Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Économie / Ramadan 2024 : le point sur les prix des produits de base

Ramadan 2024 : le point sur les prix des produits de base

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Dans le contexte marqué par une diminution de l’inflation au Maroc, passant de 3,4% en décembre à 2,3% en janvier, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le mois de Ramadan s’annonce sous des auspices plus cléments pour les consommateurs marocains. Une tendance à la baisse qui offre un souffle d’optimisme et promet un allègement des contraintes financières habituellement associées à cette période. On fait le point sur les prix des produits les plus consommés en ce mois sacré.

Temps de lecture : 5 minutes

À l’approche du mois sacré de Ramadan, les consommateurs peuvent entrevoir une note d’optimisme dans leurs préparatifs culinaires. En effet, une tendance à la baisse des prix de certains produits essentiels se dessine. Parmi ces produits, les légumes affichent une baisse notable de leurs prix. Toutefois, dans d’autres segments du marché alimentaire, la stabilité ou l’augmentation des prix continue de peser lourdement sur le budget des Marocains.

Lire aussi : Ramadan 2024 à la TV : il y en aura pour tous les goûts 

Baisse des prix des légumes

La tomate, ingrédient phare de nombreuses recettes marocaines pendant ce mois sacré, se vend désormais à 4 DH le kilogramme, marquant une diminution significative par rapport à son prix antérieur fluctuant entre 10 et 15 DH. Cette baisse représente un soulagement considérable pour les budgets familiaux, permettant une consommation plus aisée de ce produit essentiel.

De même, le prix des oignons a chuté à 6 DH/kg, contre 15 DH il y a quelques semaines. Cette réduction de plus de 50% du prix est une aubaine pour les ménages, surtout en préparation des plats traditionnels du Ramadan où l’oignon est omniprésent. Les pommes de terre voient également leur coût diminuer, passant de 13 DH à 5 DH le kilogramme.

Viande : entre stabilité et hausse des prix

En ce qui concerne la viande rouge, les prix fluctuent entre 80 et 90 DH le kilogramme variant selon les régions. Cette gamme de prix, tout en étant relativement stable, reste un facteur de préoccupation pour de nombreux ménages,étant donné que la viande rouge est considérée comme un produit de base dans l’alimentation de nombreux Marocains.

De son côté, le poulet représente une autre source d’inquiétude budgétaire pour les ménages. Avec un prix actuel estimé à 21 DH/kg contre 14 DH auparavant, l’augmentation n’est pas négligeable et pèse lourdement sur le budget des Marocains. Cette hausse, perçue comme excessive par une large frange de la population, impacte directement la demande.

Cependant, une lueur d’espoir subsiste chez les professionnels du secteur. Certains anticipent un retour à la normale et à des prix plus raisonnables dans les semaines à venir. Cette perspective repose sur l’hypothèse que la faible demande actuelle, engendrée par le découragement des consommateurs face à l’augmentation des prix, pourrait finalement exercer une pression à la baisse sur le produit.

Lire aussi : Ramadan : renforcement des contrôles du ministère de l’Intérieur sur les marchés

Quid des dattes ?

Cette année, le marché national devrait bénéficier d’un approvisionnement stable en dattes, résultat d’une approche équilibrée entre la production locale et les importations. Pour la saison en cours, la production nationale est estimée à 104.000 tonnes. Néanmoins, cette quantité ne suffit pas à satisfaire pleinement les besoins du marché. Ainsi, pour combler cette insuffisance, le pays envisage d’importer de 60.000 à 70.000 tonnes de dattes, en grande partie depuis l’Irak et l’Égypte.

S’agissant des prix, une augmentation de 10 à 15% est attendue cette année. Elle est principalement attribuée à la sécheresse qui a fortement impacté la production de certaines variétés locales, comme Bouzekri et Boufeggous.

Flambée des prix des œufs

La hausse continue du prix des œufs vient ajouter une couche supplémentaire d’inquiétude. Historiquement vendus à un dirham l’unité, les œufs ont vu leur prix grimper, suscitant l’angoisse d’une éventuelle atteinte du seuil des 2 DH à l’unité pendant le mois sacré de Ramadan, sachant qu’actuellement, le prix se situe à 1,50 DH.

Khalid Zaim, vice-président de l’Association nationale des producteurs d’œufs de consommation (ANPO), a évoqué la situation actuelle et les perspectives pour le mois de Ramadan, période durant laquelle la consommation d’œufs connaît un pic notable. Dans une déclaration accordée à 2M.ma, il a fait savoir que l’industrie s’organise à l’avance pour garantir un approvisionnement suffisant du marché national en œufs, malgré la pression croissante. Le vice-président de l’ANPO s’est d’ailleurs montré optimiste quant à l’évolution des prix durant le Ramadan, anticipant une stabilisation, voire une baisse après la première semaine du mois sacré.

Enfin, le lait frais et ses dérivés rempliront largement les étalages pendant le mois sacré du Ramadan. Aucune pénurie de l’or blanc n’est donc à craindre. De même, aucune hausse des prix n’est prévue, en dépit des pressions que subit la filière laitière, du fait du stress hydrique et de l’inflation des cours des aliments pour bétail.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Ramadan

Salaire moyen : le Maroc est-il compétitif ?

Selon une étude récente de Ceoworld, le Maroc serait bien placé dans le classement des salaires moyens. Il serait premier africain, 6ème pay…
Ramadan

HCP : une croissance solide face à une inflation en recul

Dans sa dernière note de conjoncture, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) offre une perspective détaillée et analytique de l'économie nationa…
Ramadan

Le Maroc compte sur ses importations de céréales pour combler la production nationale

Le communiqué officiel de Bank Al-Maghrib, du 19 mars dernier, peint un tableau sombre sur les perspectives agricoles du pays. L'institution…
Ramadan

Cannabis thérapeutique : pourquoi le Maroc a sa place de leader ?

Et c’est parti pour un tour. Longuement en discussion, le projet de loi a été voté, et en 2021 le cannabis à visée pharmaceutique peut désor…
Ramadan

Les banques françaises se retirent du continent laissant place à l’essor des banques marocaines

Dans un climat de spéculation croissante, la Société Générale semble prête à céder sa place historique au Maroc, une décision qui pourrait r…
Ramadan

Pêche et aquaculture en UE : le Maroc sur le podium des fournisseurs

Les exportations marocaines de produits de la pêche et de l'aquaculture vers l'Union européenne (UE) occupent une place de premier plan. Et …
Ramadan

Industries : une de perdue, dix de retrouvées

La cessation de la production de marques emblématiques telles que Knorr, Omo, Omo Matic, Surf et Zed au Maroc a suscité des réactions à trav…
Ramadan

Bananes, fraises, prunes… Quels fruits importe le Maroc ?

Aujourd’hui nous nous attarderons sur les bananes, mangues ou poires qui ont orné nos tables lors de l’année 2023. Le dernier rapport du sit…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire