Aller au contenu principal

Le Maroc se dirige vers un partenariat « privilégié » avec l’UE

Par Nora Jaafar, Publié le 01/07/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le Maroc s’est rapproché de son objectif d’obtenir une « relation privilégiée avec l’UE » à la suite de pourparlers fructueux entre le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita et la responsable des affaires étrangères de l’UE Federica Mogherini.

 

Le partenariat euro-marocain pour une prospérité partagée a été annoncé à l’issue de la 14e réunion du Conseil d’association Maroc-UE jeudi dernier (27 juin) et comprendra la relance des négociations sur un accord de libre-échange et la perspective de l’intégration du Maroc dans plusieurs nouveaux programmes et agences européens. Ces pourparlers devraient commencer immédiatement et dominer les 18 prochains mois.

 

De manière plus controversée, l’UE a également salué le traitement par Rabat du différend de longue date sur le statut du territoire contesté du Sahara occidental.

 

L’UE « salue les efforts sérieux et crédibles » déployés par le Maroc pour parvenir à un arrangement pacifique. Dans un nouvel avertissement au Front Polisario, le mouvement indépendantiste qui prétend représenter le peuple du Sahara occidental, le communiqué appelle les deux parties à « poursuivre leur engagement dans un esprit de réalisme et de compromis ».

 

Ces dernières années, le Maroc a cherché à se positionner comme passerelle entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne, rejoignant l’Union africaine en 2017 et devenant rapidement l’un des acteurs politiques majeurs de l’organisation panafricaine. Il a également cherché à rejoindre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui compte 12 pays.

 

Le statut du Sahara occidental, qui a été effectivement annexé par le Maroc en 1975, déclenchant une vague de guérilla avec le Front Polisario qui a pris fin par un cessez-le-feu négocié par l’ONU en 1991, a compliqué cette adhésion.

 

Deux arrêts rendus par la Cour de justice européenne basée à Luxembourg en 2018 et 2019 ont déclaré que le territoire contesté ne pouvait être considéré comme faisant partie du Maroc.

 

L’arrêt de la CJCE a ajouté que tout accord futur entre l’UE et le Maroc concernant le Sahara occidental nécessiterait le consentement du peuple sahraoui et lui serait directement profitable.

 

Le Parlement européen a approuvé le nouvel accord de partenariat UE-Maroc pour une pêche durable en février.

 

Entre-temps, les pourparlers de paix semblent menacés après le départ en mai de Horst Köhler, envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, pour des raisons de santé, le seule qui est parvenu à amener le Maroc et le Polisario à la table des négociations pour la première fois depuis six ans.

 

Par ailleurs, le royaume a été l’un des pays d’Afrique du Nord à engager des pourparlers avec l’UE pour aider Bruxelles à contrôler les flux migratoires à travers la mer Méditerranée.

 

Toutefois, le Maroc a été à la tête de l’opposition de l’UA à la proposition adoptée l’année dernière par les dirigeants de l’UE sur la création de centres d’accueil des migrants en Afrique, dans un accord sur le modèle du Pacte « argent contre migrants » entre l’UE et la Turquie.


 

Le Maroc a investi beaucoup d’énergie diplomatique dans ses relations avec Bruxelles. Un fonctionnaire du gouvernement marocain a déclaré plus tôt cette année à EURACTIV qu’il cherchait à établir une « relation privilégiée avec l’UE ».

 

S’exprimant à l’issue de leur réunion de jeudi, Bourita a déclaré que les relations entre l’UE et le Maroc avaient connu des difficultés ces dernières années et qu’elles s’étaient « égarées, tant sur le fond que sur la forme ».

 

« Cela s’explique en partie par le fait que, ces dernières années, l’UE a semblé plus occupée par ses propres problèmes internes », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous espérons que la nouvelle résolution commune adoptée aujourd’hui avec l’UE redynamisera cette relation ».

 

« Notre partenariat a surmonté les défis et nous avons maintenant tourné la page », a ajouté Mogherini, haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères.

Maroc-Allemagne : les raisons du conflit

Lalla Zohour Alaoui, ambassadrice du Maroc en Allemagne, a été rappelée pour consultations par le m...

Blés tendre et dur : le Maroc rétablit les droits d'importation

Réuni ce jeudi 6 mai sous la présidence de Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement, le Conseil de gouvernement a adopté deux projets de décret. Il s’agit du texte n°2.21.328, relatif au rétablisseme...

L’audition de Brahim Ghali reportée

Ce jeudi 6 mai, le journal espagnol Europa Press a annoncé que l’audition de Brahim Ghali, prévue vendredi 7 mai par un juge d’instruction de l’Audience nationale, n’aura pas lieu. Citant «des sources...

Maroc-Allemagne : rappel de l’ambassadeur du Maroc à Berlin

Ce jeudi 6 mai, évoquant une «adversité constante et inacceptable», le ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué annonçant que le Maroc vient de rappeler son ambassadeur à Berlin, Lalla...

El Otmani se réunit avec les chefs des partis de l’opposition

Ce mercredi 5 mai à Rabat, Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement, s’est entretenu avec les chefs des partis de l’opposition au Parlement, notamment les secrétaires généraux du Parti authenticité e...

Le Maroc et la Serbie soulignent leurs points de vue convergents sur l’intégrité territoriale

Réunis ce mercredi 5 mai à Rabat, Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, et Nikola Selakovic, son homologue serbe, ont convenu de consolider les excellents liens qui unissent leurs pays à t...