Aller au contenu principal

Nombre record des candidates japonaises au parlement malgré le sexisme

Lorsque l’activiste antinucléaire Junko Isogai s’est présentée aux élections dans la région de Niigata, dans le nord du Japon, elle avait un caractère étrange : non seulement des discours et des discussions avec ses électeurs, mais elle a amadoué des bailleurs potentiels.

Par Nora Jaafar, Publié le 15/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Selon les candidats et les experts, ces pratiques de campagne traditionnelles, qui reposent sur l’interaction directe et les liens personnels, sont parmi les nombreux obstacles auxquels se heurtent les femmes lorsqu’elles tentent de s’engager dans la politique japonaise dominée par les hommes.

 

Parmi les autres obstacles, on compte le manque de modèles de comportement, les normes sociales qui découragent les femmes de s’exprimer et le fardeau d’un travail intense et à temps plein dans une société où les femmes sont censées être responsables des tâches ménagères, de l’éducation des enfants et de soigner les aînés.

 

Le Premier ministre Shinzo Abe a fait de l’intégration d’un plus grand nombre de femmes dans la population active un pilier politique. Mais la politique reste dominée par les hommes.

 

Depuis qu’Abe est arrivé au pouvoir en décembre 2012, le classement mondial des femmes parlementaires au Japon est tombé de la 122e à la 164e place sur 193 pays. Son Parti libéral-démocrate compte un plus faible pourcentage de femmes parlementaires que son principal parti d’opposition.

 

Une élection à la Chambre haute le 21 juillet prochain sera le premier scrutin national depuis l’adoption d’une loi sur la parité des sexes qui fixe des objectifs non contraignants pour les partis afin de présenter un nombre égal de candidats et de candidates. Le pourcentage record de femmes candidates est de 28 %.

 

Mais seulement 15 % des candidats du LDP sont des femmes, contre 45 % pour sa principale opposition, le Parti démocratique constitutionnel du Japon (CDPJ).

 

Sakura Uchikoshi, avocate basée à Tokyo et qui fait ses premiers pas en politique dans le district rural de Niigata, fait partie des candidats de l’opposition.

 

Les femmes de Niigata sont connues pur être de fortes politiciennes, notamment l’ancienne ministre des Affaires étrangères Makiko Tanaka. La région compte actuellement trois députées dans l’opposition.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...