Aller au contenu principal

L’Algérie met fin à l’accréditation de France 24

Par Nora Jaafar, Publié le 14/06/2021 à 17:02, mis à jour le 14/06/2021 à 17:43          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
L’Algérie met fin à l’accréditation de France 24

Ce dimanche 13 juin, le ministre de Communication et porte-parole du gouvernement algérien, Ammar Belhimer, a annoncé que l’Algérie retire l’accréditation de France 24 en raison de «l’hostilité manifeste et répétée de la chaîne d’information satellitaire à l’égard de [notre] pays et de ses institutions». En réponse, le média international a précisé que les autorités algériennes lui avaient adressé un avertissement le 13 mars, à la suite de sa «couverture des marches du vendredi» du Hirak, mouvement de protestation antigouvernemental. La même source a déclaré avoir été «surprise de n’avoir reçu aucune explication» concernant cette décision, soulignant que «nous couvrons l’actualité algérienne de manière transparente, indépendante et honnête, comme c’est le cas pour tous les pays que nous couvrons».

Selon France 24, en Algérie, les journalistes étrangers et locaux sont souvent confrontés à des procédures bureaucratiques et peu claires pour obtenir l’autorisation de travailler. Reporters sans frontières (RSF) a placé le pays nord-africain au 146e rang sur les 180 pays et territoires de son classement mondial de la liberté de la presse de 2020, soit un recul de 27 places par rapport à 2015.

Par ailleurs, le retrait de l’accréditation de France 24 intervient au lendemain de la tenue des élections législatives dans le pays, où près de 70% des électeurs se sont abstenus de voter, selon les chiffres officiels. Il intervient également dans un contexte de pression croissante contre le Hirak et d’une série d’arrestations de journalistes et de personnalités de l’opposition.

Bien que l’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika ait quitté le pouvoir en 2019 à la suite de protestations contre le régime, les manifestations se sont poursuivies, exigeant une refonte du régime en place depuis l’indépendance de la France en 1962. Les autorités affirment que les principales demandes du mouvement ont été satisfaites, et accusent les derniers protagonistes de militer contre les intérêts de l’Algérie.

Hamid Chabat quitte l'Istiqlal

Le torchon brûle entre Hamid Chabat et la direction du parti de l'Istiqlal. L'ex-secrétaire général du parti de la balance a pris la parole dimanche soir dans un live pour annoncer sa décision de quit...

Maroc-Algérie : analyse du discours du roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a consacré la majorité de son discours de la fête du Trône au conflit entre le M...

Maroc : visite du Chef d’État-Major de l’Armée de Terre US

Nouvelle visite d’un haut responsable militaire américain dans le Royaume. Le général James C. McConville, chef d’État-Major de l’armée de terre des États-Unis d’Amérique, a entamé ce lundi une visite...

La justice espagnole classe la plainte pour génocide visant Brahim Ghali

Dans un communiqué publié jeudi 29 juillet, le haut tribunal de l’Audience nationale en Espagne a annoncé que la plainte pour "génocide" visant Brahim Ghali, chef du Polisario, dans le pays ibérique, ...

Le "chef des renseignements" du Polisario n’est plus

Ce dimanche 1er août, Abdellah Lahbib Belal, le "chef des renseignements" du Polisario, est décédé à l’hôpital Aïn Naaja d’Alger. Il a péri suite à son infection par la Covid-19. Notons que ce soi-...

Discours royal : main tendue et sensibilisation patriotique

Le roi Mohammed VI a adressé samedi dernier un discours à la nation à l'occasion du 22e anniversair...