Temps de lecture : 5 minutes

Accueil / Monde / Elections européennes 2019, où la percée de l’extrême droite

Elections européennes 2019, où la percée de l’extrême droite

Temps de lecture : 5 minutes

En Bref

Temps de lecture : 5 minutes

Après des mois de vantardise, de fanfaronnades et de rhétorique apocalyptique sur le sort du vieux continent, l’extrême droite a fait des progrès remarquables dans certains pays et des pertes dans d’autres.

On s’attendait à ce que les personnalités de l’extrême droite européenne, telles que le Premier ministre hongrois contre l’immigration, Viktor Orbán, dont le parti Fidesz a remporté plus de la moitié des voix, et le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, dont la Lega était le parti le plus important, soient plus visibles. Le ralliement national de Marine Le Pen s’est également emparé de justesse de la première place dans les sondages en France.

Salvini a déclaré que le vote montrait que « l’Europe est en train de changer ». Orbán a parlé d' »une nouvelle ère dans la politique européenne ».

Mais bien qu’il y ait eu des pertes pour les grands partis traditionalistes dans de nombreux pays, ces votes ne sont pas allés à l’extrême droite ou aux partis populistes, les verts et autres forces pro-européennes ont également fait bonne figure.

Péter Krekó, qui dirige le groupe de réflexion sur la capitale politique à Budapest, a expliqué : « Je vois un léger déplacement vers la droite, mais ce n’est pas quelque chose qui va mettre en danger le fonctionnement de l’UE. Des forces pro-européennes ont également été mobilisées pour ces élections. »

Les partis nationalistes et d’extrême droite seront certainement plus représentés au sein de ce Parlement européen que dans les précédents. Salvini avait tenté de profiter de la situation pour lancer ce qu’il espérait devenir une grande coalition avant le vote, pour regrouper tous les partis d’extrême droite anti-immigration sous une même bannière.

Mais une combinaison d’ego, de divergences politiques sur des questions telles que la coopération avec la Russie et le réseau existant d’alliances européennes ont fait que même les partis d’extrême droite qui ont bien réussi peuvent avoir du mal à construire un groupe homogène au sein de ce nouveau parlement.

Cas Mudde, expert en populisme et professeur à l’Université de Géorgie, a affirmé : « Je ne vois pas un seul groupe d’extrême droite émerger de sitôt. »

Le tableau électoral des partis d’extrême droite varie d’un pays à l’autre : en Slovénie, c’est un parti anti-immigration qui a obtenu le plus grand nombre de voix, tandis qu’en Slovaquie, c’est une coalition progressiste qui s’est positionnée sur une plate-forme de tolérance pro-européenne qui est arrivée en première position. En Pologne, le parti populiste au pouvoir a remporté la victoire, mais une coalition d’extrême droite n’a pas réussi à franchir le seuil de 5%.

En Belgique, le parti d’extrême droite Vlaams Belang est sur la bonne voie pour remporter deux sièges au Parlement européen. En Hollande, le parti anti-Islam Freedom va perdre ses quatre sièges, dont celui de son chef, Geert Wilders. Thierry Baudet, le nouveau leader populiste néerlandais qui s’est fait élire par Wilders, devrait remporter trois sièges, ce qui est faible comparé ce que suggéraient les sondages d’opinion.

Le parti du peuple danois, qui a adhéré avec enthousiasme à la nouvelle coalition de Salvini, a été décimé aux urnes et est sur le point de perdre trois de ses quatre sièges existants. L’AfD de l’Allemagne s’est classée quatrième dans les sondages, remportant 11 sièges, si on en croit les pronostics.

Déclarant la victoire devant le siège de campagne de Fidesz, sur les rives du Danube, dans le centre de Budapest, dimanche soir, Orbán a déclaré que les élections lui ont confié un mandat renouvelé pour aider à construire une nouvelle Europe. Fidesz a obtenu 52% des voix et 13 des 21 sièges de la Hongrie.

« Nous sommes petits, mais nous voulons changer l’Europe », a-t-il ajouté, décrivant les élections comme « le début d’une nouvelle ère contre les migrations ».

Fidesz s’accroche toujours à son appartenance au parti populaire européen de centre droit, mais Orbán a traité Salvini de « héros » et a laissé entendre ces derniers mois qu’il pourrait se rallier au nouveau parti de Salvini, après les élections.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a déclaré au Parlement européen que « le statu quo est terminé ». « Jusqu’à présent, après les élections européennes, le puzzle était assez simple, le PPE et les socialistes se sont réunis, ont compté les votes et il y avait une majorité rassurante… Maintenant personne ne peut prédire quelle sera la composition finale de cette majorité. »

En effet, le nouveau Parlement européen sera différent de l’ancien, car l’emprise des anciens partis traditionnels s’affaiblit de plus en plus.

« La fragmentation des systèmes des partis en Europe est une fois de plus le sujet principal, comme il l’était déjà, ou aurait dû l’être, en 2014 », a déclaré Mudde. « Il y a moins de grands partis, les principaux partis sont maintenant de taille moyenne, et certains même de petite taille, alors qu’ils sont remplacés par de plus en plus de partis anti-étatiques moyens et de nouveaux partis. »

Parmi les partis anti-immigration et d’extrême droite, il y a des fissures sur diverses questions, les partis polonais et scandinaves étant profondément sceptiques à l’égard de Salvini et de l’admiration de Le Pen pour le président russe, Vladimir Putin. Même si les partis d’extrême droite votent ensemble sur certaines questions, ils ne pourront pas nécessairement dominer l’ordre du jour.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 5 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité

Et sur nos réseaux sociaux :

Suisse : Berne déclare qu’il n’existe de représentation officielle du Polisario

Le département fédéral suisse des Affaires étrangères a déclaré « qu’il n’existe de représentation officielle du front Polisario ni auprès d…

Mort du président Raïssi : le Maroc présente ses condoléances au peuple iranien

Le Royaume du Maroc a exprimé, lundi, ses sincères condoléances au peuple iranien et aux familles des victimes du crash d'hélicoptère qui a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire