Aller au contenu principal

Les "mafias des sables" menacent les côtes marocaines

Par H.L.B, Publié le 17/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Sous un ensemble d'appartements qui surplombe la plage de Monica dans la ville côtière à l'ouest de Mohammedia, une seule dune de sable a échappé aux griffes insatiables des entrepreneurs marocains de la construction.

 

Ici, comme ailleurs en Afrique du Nord, le sable a été volé pour approvisionner une industrie qui se développe à pleine vitesse.

 

Un rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) sur la surexploitation mondiale de cette ressource, publié le mois dernier, accuse les "mafias de sable" de détruire les plages du Maroc et de sur-urbaniser son littoral.

 

"Les dunes ont disparu le long de toute la côte de la ville", a déploré le militant écologiste Jawad, faisant référence à Mohammedia, sur l'Atlantique entre Rabat et Casablanca.

 

Ce militant écologiste de 33 ans dirige Anpel, une ONG locale qui se consacre à la protection du littoral.


Plus de la moitié du sable utilisé chaque année par l'industrie marocaine de la construction - environ 10 millions de mètres cubes - est extrait illégalement, selon le PNUE.


Le sable représente les quatre cinquièmes de la composition du béton et - après l'eau - est la deuxième ressource la plus consommée dans le monde.

 

Selon le PNUE, les plages et les rivières sont fortement exploitées à travers la planète, légalement et illégalement.

 

"La complicité du gouvernement"

 

Au Maroc, "le sable est souvent retiré des plages pour construire des hôtels, des routes et d'autres infrastructures liées au tourisme", explique le PNUE.

 

Les plages rapetissent et l'érosion côtière s'ensuit.


Le vol de sable sur les plages ou les dunes côtières au Maroc est passible de cinq ans de prison.

 

Siphonnées par des ânes, des vélos de livraison et de gros camions, les plages sont dénudées du nord au sud, le long d'une côte qui s'étend de la mer Méditerranée à l'Atlantique.


Au sud, selon le rapport du PNUE, "les contrebandiers de sable ont transformé une grande plage en un paysage rocheux" entre Safi et Essaouira.

 

L'activiste Jawad parle de "pillage à petite échelle, comme ici à Mohammedia".

 

Mais "il y a aussi le trafic intensif et structuré par des réseaux organisés, opérant avec la complicité de certains fonctionnaires".

 

Alors que les mafias de sable opèrent comme des mafieux, "des personnalités clés - législateurs ou soldats à la retraite - distribuent des permis leur permettant de surexploiter les dépôts, sans respecter les quotas", a-t-il ajouté.

CESE : comment assurer de manière optimale l’inclusion et l’émancipation de la femme ?

À l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le Conseil économiqu...

Vaccination anti-Covid-19 : un week-end décisif

Le Maroc s’apprête à vivre un week-end décisif dans sa lutte contre la pandémie de la Covid-19. Ave...

Agression sexuelle : Saad Lamjarred risque jusqu’à 20 ans de prison

Le chanteur Saad Lamjarred doit retourner devant la Cour d’appel de Paris pour le viol présumé de la ressortissante française Laura Prioul. La réouverture de l’affaire intervient quelques mois ap...

Manipulation du débat public : Facebook supprime plus de 400 comptes au Maroc

Dans son rapport de février sur ce qu’elle appelle Coordinated False Behavior (CIB), la plateforme Facebook a annoncé avoir éliminé des faux comptes au Maroc pour avoir contribué à «man...

Légalisation du cannabis : report et interrogations

L'examen du projet de loi portant sur l'utilisation légale du cannabis en Conseil de gouvernement a...

Peugeot dévoile son nouveau logo

Peugeot vient de dévoiler son nouveau logo. Dans un communiqué partagé ce jeudi 4 mars, la plus ancienne marque automobile du monde encore en activité a souligné qu’avec un renouvellement complet de s...