Temps de lecture : 3 minutes

Accueil / Économie / Aéroport de Casablanca : Le premier vrai test du Terminal 1 cet été

Aéroport de Casablanca : Le premier vrai test du Terminal 1 cet été

Temps de lecture : 3 minutes

Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Avec sept ans de retard, le Terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca a été mis en service en janvier dernier. Sa réception va doubler la capacité de l’aéroport à 14 millions de passagers par an. La nouvelle aérogare sera exclusivement dédiée à Royal Air Maroc. Le transporteur national a finalisé le déménagement vers le Terminal 1 cette semaine, non sans quelques dysfonctionnements durant la période de transition. Doté des nouvelles technologies, le nouveau terminal doit contribuer à améliorer la qualité des services au sein de l’aéroport, notamment en termes de traitement des passagers au sol. Cela suppose aussi une bonne coordination entre la compagnie et les autres intervenants notamment l’Office et les services de sécurité. Ce n’est pas toujours le cas. Avec l’augmentation du trafic durant les mois de juillet et août, la période estivale sera le premier vrai test pour mesurer les acquis en matière de qualité.

Temps de lecture : 3 minutes

Royal Air Maroc assurera désormais tous ses vols au Terminal 1 de l’aéroport Mohammed V à Casablanca. Le transporteur national a finalisé son déménagement vers la nouvelle aérogare qui a été mis en service fin janvier dernier. C’est un soulagement pour les passagers. Le mauvais aiguillage et la communication discutable ont occasionné des désagréments pour certains voyageurs. Longtemps réclamé par la RAM, ce terminal qui lui est entièrement dédié est censé contribuer à relever les standards en matière de qualité de service. À commencer part l’amélioration du traitement des passagers au sol. Avec 52 nouveaux comptoirs, le terminal en compte au total 80. Il va doubler la capacité d’accueil de l’aéroport à 14 millions de voyageurs par an.

Les files d’attente pour s’enregistrer devraient considérablement se réduire. La multiplication des bornes d’enregistrement va aussi permettre de désengorger les guichets. Mais, ces efforts seront vains s’il n’y a pas d’amélioration au niveau du temps de passage à la police des frontières. Cela suppose une meilleure coordination avec l’Office national des aéroports et la police. Ce n’est pas toujours le cas, au point où l’on frôle parfois l’émeute en raison de queue de plusieurs heures.

L’été 2019, la première épreuve du nouveau terminal

Quatre mois après la réception du nouveau terminal, le vrai examen aura lieu dans quelques semaines avec le début de la période estivale et l’augmentation de l’affluence dans les aéroports. Le trafic connaît un pic durant les mois de juillet et août avec une moyenne supérieure à 1 million de passagers à Casablanca. Cette période met souvent en lumière les différentes lacunes de l’organisation.

Les taux de satisfaction sur les délais de récupération des bagages, les prestations à bord…avancés par la RAM sont parfois en décalage avec la réalité sur le terrain. Parmi les sujets qui fâchent, il y a surtout le traitement des bagages. La pagaille au niveau de la livraison des bagages il y a quelques semaines montre bien que le dispositif n’est pas encore totalement au point. Même si, les difficultés ont été exacerbées par la grève d’un des sous-traitants de la RAM. Face à la multiplication des grèves (bagagistes, steward et hôtesses, pilotes), les passagers sont pris en otage et n’ont bien souvent pas connaissance de leurs droits dans de telles circonstances.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 3 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

Petits agriculteurs : quel avenir dans ce contexte hydrique ?

L'agriculture, locomotive de l'économie marocaine, occupe une place centrale dans les discours royaux. Face à la raréfaction de l'eau, l'Ins…

Culture agricole : rien ne va plus pour les melons et les pastèques

Ce n’est vraiment pas un temps à être agriculteur. Ces dernières années, ils ont été parmi les premières victimes des changements climatique…

Campagne agricole 2023/24 : quelles solutions en temps de crise?

Environ 1,1 million de quintaux de semences céréalières certifiées ont été distribués à des tarifs subventionnés pour cette année. Les prix …

Fraises marocaines : comment l’UE s’est prise à son propre jeu

Les fraises marocaines suscitent une méfiance chez les consommateurs espagnols, alimentée par la désinformation et les préoccupations sanita…

Tarification du carbone : clé de voûte de la lutte contre le changement climatique

Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, la corrélation entre les activités économiques et les émissions de gaz à effet de serre (GES…

L’entrepreneuriat vu par l’Observatoire marocain des très petites, petites et moyennes entreprises (OMTPME)

L’emploi des jeunes reste un défi majeur en Afrique et le Maroc ne fait pas exception à la règle. Face à la capacité limitée du marché de tr…

Baromètre des flottes et de la mobilité : quel est le moral des entreprises ?

Vous l’aurez compris, les gestionnaires de flottes marocains expriment un optimisme notable quant à l'avenir de leurs parcs automobiles. Sel…

Décompensation du gaz butane : le gouvernement passe à l’action

C'est décidé depuis plusieurs mois : le gouvernement Akhannouch a opté pour une suppression progressive des subventions des produits de prem…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire