réconciliation (IER), indique la déclaration de la CNDH.

 

Selon le communiqué, 624 personnes bénéficieront de cette opération qui a mobilisé près de 87 millions de dirhams.

 

La CNDH explique que parmi ces bénéficiaires, 39 avaient soumis des dossiers incomplets à l’IER et ont fini par présenter les documents manquants, 80 font partie des victimes civiles enlevées par le Polisario, 28 sont à charge de victimes disparues dont le sort est resté indéterminé et ont fourni les papiers nécessaires pour remplir leur dossier.

 

Par ailleurs, 367 bénéficiaires appartiennent au groupe des étudiants d’Ahermoumou qui avaient été impliqués dans un coup d’État en 1971. Ils avaient soumis leurs demandes à l’IER, mais leurs cas n’ont pas été réglés à ce moment-là, indique le communiqué, ajoutant que 110 victimes ou leurs proches ont bénéficié d’une intégration sociale.

 

Depuis son accession au trône il y a vingt ans, le Roi Mohammed VI a accordé la plus haute priorité à la protection et à la promotion des droits de l’homme tout en clôturant le chapitre des violations passées des droits par un processus de réconciliation à grande échelle.

 

La création de la Commission de justice et de réconciliation en 2003 a été un événement majeur qui a permis de faire face aux violations des droits de l’homme commises entre 1959 et 1999 et de parvenir à la réconciliation nationale.

 

La clôture du chapitre sur les violations des droits de l’homme a également été marquée par un engagement ferme en faveur de la protection des droits de l’homme et de l’amélioration du Conseil des droits de l’homme en tant qu’organe constitutionnel.

 

« Notre engagement national en faveur des droits de l’homme n’est pas seulement inscrit dans notre Constitution, c’est un élément déterminant de notre programme politique, économique et social », a déclaré le Roi Mohammed VI dans un message à l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le Maroc moderne du roi Mohammed VI

Grâce à la vision éclairée du roi Mohammed VI, à ses instructions et ses orientations, le Maroc a p...

Le chef de la diplomatie israélienne bientôt au Maroc

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra au Maroc dans le cadre d’une visite officielle les 11 et 12 août. Selon Times of Israel, ce déplacement marquera l’inauguration off...

Affaire Pegasus : le Maroc poursuit ses contestations judiciaires

Après avoir porté plainte contre le Consortium Forbidden Stories et Amnesty International dans le c...

USA-Maroc : le partenariat des deux pays de plus en plus fort

Joey Hood, secrétaire américain d’État adjoint par intérim aux affaires du Proche-Orient, a loué le partenariat entre le Maroc et les États-Unis lors de sa visite à Rabat. Ce mercredi 28 juillet, Hood...

Le Malawi prévoit d’ouvrir un consulat à Laâyoune

Ce mardi 27 juillet, Eisenhower Nduwa Saxon Mkaka, ministre Malawi des Affaires étrangères, a annoncé, lors d’un point de presse avec son homologue marocain Nasser Bourita, la décision de son pays d’o...

L’UE cherche à maintenir de bonnes relations avec le Maroc

L’Union européenne (UE) considère le Maroc comme un partenaire régional essentiel, notamment au niv...