Aller au contenu principal

Les "mafias des sables" menacent les côtes marocaines

Par Nora Jaafar, Publié le 17/06/2019 à 12:26, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Sous un ensemble d'appartements qui surplombe la plage de Monica dans la ville côtière à l'ouest de Mohammedia, une seule dune de sable a échappé aux griffes insatiables des entrepreneurs marocains de la construction.

 

Ici, comme ailleurs en Afrique du Nord, le sable a été volé pour approvisionner une industrie qui se développe à pleine vitesse.

 

Un rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) sur la surexploitation mondiale de cette ressource, publié le mois dernier, accuse les "mafias de sable" de détruire les plages du Maroc et de sur-urbaniser son littoral.

 

"Les dunes ont disparu le long de toute la côte de la ville", a déploré le militant écologiste Jawad, faisant référence à Mohammedia, sur l'Atlantique entre Rabat et Casablanca.

 

Ce militant écologiste de 33 ans dirige Anpel, une ONG locale qui se consacre à la protection du littoral.


Plus de la moitié du sable utilisé chaque année par l'industrie marocaine de la construction - environ 10 millions de mètres cubes - est extrait illégalement, selon le PNUE.


Le sable représente les quatre cinquièmes de la composition du béton et - après l'eau - est la deuxième ressource la plus consommée dans le monde.

 

Selon le PNUE, les plages et les rivières sont fortement exploitées à travers la planète, légalement et illégalement.

 

"La complicité du gouvernement"

 

Au Maroc, "le sable est souvent retiré des plages pour construire des hôtels, des routes et d'autres infrastructures liées au tourisme", explique le PNUE.

 

Les plages rapetissent et l'érosion côtière s'ensuit.


Le vol de sable sur les plages ou les dunes côtières au Maroc est passible de cinq ans de prison.

 

Siphonnées par des ânes, des vélos de livraison et de gros camions, les plages sont dénudées du nord au sud, le long d'une côte qui s'étend de la mer Méditerranée à l'Atlantique.


Au sud, selon le rapport du PNUE, "les contrebandiers de sable ont transformé une grande plage en un paysage rocheux" entre Safi et Essaouira.

 

L'activiste Jawad parle de "pillage à petite échelle, comme ici à Mohammedia".

 

Mais "il y a aussi le trafic intensif et structuré par des réseaux organisés, opérant avec la complicité de certains fonctionnaires".

 

Alors que les mafias de sable opèrent comme des mafieux, "des personnalités clés - législateurs ou soldats à la retraite - distribuent des permis leur permettant de surexploiter les dépôts, sans respecter les quotas", a-t-il ajouté.

Voici comment se rendre en Grèce depuis le Maroc

En 2020, très peu de vacanciers se sont risqués à voyager hors de leurs frontières pour les vacances d’été. Un an plus tard, alors que les campagnes de vaccination vont bon train, les pays européens s...

Santé : des agences régionales remplaceront les directions régionales

Dans son édition de ce jeudi 17 juin, le journal arabophone Al-Akhbar rapporte que Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, envisage de limoger tous les directeurs régionaux de la santé. Cette démarche...

En 20 ans, Wikipédia a révolutionné la diffusion du savoir

Une encyclopédie est un ouvrage qui tente de synthétiser les connaissances à un moment précis. Avant l’ère d’internet, ces fameuses encyclopédies faisaient parfois plusieurs volumes et coûtait une for...

Covid-19 : attention à la hausse des cas de contamination

Alors que le Maroc risque de voir sa campagne nationale de vaccination contre la Covid-19 suspendue...

Marhaba : première traversée Sète-Tanger Med

Ce mercredi soir, un bateau a quitté le port de Sète dans le sud-est de la France dans le cadre de l’opération Marhaba 2021, lancée suite aux instructions royales concernant l’accueil des Marocains ré...

RAM : lancement imminent de vols additionnels en provenance de huit villes européennes

Dans un message publié ce jeudi 17 juin sur son compte Twitter, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé «le lancement imminent de vols additionnels» en provenance de huit ville...