Doing business africa

Temps de lecture : 3 minutes

Doing Business : le vrai, c’est le vécu des entreprises

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

L’édition 2020 sera donc la dernière de l’un des rapports phares de la Banque mondiale : Doing Business. L’institution a décidé d’arrêter sa publication après les controverses sur la méthodologie et les pressions employées pour favoriser certains pays. Pour certains gouvernements, le classement Doing Business constitue un indicateur de performance et peut contribuer à accélérer les réformes liées au climat des affaires. Les baromètres comme le Doing Business ne reflètent pas totalement la réalité du terrain. Cependant, il vaut toujours mieux bien y figurer puisqu’ils sont scrutés par les investisseurs.

Temps de lecture : 3 minutes

Le Doing Business 2020, publié en octobre 2019, sera donc la dernière version de ce rapport vedette de la Banque mondiale. La pression de certains pays pour figurer en bonne place a poussé l’institution, après les résultats de l’investigation du cabinet WillmerHale, à arrêter la publication du Doing Business. Mais, le débat est loin d’être clos puisque le rapport du cabinet américain met en cause Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI.



 



Des pressions en faveur de la Chine



En 2017, alors qu’elle était directrice générale de la Banque mondiale, elle aurait fait pression pour améliorer la position de la Chine dans le classement 2018. Des modifications de méthodologie auraient permis à la Chine de ne pas glisser dans le classement. Ces aménagements chamboulent aussi le classement de plusieurs pays. Ces manigances ont poussé à la démission, en janvier 2018, Paul Romer, chef économiste de la Banque mondiale. Dans un entretien à l’AFP, le prix Nobel d’économie charge la directrice générale du FMI.



 



Un classement très suivi en Afrique



Pour certains gouvernements, le classement Doing Business constitue un indicateur de performance et peut contribuer à accélérer les réformes liées au climat des affaires. Le gouvernement El Otmani visait le top 50 du Doing business à l’horizon 2021. Les changements de méthodologie ont peut-être coûté quelques places au Maroc qui figurait au 53ème rang dans le dernier classement. Le royaume a enregistré une remontée spectaculaire au cours des dix dernières années gagnant pas moins de 75 places. Le Maroc figure sur le podium en Afrique derrière l’Ile Maurice (13ème) et le Rwanda (38ème). Parmi les grandes économies du continent, le Nigéria est classé 131ème, l’Afrique du Sud 84ème, l’Egypte 114ème. 14 pays africains figurent parmi les 20 derniers du classement.



 



Une méthodologie à revoir



Dix domaines sont pris en compte pour le calcul du score et du classement sur la facilité de faire des affaires dans un pays. Il s’agit de : la création d’entreprise, l’obtention d’un permis de construire, le raccordement à l’électricité, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs minoritaires, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution des contrats et  le règlement de l’insolvabilité. Doing Business mesure également la réglementation du marché du travail et la passation des marchés publics. Mais, ces derniers ne sont pas inclus dans le score et le classement final.



Les baromètres comme le Doing Business ne reflètent pas totalement la réalité du terrain. Cependant, il vaut toujours mieux bien y figurer puisqu’ils sont scrutés par les investisseurs.


Recommandé pour vous


Burkina Faso : le lieutenant-colonel Damiba renversé par un nouveau coup d’État

Pour la seconde fois en huit mois, le Burkina Faso a connu, vendredi 30 …

La CAN 2025 retirée à la Guinée

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Mo…

Nigeria : la Banque mondiale débloque un crédit de 750 millions de dollars

La Banque mondiale a approuvé une ligne de crédit de 750 millions de dol…

Éducation : les gouvernements d’Afrique de l’Ouest appelés à augmenter le financement

Les organisations de la société civile en Afrique de l'Ouest appellent l…

Afrique de l’Ouest et Centrale : 80% de la population est favorable à l’adoption d’une monnaie unique

Le dernier sondage réalisé par le réseau panafricain de recherche Afroba…

Côte d’Ivoire : le pays affecté par l’augmentation des taux d’intérêt

Après s’être présentée cette semaine sur le marché monétaire de l’Afriqu…