Aller au contenu principal

Affaires Raissouni et Radi : le gouvernement marocain saisi par des responsables onusiens

Par Nora Jaafar, Publié le 27/09/2021 à 11:20, mis à jour le 27/09/2021 à 17:02
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Affaires Raissouni et Radi : le gouvernement marocain saisit par des responsables onusiens

Avant de soumettre leur rapport final au sujet des affaires des journalistes Soulaïman Raissouni et Omar Radi, quatre rapporteuses spéciales des Nations Unies (ONU) ont saisi ce dimanche le gouvernement marocain. Le rapport en question devra par la suite être présenté au Conseil des droits de l’homme (CDH) et au Secrétaire général de l’ONU. Ainsi, rapporte Hespress Fr, c’est à travers une lettre que la rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, la rapporteuse spéciale sur le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible, la rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme et la rapporteuse spéciale sur l’indépendance des juges et des avocats ont demandé au Royaume plus d’éclaircissements au sujet des deux dossiers précités.

Ces responsables soulignent dans leurs missives avoir reçu des informations concernant «les journalistes défenseurs des droits humains Omar Radi et Soulaïman Raissouni». Il s'agit notamment «des tenants de leur arrestation, les dates des interrogatoires et des audiences, leur détention préventive, leur état de santé en prison, les demandes de libertés provisoires rejetées ou encore la grève de la faim qu’ils ont entamée pour protester contre leur procès “inéquitable”». Sur la base de ces données, les rapporteuses ont exprimé leurs «sérieuses préoccupations quant aux allégations concernant les conditions de détention de Radi et de Raissouni qui, si elles s’avéraient exactes, ne sembleraient pas respecter les normes internationales». Ainsi, conformément à leurs responsabilités et aux termes des prérogatives qui leur ont été confiés par le CDH, les responsables onusiennes exigent «la coopération du gouvernement marocain pour tirer au clair les cas qui ont été portés à leur attention».

Pour rappel, après avoir été inculpé de "financements étrangers, d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État" et d'"atteinte à la pudeur avec violence et viol", Omar Radi a écopé d’une peine de six ans de prison ferme qu’il purge à la prison d’Oukacha 1 à Casablanca. Soulaïman Raissouni a été condamné pour sa part à cinq ans de prison ferme pour "viol avec violence et séquestration" contre un individu de la communauté LGBT.

Automobile : Opel pourrait délocaliser une partie de son activité au Maroc

Selon les supports médiatiques allemands Hessenschau et Ntv, la société mère du constructeur automobile Opel, Stellantis, a menacé de délocaliser ses activités au Maroc. Les mêmes sources rapportent :...

Don d’organes : le Maroc accuse un énorme retard

Dans le domaine du don d’organe, régi par un cadre légal, le Maroc accuse un énorme retard. En effe...

Air France prolonge les vols Tanger-Paris jusqu’à la saison d’hiver

Dans un communiqué de presse, datant du 8 octobre, Air France a annoncé qu’elle prolonge le programme de vols entre l’aéroport Ibn Battouta de Tanger et l’aéroport Charles de Gaulle en France pendant ...

Hamza mon bb : Soukaina Glamour sort de prison

Ce jeudi 14 octobre, la youtubeuse Soukaina Janah, alias Soukaina Glamour, est sortie de prison. Arrêtée en septembre 2019, elle avait été condamnée dans l’affaire Hamza mon bb. Selon les investiga...

Abderrahim Bourkia : «les Marocains se sont toujours montrés solidaires avec l’Algérie»

Alors que la crise diplomatique entre l’Algérie et le Maroc bat son plein, la relation entre les de...

Justice : pourquoi Maati Monjib n’est-il pas autorisé à quitter le Maroc ?

Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat a rejeté les allégations d’interdiction de voyage «arbitraire» de l’activiste marocain Maati Monjib, affirmant que ce dernier n’est p...