Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Articles Afrique / Afrique / Économie / Ghana : importantes réductions budgétaires pour sauver l’économie

Ghana : importantes réductions budgétaires pour sauver l’économie

Temps de lecture : 3 minutes


Temps de lecture : 3 minutes

Dans une allocution d’une demi-heure diffusée, dimanche dernier, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, s’est adressé à sa nation. Il a expliqué la série de mesures que son gouvernement va adopter pour sortir le pays de la tourmente financière et pour soutenir la production nationale.

Parmi ces mesures, Nana Akufo-Addo a annoncé une réduction de 30% des dépenses discrétionnaires prévues au budget et des salaires du président, du vice-président, des ministres, des vice-ministres et des représentants politiques.

«Nous sommes en crise, je n’exagère pas quand je le dis. Je ne peux pas trouver un exemple dans l’histoire où autant de forces malveillantes se sont réunies en même temps. Mais, comme nous l’avons démontré dans d’autres circonstances, nous allons transformer cette crise en une opportunité de résoudre non seulement les problèmes urgents à court terme, mais aussi les problèmes structurels à long terme qui continuent de peser sur notre économie», a souligné le dirigeant ghanéen.

Depuis le début de la pandémie de la Covid-19, la croissance du Ghana s’est ralentie et le prix des emprunts sur les marchés est devenu de plus en plus élevé. Ces difficultés sont exacerbées par l’impact du conflit russo-ukrainien sur les tarifs alimentaires et énergétiques dans le monde. L’inflation dans le pays dépasse 37%, tandis que la monnaie se déprécie à un rythme effréné : le cedi a perdu plus de 40% de sa valeur par rapport au dollar.

Pire encore, la dette, talon d’Achille de l’économie ghanéenne, a explosé. Elle représente désormais près de 80% du produit intérieur brut du pays. Un fardeau insurmontable qui a contraint le gouvernement d’Accra à demander une nouvelle fois de l’aide au Fonds monétaire internationale (FMI). Il s’agit de sa 17e demande de soutien au FMI depuis l’indépendance du pays en 1957. «Nous nous sommes adressés au Fonds monétaire international pour réparer, à court terme, nos finances publiques et rétablir notre balance des paiements, tout en continuant à travailler sur les changements structurels à moyen et long terme qui sont au cœur de notre objectif de construire une économie ghanéenne résiliente et robuste et de bâtir un Ghana au-delà de l’aide».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Recommandé pour vous


Le Mali fait face à une pénurie de kérosène

Le Mali fait face à une pénurie de kérosène

Le Mali fait actuellement face à une pénurie de kérosène à l’aéroport inter…

Mali : après trois mois de suspension, la politique peut reprendre

Mali : après trois mois de suspension, la politique peut reprendre

Les autorités de la transition au Mali ont annoncé la reprise des activités…

Liquéfaction de gaz naturel : plusieurs pays africains dans le top 10 mondial

Liquéfaction de gaz naturel : plusieurs pays africains dans le top 10 mondial

L’union internationale du gaz (IGU) a indiqué dans son rapport que trois pa…

Aéroports tunisiens : 4,2 millions de passagers au 1er semestre 2024

Aéroports tunisiens : 4,2 millions de passagers au premier semestre 2024

L’Office de l'aviation civile et des aéroports de Tunisie (OACA) a annoncé …

Angola : croissance prévue à 3,4% en 2024 (Fitch Solutions)

Angola : croissance prévue à 3,4% en 2024 (Fitch Solutions)

Fitch Solutions a revu à la hausse ses prévisions de croissance économique …

Amadagana & Partners : un acteur clé du secteur juridique des affaires au Cameroun

Amadagana & Partners : un acteur clé du secteur juridique des affaires au Cameroun

Depuis sa création en 2019 par Lynda Amadagana, le cabinet Amadagana & …