Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Économie / La France cherche le soutien de l’Afrique face à l’invasion russe en Ukraine

La France cherche le soutien de l’Afrique face à l’invasion russe en Ukraine

Temps de lecture : 3 minutes


Temps de lecture : 3 minutes

La guerre russo-ukrainienne divise les opinions en Afrique. Près de la moitié des pays du continent se sont abstenus ou n’ont pas voté pour condamner l’annexion de quatre régions ukrainiennes par Moscou. S’exprimant lors du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité, Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État auprès du ministère français des Affaires étrangères, a lancé que l’invasion russe est «une menace existentielle pour la stabilité et l’intégrité de notre continent (Europe)».

«C’est ce que vivent tous les Européens. C’est pourquoi nous attendons la solidarité de l’Afrique. Nous ne le répéterons jamais assez : La Russie est la seule responsable de cette crise économique, énergétique et alimentaire», a-t-elle martelé lors de cette conférence, ouverte par le président sénégalais, Macky Sall. L’Afrique souffre en effet des répercussions croissantes de cette guerre. Les prix des denrées alimentaires sont montés en flèche, alors que les importations de céréales et d’engrais sont en chute libre.

La France et l’Occident en général font souvent l’objet d’accusations de néocolonialisme en Afrique – ils essaient d’imposer des politiques aux gouvernements locaux ou de promouvoir leurs propres intérêts économiques. En République centrafricaine et au Mali, la Russie a noué des liens étroits qui se sont traduits par un soutien militaire russe et une diminution de l’influence de la France.

Concernant le renforcement de la présence russe en Afrique, Zacharopoulou a assuré que lorsque Paris envoie une mission militaire telle que la force Barkhane pour combattre les insurrections des terroristes au Sahel, ce n’est pas pour se «substituer» aux armées locales, mais pour les «soutenir».

Macky Sall, qui est également l’actuel chef de l’Union africaine, a de son côté avancé lors de cette conférence : «L’Afrique n’est pas contre l’Ukraine. Il ne faut pas avoir l’impression que les Africains sont insensibles à la situation en Ukraine. Ce n’est pas du tout le cas». Mais, a-t-il ajouté, de nombreux Africains ont le sentiment que leurs propres problèmes, qui durent depuis plusieurs décennies, telles que la sécurité, l’économie ou la santé, sont ignorés et sont plus prioritaires pour le continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


Sécurité maritime: les côtes somaliennes restent un danger pour les navires

Sécurité maritime : les côtes somaliennes restent un danger pour les navires

Le Bureau maritime international (BIM), a révélé dans son rapport que les a…

Le Mali fait face à une pénurie de kérosène

Le Mali fait face à une pénurie de kérosène

Le Mali fait actuellement face à une pénurie de kérosène à l’aéroport inter…

Mali : après trois mois de suspension, la politique peut reprendre

Mali : après trois mois de suspension, la politique peut reprendre

Les autorités de la transition au Mali ont annoncé la reprise des activités…

Liquéfaction de gaz naturel : plusieurs pays africains dans le top 10 mondial

Liquéfaction de gaz naturel : plusieurs pays africains dans le top 10 mondial

L’union internationale du gaz (IGU) a indiqué dans son rapport que trois pa…

Aéroports tunisiens : 4,2 millions de passagers au 1er semestre 2024

Aéroports tunisiens : 4,2 millions de passagers au premier semestre 2024

L’Office de l'aviation civile et des aéroports de Tunisie (OACA) a annoncé …

Angola : croissance prévue à 3,4% en 2024 (Fitch Solutions)

Angola : croissance prévue à 3,4% en 2024 (Fitch Solutions)

Fitch Solutions a revu à la hausse ses prévisions de croissance économique …