Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Économie / Portefeuille de l’État : la réforme en marche

Portefeuille de l’État : la réforme en marche

Temps de lecture : 5 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le roi Mohammed VI, a présidé, samedi au Palais royal à Casablanca, un Conseil des ministres consacré à l’examen de plusieurs nouveaux textes juridiques. Mais le point focal de ce Conseil a été l’adoption des Orientations stratégiques de la politique actionnariale de l’État. Désormais, le Maroc dispose d’un cadre de référence clair et prévisible pour l’ensemble du secteur des établissements et entreprises publics (EEP). Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

Sous la présidence du roi Mohammed VI, le Conseil des ministres a adopté, samedi, les orientations stratégiques de la Politique actionnariale de l’État (PAE). Cette réforme, présentée par l’argentière du Royaume, vise à reconfigurer et optimiser la gestion du portefeuille public ainsi qu’à entreprendre des réformes dans des secteurs-clés de l’économie nationale. Nadia Fettah Alaoui a souligné que cette politique actionnariale est cruciale pour la réforme du secteur des établissements et entreprises publics (EEP). L’objectif est de garantir une offre de service public accessible et de qualité, tout en accélérant l’élaboration de cette politique stratégique. La mise en œuvre de ces orientations incombe à l’Agence nationale chargée de la gestion stratégique des participations de l’État (ANGSPE) qui a été à l’origine de la proposition des orientations stratégiques de la PAE adoptées par le Conseil des ministres.

 

Lire aussi : Secteur public : lancement du site institutionnel de l’ANGSPE

Sept axes principaux

En précisant les attentes et les exigences de l’État en tant qu’actionnaire, ces orientations stratégiques permettront d’instaurer une politique actionnariale dynamique et flexible. Cette politique est conçue pour s’adapter aux évolutions rapides du contexte national et international, caractérisé par des transformations profondes. Elle se décline en sept axes principaux :

  1. Consolidation de la souveraineté nationale : le secteur des EEP est envisagé comme un levier stratégique pour soutenir les efforts de l’État dans des domaines vitaux tels que l’énergie, la santé, l’eau, la sécurité alimentaire, l’environnement, la connectivité et la mobilité.
  2. Intégration continentale et internationale : les EEP doivent jouer un rôle moteur dans l’intégration géostratégique du Royaume, en renforçant les relations de coopération sud-sud, notamment avec les pays africains.
  3. Dynamisation de l’investissement privé : en établissant des partenariats volontaristes avec le secteur privé, les EEP contribueront à stimuler l’investissement privé, favorisant ainsi une complémentarité et une dynamique économique nationale renforcée.
  4. Catalyseur d’une économie compétitive : les EEP sont appelés à soutenir des modèles économiques viables et agiles, promouvoir l’emploi productif, et s’adapter aux exigences de régulation, à l’environnement concurrentiel et aux opportunités de marché.
  5. Équité territoriale et inclusion : les EEP joueront un rôle actif dans la promotion de l’inclusion économique, sociale, financière et numérique, tout en assurant une équité territoriale dans le cadre de la régionalisation avancée et l’accès équitable des citoyens à des services publics de qualité.
  6. Gestion responsable des ressources : conformément aux Objectifs de développement durable (ODD), les EEP renforceront leur contribution à une gestion responsable des ressources naturelles et à la résilience face aux défis du changement climatique.
  7. Gouvernance et performance exemplaires : les EEP doivent adopter une gestion active de leur portefeuille, valorisant de manière optimale le patrimoine matériel et immatériel, et améliorant leurs performances globales.

Il va sans dire que les EEP sont appelés à devenir des acteurs clés du développement socio-économique du Royaume. Cette réforme ambitieuse est un pas significatif vers une gestion publique plus efficiente et une amélioration de la qualité des services publics au Maroc.

 

Lire aussi : Abdellatif Zaghnoun, nouveau représentant permanent de l’État Actionnaire d’ADM

L’ANGSPE à la manœuvre

Créée en 2021, l’ANGSPE est chargée de la politique actionnariale de l’État. L’agence dirigée par Abdellatif Zaghnoun a pour mission de renforcer la gouvernance, le pilotage et la gestion stratégique des participations de l’État. Elle est la garante de la protection des intérêts patrimoniaux de l’État actionnaire, de la gestion de ses participations et de l’évaluation les performances des EEP. Sur proposition de l’ANGSPE, l’autorité gouvernementale chargée des finances élabore la Politique actionnariale de l’État en s’appuyant sur les orientations stratégiques et les objectifs globaux de l’actionnariat de l’État, après consultation de l’Instance de concertation.

Le travail de l’ANGSPE, entamé, l’année dernière, consiste à définir le processus de privatisation mais aussi celui de la transformation en société anonyme (SA) de plusieurs établissements publics à l’instar de l’Office national des aéroports (ONDA), l’Office national des chemins de fer (ONCF), l’Office marocain de propriété industrielle et commerciale (OMPIC), l’Agence marocaine de presse (MAP) ou encore l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM).

 

Lire aussi : Réforme du secteur public : l’ANGSPE tient sa 1ʳᵉ réunion

 

Il s’agit in fine d’assurer une gestion optimisée des ressources, garantissant que les EEP puissent jouer un rôle crucial dans le développement économique et social du pays.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

Etat

Covid-19, inflation, sècheresse : quel impact sur les ménages marocains ?

La pandémie de Covid-19, l’inflation et la sècheresse ont fortement impacté les ménages marocains. Elles ont été les principales causes de l…
Etat

Akkan : épopée de la première plateforme de crowdfunding marocaine (Interview)

En septembre 2023, la Banque centrale et l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) ont publié des textes réglementaires pour encadr…
Etat

Voyage au Maroc : les avertissements des Affaires étrangères espagnoles

Voyager au Maroc, comme dans tout autre pays, comporte des risques, des surprises, bonnes ou mauvaises, auxquelles il vaut mieux se préparer…
Etat

Banque mondiale : le Maroc face à un ralentissement économique en 2024

Alors que les prévisions économiques mondiales peinent à retrouver leur lustre d'antan, le Maroc se trouve à un carrefour important. Selon d…
Etat

Transition digitale : que doit faire le Maroc ?

La pandémie de COVID-19 a accéléré la transition digitale, révélant l'importance cruciale de ce secteur dans la résilience économique et la …
Etat

Emploi et investissement : Akhannouch défend son bilan

Cette séance a été l'occasion pour le chef du gouvernement de justifier les choix d'investissement effectués. Il a présenté les divers plans…
Etat

Gotion High-Tech au Maroc : la révolution Gigafactory

C’était le 6 juin dernier. La cérémonie de signature officielle de la convention d'investissement stratégique pour la construction d'une usi…
Etat

Casablanca : le prince héritier Moulay El Hassan lance la construction de la station de dessalement

Le prince héritier Moulay El Hassan a procédé, lundi à la Commune Lamharza Essahel, dans la province d’El Jadida, au lancement des travaux d…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire