Gaming : un marché qui s’accélère

Temps de lecture : 5 minutes


Gaming : un marché qui s’accélère

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société, Économie , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

L’industrie marocaine des jeux vidéo est aujourd’hui l’une des plus dynamiques. Jeux, vente d’équipements, joueurs…De nombreux chiffres témoignent de l’incroyable croissance de ce marché qui attire de plus en plus toutes les tranches d’âge et génère un chiffre d’affaires annuel qui dépasse 1,5 milliard de DH (MMDH). Le point sur l’état des lieux du gaming au Maroc.

Temps de lecture : 5 minutes

C’est un marché qui représente plus de 300 milliards de dollars de recettes dans le monde. L’industrie des jeux vidéo se porte bien et n’a pas été paralysée par la pandémie de la Covid-19, contrairement aux principaux secteurs économiques mondiaux. Au Maroc, le gaming est désormais plus qu’un jeu, devenant une industrie à part entière qui poursuit sa marche en avant. Cela fait d’ailleurs plusieurs années que le mouvement prend de l’ampleur et il semblerait que tous les indicateurs soient au vert.

Lire aussi : L’industrie du gaming au Maroc

 

Les Marocains et les jeux vidéos

Réalisée par Sunergia, une enquête vient d’être publiée et elle dresse le panorama du secteur du gaming marocain, les différents profils des joueurs, leurs dépenses mensuelles ainsi que les différents freins des non-joueurs. Elle tente également d’estimer la taille de cette industrie grandissante.

Selon les chiffres de cette étude, menée auprès d’un échantillon représentatif de la population, 23% des Marocains seraient des gamers, soit presque un Marocain sur quatre. Un taux qui passe à 47% chez les jeunes de 15-24 ans.

Si les appareils utilisés pour jouer aux jeux vidéo restent variés, le smartphone arrive tout de même largement en tête. Huit gamers sur dix préfèrent jouer sur leurs téléphones, et ce sont principalement les femmes qui utilisent ce mode de jeu.

Elles sont suivies de ceux qui préfèrent l’ordinateur (16%), davantage chez les hommes entre 15 et 24 ans. En troisième position, on retrouve les consoles (7%) et enfin les tablettes (3%).

L’étude ajoute que ce sont les jeux de football qui sont les plus populaires (42%), ensuite les jeux de puzzle (32%), puis les jeux d’actions ou de combat (30%) suivis des jeux de stratégie (4%).

Autre chiffre fort : 84 minutes par jour, c’est le temps que passent en moyenne les gamers marocains devant les écrans (tous supports confondus). Cette moyenne est tirée vers le haut par les joueurs sur ordinateur avec une moyenne d’environ 195 min. Une tendance qui s’explique, selon la même source, par la nature des jeux joués sur ordinateur, car ils sont généralement plus compétitifs, plus complexes et très chronophages.

Quant aux principaux freins des réfractaires marocains, ils sont liés à quatre thématiques, indique le cabinet. 45% des sondés considèrent ne pas avoir assez de temps, alors que 25% affirment qu’ils n’aiment pas jouer. Le manque d’intérêt complète le podium avec 18%.

Lire aussi : En quoi les jeux vidéo ont-ils été utiles durant le confinement ? 

 

Combien dépensent les gamers ?

Historiquement, l’industrie des jeux vidéo a toujours voulu générer de l’argent. Une pratique qu’on peut expliquer par le fait que la conception d’un jeu vidéo est longue et aussi coûteuse.

En plus de payer le jeu, qui peut coûter jusqu’à 500 DH, les gamers devront dépenser plus pour les micro-transactions pour avoir un service ou un bien dans le jeu. Ce qu’il faut savoir, c’est que certains jeux abusent de ces transactions, provoquant un déséquilibre avec ceux qui n’ont pas payés. C’est ce qui s’appelle «Pay to Win».

Au Maroc, 18% achètent ces contenus supplémentaires, en dépensent en moyenne 200 DH par mois. Ce sont les hommes qui payent plus (268 DH) contre 24 DH pour les femmes.

Lire aussi : E-sport, vraiment un sport ? 

 

Un avenir prometteur

Aujourd’hui plus que jamais, les industries digitales s’assurent un avenir prometteur, grâce notamment aux nouvelles technologies qui s’emparent le secteur.

