Aller au contenu principal

Covid-19 : la situation épidémiologique du Maroc n'est pas rassurante

Alors que la pandémie du coronavirus continue de progresser au Maroc, le ministère de l'Intérieur a haussé le ton quant au relâchement constaté vis-à-vis des mesures préventives en vigueur. Ainsi, tout quartier du royaume comptant un foyer de contagion sera reconfiné pour contenir la propagation du virus. Selon une enquête du Haut-Commissariat au Plan (HCP), les femmes marocaines sont plus impactées par le Covid-19 que leurs concitoyens masculins. Par ailleurs, les experts de la santé préviennent que même après la mort d'une personne atteinte du virus, sa dépouille reste contagieuse.

Par H.L.B, Publié le 13/07/2020, mis à jour le 13/07/2020
Teaser Media
Covid-19 : la situation épidémiologique du Maroc n'est pas rassurante

Le Maroc compte désormais 15936 infections au coronavirus, 255 décès, 12934 guérisons, 880702 cas exclus après des tests négatifs au virus et 2747 cas actifs. Selon les dernières données du ministère de la Santé, le pays a recensé pendant ces dernières 24 heures 191 contaminations, 5 morts, 651 rémissions et 17821 personnes confirmées non porteuses du Covid-19. Les nouveaux cas ont été enregistrés dans les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (+36), de Marrakech-Safi (+67), de Rabat-Salé-Kénitra (+8), de Fès-Meknès (+59), de Laâyoune-Sakia El Hamra (+1), de l’Oriental (+19) et de Guelmim-Oued Noun (+1). La tutelle précise aussi que le taux de létalité a atteint 1.6%, tandis que celui des guérisons est de 81.16%.

 

L’Intérieur hausse le ton

Après l’apparition de plusieurs clusters épidémiques à Tanger, le ministre de l’Intérieur a décidé de reconfiner toute la commune de cette ville du Nord, rapporte ce lundi 13 juillet La Vie Éco. Toutefois, quelques heures plus tard, le ministère en question s’est rétracté, affirmant que seuls les quartiers où les foyers de contagion ont été détectés seront fermés, indique EcoActu. Ainsi, les autorités ont décidé de renforcer leurs rondes de contrôles et de surveillance dans les quartiers concernés afin de sensibiliser leurs résidents quant à l’importance du respect des mesures préventives mises en place. En outre, dans certaines zones de la ville, les activités de toute unité de production, de service ou de tourisme, qui n’avaient pas veillé au respect des règles du protocole sanitaire en vigueur, ont été stopées.

Par ailleurs, à l’instar de la ville de Tanger, l’Intérieur a décidé ce lundi de procéder à la fermeture de tous les quartiers marocains qui comptent des clusters du Covid-19. Le ministère soutient que sa démarche intervient après la constatation d’un grave relâchement des dispositions de prévention par les Marocains. Et de conclure que l’allégement de ces restrictions est tributaire de l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays.

 

L’impacte de la pandémie sur les Marocaines

À l’occasion de la Journée mondiale de la population, dédiée cette année à la protection des droits et de la santé des femmes et des filles face au coronavirus, le Haut commissariat au plan (HCP) a révélé que les Marocaines sont plus touchées par la pandémie que leurs concitoyens masculins. D’après Aujourd’hui le Maroc, qui cite l’enquête du HCP, «les femmes représentent 58% du personnel médical et 67% du personnel paramédical (infirmiers et techniciens) du royaume». Cette surreprésentation les expose davantage au risque de contracter le virus que les citoyens de la gent masculine. De plus, le rapport révèle que «durant son instauration, le confinement a fortement impacté l’accès aux services de santé pour les femmes. Alors que les efforts se concentrent sur la réduction de la propagation du virus, des services essentiels tels que l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive ont été perturbés». Le journal souligne que 30% des ménages comptant des femmes éligibles aux services des consultations prénatales et postnatales ont dû renoncer à ces services durant la période d’isolement obligatoire, et seulement 34% ont pu y accéder.

De leur côté, les familles dirigées par des femmes, et dont l’un des membres est malade, sont celles qui ont le plus souffert du manque d’accès aux soins sanitaires. «Sur l’ensemble des ménages dirigés par les femmes ayant un membre ou plus souffrant de maladies ordinaires, près de 47,5% n’a pas pu accéder aux services de santé, contre 37,9% des ménages dirigés par un homme», déplore le HCP. Et d’ajouter que lesdits ménages ont été davantage confrontés aux troubles psychologiques liés au Covid-19 et à ses répercussions, notamment le manque de  sommeil (26% contre 23% pour les ménages dirigés par des hommes), l’anxiété (51% contre 49%), la peur et les comportements obsessionnels (9% contre 6%).

 

La dépouille des personnes mortes du Covid-19 reste contagieuse

Hesspress rapporte que le Professeur Moulay Mustapha Ennaji, virologue et directeur du laboratoire de virologie à l’Université Hassan II de Casablanca, a souligné que le nouveau coronavirus peut survivre quelque temps après la mort de son porteur. Ainsi, le risque infectieux ne disparaît pas immédiatement avec le décès du patient infecté. Cependant, les voies de transmission sont réduites, explique le professeur, notamment la voie respiratoire, qui constitue le mode principal de transmission de ce virus. «C’est vrai que le virus se trouve dans le système respiratoire, mais à un moment donné, il peut atteindre le système gastro-intestinal, le système rénal et d’autres systèmes. Il peut même atteindre le sang. Donc il y a des complications qui surviennent, le virus peut évoluer. Il peut même atteindre le système neurologique», estime le virologue.

Dans ce contexte, les personnels de santé ainsi que ceux chargés du lavage de la dépouille, qui doivent manipuler les défunts, prennent des mesures préventives strictes afin d’éviter les risques de contagion. «Dès lors qu'un malade du Coronavirus est décédé, un ensemble de désinfectants est appliqué sur son corps et il est mis dans un emballage spécial de manière telle qu’il ne contamine pas les personnes qui l’entourent, et déposé dans un cercueil spécial pour que les gens ne le touchent pas. Sinon il reste contagieux», ajoute-t-il. La procédure de gestion des décès des cas possibles ou confirmés et le rituel du lavage du corps doivent être supervisés par l’équipe de gestion locale. Cette dernière veille à réduire au minimum l’usage de l’eau, les projections de l’eau et le temps du nettoyage des dépouilles.


  • Partagez

Covid-19 : nouveaux records de contaminations et de décès

Avec 1499 nouvelles infections et 23 décès en seulement 24 heures, le Maroc enregistre un nouveau r...

Al Akhawayn : 30 bourses dédiées aux enfants du personnel en première ligne contre le Covid-19

Ce mercredi 12 août, l’université Al Akhawayn a annoncé sa décision de dédier des bourses d’études aux enfants des professionnels de la santé, de l’enseignement et de l’autorité publique. Les dépôts d...

Covid-19 : la situation sanitaire de plus en plus inquiétante

Mercredi 12 août, le Maroc a enregistré son plus grand nombre de contaminations depuis le début de ...

Dons de sang : une pénurie durant la saison estivale

Le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNSTH) annonce une pénurie de...

Rentrée scolaire 2020-21 : toujours pas de solution au conflit parents d'élèves-écoles privées

La rentrée scolaire 2020-21 approche, mais le conflit opposant les parents d’élèves aux établisseme...

Couverture sociale : le régime d'assurance médicale (RAMED) supprimé 

Conformément aux hautes orientations royales, un véritable chantier social sera lancé à partir de l...