Hamid

Temps de lecture : 3 minutes


Plan d’urgence pour le tourisme : une lueur d’espoir pour les opérateurs

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le ministère du Tourisme a annoncé ce mardi un plan d’urgence de deux milliards de DH pour le secteur touristique. Un plan qui selon le département de Fatima-Zahra Ammor permettra la sauvegarde d’entreprises, évitera une destruction massive d’emplois et préparera une relance pour le secteur. Quoique salués par les professionnels du secteur, ces derniers appellent désormais à l’intégration des agences de voyages dans ce plan d’urgence ainsi qu’à l’ouverture des frontières. Le point avec Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT).

Temps de lecture : 3 minutes

Bonne nouvelle pour les professionnels du secteur du tourisme. Le ministère de tutelle a annoncé ce mardi la mise en place d’un plan d’urgence de 2 MMDH pour le secteur touristique. Ce plan prévoit cinq mesures phares à savoir : le prolongement du versement d’une indemnité forfaitaire de 2.000 dirhams durant le premier trimestre 2022, pour l’ensemble des employés du secteur du tourisme, les transporteurs touristiques et les restaurants classés, le report des charges dues à la CNSS pendant six mois pour ces mêmes employés, l’établissement d’un moratoire relatif aux échéances bancaires sur une durée pouvant aller jusqu’à un an, pour les hôteliers et les transporteurs touristiques. Les intérêts intercalaires seront pris en charge par l’État pour une période équivalente aux mois de non-activité en 2021, ainsi que le premier trimestre 2022.



Les mesures concernent aussi la prise en charge par l’État de la taxe professionnelle due par les hôteliers en 2020 et en 2021 ainsi que l’octroi d’une subvention au secteur de l’hôtellerie, pour un montant global de un milliard de DH. L’objectif de cette aide est de soutenir l’effort d’investissement (entretien, rénovation, formation…) des hôtels souhaitant se préparer à un redémarrage rapide de l’activité dès la réouverture des frontières.



Selon le ministère, cette série de mesures de soutien permettra la sauvegarde d’entreprises, évitera une destruction massive d’emplois et préparera une relance pour le secteur. Évidemment, les professionnels du secteur du tourisme se réjouissent de cette annonce.




Lire aussi : Le Maroc rouvrira-t-il ses frontières ?




Joint par LeBrief, Hamid Bentahar, président de la CNT souligne que cet effort ministériel est louable et salutaire, mais reste incomplet : «C’est un premier pas qui donne de l’espoir, mais il manque certaines choses pour que ce soit complet. Les agences de voyages sont exclues de ces mesures alors qu’elles font partie de l’écosystème. On trouve que c’est une exclusion qui est injuste», note le président de la CNT.



Bentahar juge également que le Maroc a un retard à rattraper vis-à-vis des destinations concurrentes : «Nous avons du chemin à faire avant de retrouver une activité normale. Les hôtels des destinations concurrentes sont à 50 et 60% de taux de remplissage alors que nos établissements sont actuellement à 4, 2 et 0% d’activités», dit-il.



Notre intervenant souligne également que si l’on veut que ces mesures soient efficaces, elles doivent être accompagnées par une ouverture des frontières le plus rapidement possible : «Chaque jour qui passe retarde la relance. Plusieurs destinations sont aujourd’hui ouvertes et récupèrent nos parts de marché. Nous avons toujours la crainte de perdre la saison d’été. La programmation de l’hiver est déjà perdue et vu le manque de visibilité quant à l’ouverture de ces frontières, on risque de perdre même la saison estivale».



 



Ryanair va-t-elle quitter le marché marocain ?



L’information émane du site Maghreb-Intelligence. La compagnie irlandaise envisagerait de quitter le marché marocain à compter du mois de mai prochain en raison de tensions avec le gouvernement depuis mars 2020. La compagnie reproche au Royaume la fermeture excessive des frontières qu’elle juge “injustifiée”. Une fermeture qui empêche Ryanair d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses clients.




Lire aussi : Tourisme : le Maroc prend part au Fitur 2022




Interrogé à ce sujet, Hamid Bentahar souligne qu’il est normal que face à un manque de visibilité, les partenaires prennent des mesures en conséquence : «Il y a un vrai défi de reconstruction de la confiance. Les compagnies n’ont pas de visibilité et cela les pousse à agir en conséquence. Aujourd’hui, même en cas d’ouverture du ciel, les compagnies auront peur que le gouvernement referme les frontières. Cela leur fait perdre beaucoup d’argent».



Ryanair a indiqué qu’à fin novembre 2021, les annulations de vols décidées par le Maroc ont eu un impact sur 160.000 de ses clients. Le gouvernement est prévenu sur la dangerosité de la situation en cas de maintien des frontières fermées et devra agir rapidement avant qu’il ne soit trop tard. 



 



 



Recommandé pour vous

L’économie bleue, quelles perspectives pour le Maroc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de l’important relais de croissance qu’offre l’économie bleu. Une nouvell…

Flambée des prix du carburant : la guerre en Ukraine, les solutions et les recommandations

Temps de lecture : 3 minutes

Alors que la tendance était plutôt à la baisse ces dernières semaines, voilà que les prix des carburants augmentent de nouveau. D’habitude, il…

EMEC Expo 2022 : comme si vous y étiez !

Temps de lecture : 3 minutes

Hier, jeudi 19 mai, s’est clos le salon EMEC Expo, qui a duré deux jours. Cette édition tant attendue fut l’occasion pour les participants de …

CMC : une publication spéciale sur « l’instabilité des marchés »

Temps de lecture : 4 minutes

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé la parution de sa dernière publication mensuelle « Maroc Conjoncture » (n° 345). Il s’agit d…

EMEC EXPO est de retour sous le thème «La transformation digitale de l’entreprise»

Temps de lecture : 2 minutes

La transformation digitale révolutionne l’ensemble des organisations. Aujourd’hui, les entreprises n’ont d’autres choix que d’embrasser ce cha…

Flambée des prix : les explications de Fouzi Lekjaa

Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, est revenu sur les …

Blé : l’interdiction d’exportation de l’Inde secoue les marchés internationaux

Temps de lecture : 3 minutes

Les prix du blé ont augmenté de plus de 60% cette année, en raison des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À eux seuls, ces deux …

Tourisme : le Maroc face au manque de ressources humaines qualifiées

Temps de lecture : 4 minutes

L’ouverture des frontières avec plusieurs pays, ainsi que celles avec l’Espagne, Sebta et Melilia, marque la relance officielle du secteur tou…

Location de voitures : difficile reprise pour les professionnels

Temps de lecture : 3 minutes

Si la réouverture des frontières, l’allègement de certaines restrictions sanitaires et le retour de l’opération Marhaba donnent de bonnes pers…

Saison estivale : 2022, l’année de la relance ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après deux saisons estivales, partiellement percutées par la crise sanitaire de la Covid-19, l’été 2022 s’annonce radieux. À fin 2…

Emploi au Maroc : entre baisse de chômage et recours à l’entrepreneuriat

Temps de lecture : 1 minute

Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au plan (HCP) relatives à l’emploi montrent une légère baisse du taux de chôma…

Le climat des affaires « normal » pour 57% des patrons

Temps de lecture : 2 minutes

Les résultats de l’édition trimestrielle (T1-2022) de Bank Al-Maghrib sur le climat général des affaires révèlent une légère baisse par rap…