Aller au contenu principal

Maroc-Algérie : la Mauritanie prête à jouer le rôle de "médiateur"

Par Nora Jaafar, Publié le 05/10/2021 à 11:51, mis à jour le 05/10/2021 à 17:35
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Maroc-Algérie : la Mauritanie prête à jouer le rôle de "médiateur"

Le président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani, a abordé plusieurs questions lors d’une interview accordée au journal français L’Opinion, dont l’actuelle crise diplomatique maroco-algérienne. Selon lui le scénario d’une nouvelle escalade de tensions entre les deux pays voisins et peu probables. Il souligne : «je ne pense pas qu’il y ait d’intention ou même les prémices d’une nouvelle escalade, et nous ne la souhaitons pas. C’est une situation qui aurait des effets négatifs pour l’intégration maghrébine qui souffre déjà de la crise libyenne. Il faut compter sur la sagesse de ces deux pays frères avec lesquels nous entretenons de très bonnes relations».

Le président mauritanien a également indiqué que son pays est prêt à jouer le rôle de facilitateur et de réunir les deux pays autour d’une même table pour trouver une solution optimale à ce différend. «Nous sommes disposés, s’ils venaient à nous le demander, à jouer un rôle de facilitateur», car «la Mauritanie affiche une neutralité positive dans le dossier du Sahara occidental depuis l’accord de paix d’Alger, le 5 août 1979, mettant fin aux combats avec le Polisario».

Pour rappel, Rabat et Alger connaissent depuis quelques mois une crise diplomatique importante. Cette dernière s’est exacerbée depuis que les États-Unis ont reconnu la marocanité du Sahara. Ensuite, l’implication de l’Algérie dans l’entrée illégale de Brahim Ghali, chef du Polisario, en Espagne en avril dernier ainsi que la persistance de son gouvernement à protéger et défendre les intérêts du groupe séparatiste n’ont fait qu’aggraver les tensions déjà existences. De plus, les propos de Omar Hilal, représentant permanent du Maroc aux Nations Unies, sur l’autodétermination de la Kabylie, ont provoqué l’ire d’Alger.

Mohammed Benchaâboun, nouveau ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...