Médecine : le sort incertain des étudiants marocains rentrés d’Ukraine

Temps de lecture : 6 minutes


Médecine : le sort incertain des étudiants marocains rentrés d’Ukraine

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Ils sont près de 4.000 étudiants marocains en médecine à être rentrés d’Ukraine depuis le début de la guerre lancée par la Russie. Alors que certains poursuivent leurs études en ligne avec leurs universités, d’autres attendent que les ministères marocains de l’Enseignement supérieur et de la Santé trouvent une solution pour qu’ils puissent intégrer des établissements marocains. Une intégration qui a été strictement rejetée par la Commission nationale des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie (CNEM), qui évoque une violation du principe constitutionnel de l’égalité des chances et une menace pour la qualité de formation médicale théorique et pratique, déjà en souffrance.

Temps de lecture : 6 minutes

La guerre en Ukraine assombrit de plus en plus l’avenir des étudiants qui y poursuivaient des études en médecine. Rentrés au Maroc depuis le début de l’offensive russe, les plus chanceux poursuivent leurs cours à distance avec leurs universités, alors que les autres restent dans l’attente d’éventuelles solutions mises en place par les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé. Il s’agit notamment, et principalement, de leur intégration dans les facultés de médecine du Royaume.



Cependant, cette mesure a été fortement contestée par la Commission nationale des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie (CNEM). Dans un communiqué publié le dimanche 20 mars 2022, cette dernière a «exclu la possibilité d’intégrer les étudiants marocains rentrés d’Ukraine dans les facultés et hôpitaux universitaires». Elle a expliqué son refus par «la situation difficile actuelle à l’intérieur des universités et des hôpitaux universitaires, et les difficultés que vivent les étudiants». Et note qu’il faut «rechercher d’autres solutions qui n’affectent pas négativement la qualité de la configuration».




Lire aussi : Les étudiants en médecine contre l’intégration de leurs confrères d’Ukraine




 



4.000 étudiants marocains rentrés d’Ukraine



Pour la CNEM, l’intégration des quelque 4.000 étudiants marocains en médecine, médecine dentaire et pharmacie rentrés d’Ukraine viole «le principe constitutionnel de l’égalité des chances». Elle estime aussi que cette démarche menace la qualité de la formation médicale théorique et pratique dans les formations hospitalières, qui sont déjà confrontées à une surpopulation sans précédent. «Alors que vous suivez la situation actuelle en Ukraine et que nous sommes tous préoccupés par le sort et l’avenir de nos camarades étudiants marocains, nous, au sein de la Commission nationale, espérons que cette crise sera libérée au plus vite et qu’ils reprendront leurs études avec une solution qui ne touche pas aux lignes rouges évoquées ci-dessus», précise la Commission dans son communiqué.



De son côté, Mohamed El Mahdi Ben Hamida, secrétaire général de la CNEM, souligne qu’avant d’envisager l’intégration de ces étudiants, il faut d’abord assurer l’amélioration et le renforcement du système actuel. Pour lui, les autorités compétentes doivent avant tout trouver des solutions rationnelles en termes d’intégration ou de compensation des concernés, sans pour autant léser personne. Autrement dit, poursuit-il, en prenant «en considérant le principe d’égalité des chances et la situation actuelle des études en matière de cours magistraux et de stages hospitaliers».



De plus, la Commission tient à préciser qu’elle ne rejette pas les étudiants rentrés d’Ukraine, mais qu’elle conteste leur intégration sans la prise en considération du principe de l’équité des chances et sans l’amélioration de la situation actuelle de leurs homologues des facultés marocaines concernées. Autre aspect problématique évoqué par cet organisme, le niveau linguistique et scientifique des étudiants rentrés d’Ukraine. «On ne connaît pas leur niveau, on ne peut pas vraiment les intégrer directement dans les facultés en médecine au Maroc. Cela léserait la qualité du diplôme», affirme le secrétaire général de la CNEM à H24Infos.




Lire aussi : Guerre en Ukraine : quid de l’avenir des étudiants marocains rapatriés ?




 



Des examens d’évaluation du niveau des étudiants d’Ukraine



De son côté, la Coordination des étudiants marocains d’Ukraine (CEMU) a déclaré : «Les circonstances nous ont imposé de quitter l’Ukraine. Il nous est inconcevable de devoir tout reprendre à zéro». Cette dernière a exprimé en ce sens le souhait que le niveau et les compétences des étudiants concernés soient jugés à travers des examens de médecine. Pour le représentant de la CEMU, bien qu’il soit stigmatisé, ces étudiants sont «en majorité inscrits dans des universités publiques, dispensant des formations de qualité» en Ukraine. Et de rappeler que la durée du cursus de médecine en Ukraine est la même qu’en Allemagne ou en France, à savoir une formation de six ans.



 



Une autre solution à envisager : le statut de « candidat libre »



Par ailleurs, Pr Jaâfar Heikel indique que vu le contexte actuel, il est préférable de recourir à «une approche pragmatique et humaine». Il propose de ce fait d’adopter provisoirement le statut de « candidat libre » pour ces étudiants revenus d’Ukraine. «Ils pourront assister aux cours et effectuer leurs stages en attendant que la situation s’améliore et qu’ils puissent repartir sans avoir perdu leurs acquis», suggère le spécialiste.



S’agissant de la pénurie des infrastructures pour les stages, il propose d’accorder des accréditations aux structures privées pour accueillir ce surplus d’effectifs. «L’ouverture au secteur privé, qu’on appelle des structures privées accréditées, serait une solution transitoire pour que ces étudiants ne perdent pas leurs acquis et parfassent leur formation. Ces stages leur seront validés quand ils repartiront dans leurs facultés d’origine», plaide le professeur. Ce denier précise qu’une intégration totale serait très complexe au vu des lois actuelles et des règles déjà en place.



Recommandé pour vous

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tang…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le…

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considératio…

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les dern…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans l…

Taxis Vs VTC : une guerre sans fin ?

Temps de lecture : 4 minutes

Le conflit entre les taxis et les VTC s’est intensifié depuis que les applications de transpo…

Décès de Aïcha Ech-Chenna : le Maroc perd une grande militante

Temps de lecture : 6 minutes

Aïcha Ech-Chenna, icône de l’action sociale, est décédée ce dimanche. La présidente fondatric…

Pollution de l’air : risque accru d’arythmies cardiaques et de cancer du poumon

Temps de lecture : 3 minutes

Une nouvelle étude américaine révèle que le fait de respirer de minuscules particules d’air p…

« Les Impériales 2022 » : une première journée riche en débats

Temps de lecture : 4 minutes

Deux ministres ont répondu présents à l’invitation des organisateurs de l’édition 2022 de l’é…

Symptômes, vaccin, prévention…tout savoir sur la grippe saisonnière

Temps de lecture : 4 minutes

À l’instar des autres pays, le virus le plus répandu en cette période est le virus grippal A(…

Visas Schengen : une indignation sans fin !

Temps de lecture : 5 minutes

Pour des raisons migratoires, la France avait décidé, fin 2021, de réduire le nombre de visas…

Faut-il maintenir le changement d’heure ?

Temps de lecture : 5 minutes

Instauré principalement dans le but de réaliser des économies d’énergie, le changement d’heur…