Si en 2021, les revenus étaient évalués à environ 1,5 MMDH, cette année, sans inclure les Marocains de moins de 18 ans qui comptent sans aucun doute davantage de joueurs, l’industrie des jeux vidéo devrait peser 2,5 MMDH en micro-transactions seulement, selon les projections.

Renforcer ce domaine est une priorité et le Maroc a l’intention d’investir plus dans cette industrie. Il est à souligner que le travail a déjà commencé, d’abord par la création de la Fédération royale marocaine des jeux électroniques (FMRJE) et le lancement de plusieurs compétitions au niveau national. À l’international, l’équipe nationale de football compte déjà une première participation à la Coupe du monde de la discipline (FIFA Game), qui avait eu lieu en mai dernier.

En conclusion, le gaming n’est plus un marché de niche. La pandémie n’a fait qu’accélérer sa croissance au Maroc et dans le monde. Sans aucun doute, ce marché à fort potentiel devrait constituer un axe majeur de l’économie marocaine dans les années à venir.

 


Recommandé pour vous

Sommet ONU-Eau : l’urgence de la gestion des eaux souterraines

Temps de lecture : 5 minutes Le Maroc a participé, les 7 et 8 décembre, aux travaux du Sommet mondial ONU-Eau sur les eaux souterraines, qui se sont tenus au siège de l’Organ…

PLF 2023 : le verdict est prononcé

Temps de lecture : 6 minutes C’est officiel. La Chambre des représentants a adopté, le 8 décembre, en deuxième lecture et à la majorité, l’intégralité du projet de loi de Finances …

Mondial 2022 : certains opérateurs et commerçants se frottent les mains

Temps de lecture : 5 minutes Le plus grand évènement du monde du ballon rond qui se tient cette année au Qatar ne fait pas seulement le bonheur des amateurs du football, mais il es…

Gestion de l’eau : les nouvelles recommandations de l’IRES

Temps de lecture : 5 minutes Le Maroc a soif. La chute des taux de remplissage des grands barrages est alarmante. La sécheresse, la surexploitation des ressources hydriques et le g…

Tâches ménagères : les inégalités entre les hommes et les femmes

Temps de lecture : 5 minutes Ce n’est pas nouveau. La femme est plus investie que l’homme dans la prise en charge des tâches ménagères au foyer. Faire la vaisselle, nettoyer le sol…

Adoption de l’intégralité du PLF : ce qui va changer en 2023

Temps de lecture : 5 minutes Réunie le 5 décembre en plénière, la Chambre des conseillers a donné son feu vert au projet de loi de Finances 2023 (PLF 2023). Il a reçu l’aval …

Marrakech : coup d’envoi de la 7e Semaine nationale de l’artisanat

Temps de lecture : 6 minutes Le coup d’envoi de la septième édition de la Semaine nationale de l’artisanat (SNA), un événement emblématique de l’artisanat marocai…

Cherté de vie : le citoyen se révolte

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains n’en peuvent plus de l’explosion des prix. L’inflation mondiale a frappé de plein de fouet le pouvoir d’achat des citoyens. Entre l…

CMRPI : 30% des enfants et des jeunes ont subi une cyberviolence

Temps de lecture : 6 minutes Protéger les enfants et les jeunes sur la Toile est l’objectif principal de la deuxième campagne nationale de prévention contre la cyberviolence et le …

Système de santé : ce qu’il faut savoir sur les projets de loi adoptés

Temps de lecture : 5 minutes Le gouvernement actuel oriente ses projecteurs vers le secteur de la santé national. Parmi ses objectifs, la réforme de ce secteur qui souffre de plusi…

Lutte contre le sida : l’ONU alerte sur une stagnation des progrès

Temps de lecture : 5 minutes Ce jeudi 1er décembre, les pays du monde entier commémorent la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Égalité maintenant » est le thème retenu pou…

Stress hydrique : la situation est de plus en plus critique

Temps de lecture : 5 minutes Le déficit pluviométrique pèse lourdement sur les réserves d’eau au Maroc. Ces derniers ont enregistré leurs niveaux le plus bas cette année. L’Organis…