Aller au contenu principal

État d’urgence sanitaire : Deux avocats saisissent Aziz Akhannouch

Par Nora Jaafar, Publié le 08/11/2021 à 17:33, mis à jour le 08/11/2021 à 17:55
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
État d’urgence sanitaire : Deux avocats exigent la publication de toutes les mesures au Bulletin officiel

Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire lié à la pandémie de la Covid-19 au Maroc, le gouvernement a introduit de nombreuses mesures par communiqués de presse sans signature ni cachet. Une démarche qui a été fortement critiquée par les avocats Jihad Agouram et Kawtar Jalal. Ces derniers ont d’ailleurs saisi le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch à ce sujet.

La requête cosignée par les deux avocats inscrits au barreau de Casablanca, remonte au 1er novembre et réclame la publication systématique de toutes les mesures anti-Covid-19 au Bulletin officiel (BO). Cette publication concernerait «les mesures déjà annoncées ainsi que celles qui le seront à l’avenir», précise le document. Jihad Agouram et Kawtar Jalal ont souligné l’importance de la forme que doivent revêtir les annonces du gouvernement, notant que «la publication des normes juridiques est un principe constitutionnel», selon l’article 6 de la Constitution. Cependant, ces derniers ont constaté que «depuis l’apparition des premiers signes de la crise sanitaire actuelle, voire même avant l’annonce de l’état d’urgence sanitaire – précisément depuis mi-mars 2020 – et jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement émet un certain nombre de règles juridiques, sans publication au Bulletin officiel, voire-même sans aucune forme publication».

Les deux avocats ont également martelé : «devant la justice, comment un justiciable pourrait-il invoquer des mesures couchées sur du papier blanc, où des règles à l’encre noire ont été rédigées sans la moindre mention permettant d’établir un lien avec le gouvernement ? Comment peut-il en attribuer le contenu à l’exécutif ?». De plus, ils estiment que la multiplicité des versions publiées par les médias pose des problèmes aux juges, qui doivent traiter des affaires durant lesquelles les accusés pourraient faire valoir leur «ignorance» ou leur «confusion» quant à une ou plusieurs mesures de prévention en vigueur.

Les deux auteurs espèrent recevoir le retour de l’exécutif dans un délai 60 jours, qui est prévu comme préalable à un recours judiciaire.

Sahara : Guterres appelle toutes les parties à reprendre le processus politique

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé toutes les parties au conflit autour du Sahara à reprendre le processus politique en vue de parvenir à une solution à ce différend régional. ...

Sahara : De Mistura a rencontré vendredi le ministre espagnol des Affaires étrangères

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a rencontré, vendredi 21 janvier, l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara, Staffan de Mistura. Ce d...

Gouvernement Akhannouch : 103 jours au pouvoir

Samedi 22 janvier 2022. Cela fait 103 jours que Aziz Akhannouch s’est installé à la Chefferie du go...

Pourquoi le sommet arabe ne se tiendra pas en mars ?

Le sommet arabe, qui devait se dérouler au mois de mars prochain, a été une nouvelle fois reporté. ...

Maroc-Mali : entretien de Nasser Bourita avec le chef de la diplomatie malienne

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a échangé, jeudi par téléphone, avec le ministre des Affaires étrangères et de la ...

Awrach : attention à l'effet cocotte-minute !

Lancement officiel ce vendredi du programme gouvernemental Awrach pour la création de 250.000 emplo...