Hamid

Temps de lecture : 5 minutes


Plan d’urgence pour le tourisme : une lueur d’espoir pour les opérateurs

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministère du Tourisme a annoncé ce mardi un plan d’urgence de deux milliards de DH pour le secteur touristique. Un plan qui selon le département de Fatima-Zahra Ammor permettra la sauvegarde d’entreprises, évitera une destruction massive d’emplois et préparera une relance pour le secteur. Quoique salués par les professionnels du secteur, ces derniers appellent désormais à l’intégration des agences de voyages dans ce plan d’urgence ainsi qu’à l’ouverture des frontières. Le point avec Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT).

Temps de lecture : 5 minutes

Bonne nouvelle pour les professionnels du secteur du tourisme. Le ministère de tutelle a annoncé ce mardi la mise en place d’un plan d’urgence de 2 MMDH pour le secteur touristique. Ce plan prévoit cinq mesures phares à savoir : le prolongement du versement d’une indemnité forfaitaire de 2.000 dirhams durant le premier trimestre 2022, pour l’ensemble des employés du secteur du tourisme, les transporteurs touristiques et les restaurants classés, le report des charges dues à la CNSS pendant six mois pour ces mêmes employés, l’établissement d’un moratoire relatif aux échéances bancaires sur une durée pouvant aller jusqu’à un an, pour les hôteliers et les transporteurs touristiques. Les intérêts intercalaires seront pris en charge par l’État pour une période équivalente aux mois de non-activité en 2021, ainsi que le premier trimestre 2022.



Les mesures concernent aussi la prise en charge par l’État de la taxe professionnelle due par les hôteliers en 2020 et en 2021 ainsi que l’octroi d’une subvention au secteur de l’hôtellerie, pour un montant global de un milliard de DH. L’objectif de cette aide est de soutenir l’effort d’investissement (entretien, rénovation, formation…) des hôtels souhaitant se préparer à un redémarrage rapide de l’activité dès la réouverture des frontières.



Selon le ministère, cette série de mesures de soutien permettra la sauvegarde d’entreprises, évitera une destruction massive d’emplois et préparera une relance pour le secteur. Évidemment, les professionnels du secteur du tourisme se réjouissent de cette annonce.




Lire aussi : Le Maroc rouvrira-t-il ses frontières ?




Joint par LeBrief, Hamid Bentahar, président de la CNT souligne que cet effort ministériel est louable et salutaire, mais reste incomplet : «C’est un premier pas qui donne de l’espoir, mais il manque certaines choses pour que ce soit complet. Les agences de voyages sont exclues de ces mesures alors qu’elles font partie de l’écosystème. On trouve que c’est une exclusion qui est injuste», note le président de la CNT.



Bentahar juge également que le Maroc a un retard à rattraper vis-à-vis des destinations concurrentes : «Nous avons du chemin à faire avant de retrouver une activité normale. Les hôtels des destinations concurrentes sont à 50 et 60% de taux de remplissage alors que nos établissements sont actuellement à 4, 2 et 0% d’activités», dit-il.



Notre intervenant souligne également que si l’on veut que ces mesures soient efficaces, elles doivent être accompagnées par une ouverture des frontières le plus rapidement possible : «Chaque jour qui passe retarde la relance. Plusieurs destinations sont aujourd’hui ouvertes et récupèrent nos parts de marché. Nous avons toujours la crainte de perdre la saison d’été. La programmation de l’hiver est déjà perdue et vu le manque de visibilité quant à l’ouverture de ces frontières, on risque de perdre même la saison estivale».



 



Ryanair va-t-elle quitter le marché marocain ?



L’information émane du site Maghreb-Intelligence. La compagnie irlandaise envisagerait de quitter le marché marocain à compter du mois de mai prochain en raison de tensions avec le gouvernement depuis mars 2020. La compagnie reproche au Royaume la fermeture excessive des frontières qu’elle juge “injustifiée”. Une fermeture qui empêche Ryanair d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses clients.




Lire aussi : Tourisme : le Maroc prend part au Fitur 2022




Interrogé à ce sujet, Hamid Bentahar souligne qu’il est normal que face à un manque de visibilité, les partenaires prennent des mesures en conséquence : «Il y a un vrai défi de reconstruction de la confiance. Les compagnies n’ont pas de visibilité et cela les pousse à agir en conséquence. Aujourd’hui, même en cas d’ouverture du ciel, les compagnies auront peur que le gouvernement referme les frontières. Cela leur fait perdre beaucoup d’argent».



Ryanair a indiqué qu’à fin novembre 2021, les annulations de vols décidées par le Maroc ont eu un impact sur 160.000 de ses clients. Le gouvernement est prévenu sur la dangerosité de la situation en cas de maintien des frontières fermées et devra agir rapidement avant qu’il ne soit trop tard. 



 



 


tourisme

Recommandé pour vous

Monétique : reprise remarquable durant le 1er trimestre 2022

Temps de lecture : 5 minutes

C’est une tendance lourde qui se confirme de trimestre en trimestre. Les Marocains se tournent de plus en plus vers les moyens de paiement éle…

World Power-to-X Summit : hydrogène vert, un positionnement d’avenir pour le Maroc

Temps de lecture : 8 minutes

Plus de 500 experts venus des quatre coins du monde ont participé à la deuxième édition du « World Power-to-X Summit », qui s’est tenue du 22 …

Cryptomonnaies : le Maroc veut mettre fin au vide juridique

Temps de lecture : 3 minutes

Les cryptomonnaies enregistrent une croissance effrénée. L’investissement dans ce marché plein d’avenir est pour les initiés, comme, pour les …

Bank Al-Maghrib opte pour une politique monétaire accommodante

Temps de lecture : 4 minutes

Réunion sous pression ce mardi au siège de Bank Al-Maghrib (BAM) à Rabat. Les membres du Conseil de la Banque centrale ont tenu la deuxième se…

Forum d’investissement Maroc-Espagne : quel enjeu pour le Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

Favorisés par leur proximité géographique, la coopération économique et les échanges commerciaux entre Madrid et Rabat sont inéluctables. Le f…

Achat en ligne : ce qu’il faut savoir sur les nouvelles réglementations douanières

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc comme partout ailleurs, l’activité du e-commerce est en croissance constante.  La crise sanitaire a été d’ailleurs perçue comme un ac…

Politique monétaire : faut-il augmenter les taux directeurs ?

Temps de lecture : 4 minutes

Les marchés internationaux du crédit montrent des signes de tensions. Après la dernière crise de la dette qui a eu lieu en 2011, le spectre d’…

Prix des carburants : le ras le bol des citoyens marocains

Temps de lecture : 5 minutes

L’onde de choc de la guerre en Ukraine a touché le monde entier. Depuis le début du conflit russo-ukrainien, les prix des carburants ont attei…

Les influenceurs sous les radars du fisc

Temps de lecture : 5 minutes

Le nombre d’influenceurs en ligne augmente au Maroc. Ils sont des « créateurs de contenu » qui usent de leur notoriété pour gagner de l’argent…

Compensation : une charge à rallonge

Temps de lecture : 4 minutes

Drôle de procédé choisi par le gouvernement Akhannouch pour injecter plus d’argent dans la Caisse de compensation pour faire face à l’augmenta…

2022 : la croissance en panne

Temps de lecture : 4 minutes

Les chiffres s’accumulent et se ressemblent. 2022 est une année à oublier pour la croissance de l’économie nationale. Annus horribilis, tel es…

Prix des carburants : aucune mesure supplémentaire n’est envisagée par le gouvernement

Temps de lecture : 5 minutes

La hausse des prix des carburants continue de préoccuper l’opinion publique. La ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, a…